La littératie financière : De plus en plus nécessaire

L’endettement des Canadiens s’aggrave – comme leur vulnérabilité financière. Dans un contexte d’incertitude financière croissante, on peut contribuer à la prospérité future des particuliers et des entreprises en leur permettant d’acquérir un solide bagage en finances.

Selon Statistique Canada, le revenu des ménages canadiens a enregistré une hausse de 1,2 % au cours du dernier trimestre. À première vue, on pourrait s’en réjouir. Mais pendant la même période, la dette des ménages sur le marché du crédit a augmenté de 1,9 %. C’est donc dire que, pour chaque dollar de revenu qu’il détient, le Canadien moyen a contracté une dette de 1,68 $. À l’échelle nationale, cet endettement, qui comprend le crédit à la consommation et les emprunts hypothécaires et non hypothécaires, se chiffre à plus de 2 000 milliards de dollars (oui, vous avez bien lu!).

Comme près de la moitié des Canadiens vivent maintenant d’une paie à l’autre, le moindre imprévu financier peut avoir de graves répercussions. C’est dans ce contexte que CPA Canada a mis sur pied son programme de littératie financière, dont elle fête cette année le cinquième anniversaire.

Le gouvernement fédéral a également constaté un besoin de formation financière chez les particuliers et au sein des entreprises. En 2014, il a nommé Jane Rooney au nouveau poste de chef du développement de la littératie financière au Canada et a lancé divers outils et ressources en ligne. Cet engagement conjugué de toutes les parties porte ses fruits. Dans un rapport publié en 2016 par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui mesurait la littératie financière dans 29 pays, le Canada a été classé (ex æquo) au troisième rang. «Nous avons de quoi être fiers», explique Mme Rooney sur le site Web de l’Agence de la consommation en matière financière du Canada. «Cependant, il existe encore d’importantes lacunes et nous avons du pain sur la planche.»

Depuis le lancement de son programme de littératie financière, il y a cinq ans, CPA Canada est déterminée à réaliser de grandes avancées dans ce domaine. «L’organisation a notamment pour vision d’agir dans l’intérêt public et de contribuer au développement économique et sociétal, rappelle Doretta Thompson, directrice, Responsabilité sociétale, à CPA Canada. Et c’est précisément ce que notre programme de littératie financière nous permet d’accomplir.»

Nos ateliers gratuits sont offerts aux quatre coins du pays par un réseau de CPA bénévoles. Les premiers – un petit nombre – ont été donnés en 2013 et ont attiré 1 025 personnes en tout. Depuis, l’étendue et la portée du programme ont doublé chaque année. Ainsi, cette année, plus de 5 000 bénévoles présenteront des ateliers à 50 000 personnes. Les ateliers abordent un vaste éventail de sujets : façons d’enseigner de bonnes habitudes aux enfants, stratégies que peuvent mettre en place les aînés pour déjouer les fraudeurs, moyens de gérer le stress financier, connaissances financières que doivent acquérir les néo-Canadiens, celles qui sont utiles aux petites entreprises… Au total, le programme a déjà touché environ 100 000 Canadiens et poursuivra son essor dans les années à venir.

«Nous comptons offrir davantage d’outils et de ressources en ligne, dont un outil d’autoévaluation financière au début de la nouvelle année, explique Mme Thompson. Nous élaborons aussi un guide pour la génération Y, et nous nous concentrerons davantage sur les communautés autochtones et le renforcement de leurs compétences financières. Notre programme de bénévolat prend également de l’expansion.»

Le prochain ouvrage du programme de littératie financière, Babie$ (qui devrait paraître à la mi-janvier), sera la première publication canadienne consacrée à ce qu’il en coûte réellement d’élever un enfant. «Être parent, c’est la responsabilité de toute une vie, et la préparation de l’arrivée d’un enfant peut s’avérer complexe, affirme Mme Thompson. Mais comme pour tout, on parvient à réduire le stress en s’y prenant à l’avance.»

Le fait de donner aux Canadiens et à leurs entreprises les connaissances qui leur permettent de prendre des décisions financières éclairées peut avoir une incidence favorable non seulement sur les finances personnelles, mais également sur les résultats des petites entreprises, sur les économies locales et même sur la productivité et le moral du personnel. «La profession de CPA appuie l’idéal canadien d’une saine gestion, souligne Mme Thompson, et nous transmettons cet idéal.»

Pour en savoir plus sur le programme de littératie financière de CPA Canada, visitez le www.cpacanada.ca/litteratiefinanciere.

Mot de la rédactrice en chef

Le prochain numéro de L’infolettre CPA sera publié le 11 décembre 2017. Bonne lecture et, comme toujours, faites-nous part de vos commentaires!