La valeur stratégique du récit pour les dirigeants

Découvrez de nouvelles réflexions sur le leadership, les pratiques novatrices et la gestion de crise dans cet entretien avec Justin Kingsley, expert canadien en image de marque, stratège d’entreprise et conférencier d’honneur au congrès national UNIS 2017.

Vous prenez part à de nombreux projets porteurs pour des marques mondiales qui appartiennent à des multinationales. Vous intervenez aussi comme directeur de la création auprès des Canadiens de Montréal. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous faites pour vos clients et évoquer l’un de vos derniers mandats?

Le but est simple : trouver comment communiquer un récit qui ira droit au but. Pour certains clients, la démarche exige un travail de fond, afin d’affiner la stratégie, mais pour d’autres, c’est purement créatif. Dans un monde multimédia, pouvoir livrer des récits convaincants sur toutes les plateformes représente un atout considérable. Mon activité va de l’élaboration d’une stratégie de marque pour une entreprise à l’écriture d’un livre ou à la conception d’une émission de télévision, en passant par le montage d’une exposition photo.

Récemment, j’ai été chargé de créer une nouvelle image pour les musées des sciences du Canada, et donc à travailler sur leurs noms, entre autres.

Quel lien établir entre prise de décision stratégique et récit en situation de crise?

C’est une question d’état d’esprit. En cas de crise, il faut garder une longueur d’avance, ce qui demande de la préparation. Une vraie gestion de l’urgence passe par la mise en œuvre d’une stratégie qui prévoit tous les dénouements possibles. C’est ce qui distingue le mode réactif du mode proactif.

Le succès de librairie (en anglais) que vous avez coécrit avec Peter Aceto, ancien chef de la direction de Tangerine, prône un leadership humain. Que faut-il en retenir? Pour les CPA, comment le mettre en pratique dès aujourd’hui?

Mettez-vous à la place des autres et essayez de comprendre leurs objectifs, leurs émotions. Nombreux sont ceux qui tendent à oublier comment ils se sentaient dans des contextes différents, à diverses étapes de leur progression.

Une fois que vous aurez saisi les buts que chacun cherche à atteindre dans votre cabinet ou votre entreprise – sachant que cette prise de conscience exige une communication bilatérale –, il vous sera plus facile d’élaborer des scénarios où tout le monde gagne.

Vous prononcerez une allocution au congrès national UNIS 2017 sur la transformation des situations de crise en tremplin vers l’avenir. À quoi les participants peuvent-ils s’attendre?

Je suis fier d’intervenir comme conférencier d’honneur au congrès UNIS. Mon but premier sera d’éveiller l’intérêt du public, voire de le divertir, et surtout, de lui offrir des idées à appliquer dans l’immédiat, côté stratégie et leadership. Les participants pourront ainsi joindre l’utile à l’agréable.

Vous prônez l’innovation pour mieux diriger et créer. On pense à votre campagne Unite the Faithful ou à votre récent projet de communication narrative, Makumaku. Pour vous, il faut parfois refuser le statu quo, ou le réinventer. Quel conseil donner aux dirigeants qui veulent enraciner cette attitude dans des organisations réfractaires au changement?

Tombez sept fois, relevez-vous huit fois.

 

Inscrivez-vous au congrès national UNIS 2017, qui aura lieu les 18 et 19 septembre 2017 à Ottawa, pour assister à l’allocution de Justin Kingsley. Découvrez comment transformer une situation de crise en tremplin vers l’avenir, grâce au leadership stratégique.