Des efforts redoublés pour rester en tête

D’un continent à l’autre, les cadres supérieurs se heurtent à un contexte exigeant, changeant, voire hostile, où les défis se multiplient : innovation accélérée, perturbations en tout genre, consommateurs volages, culture d’entreprise à repenser, voilà les thèmes qui ressortent.

Une étude récente de Forbes Insights (en anglais) auprès de cadres supérieurs – chefs de la direction, chefs de l’exploitation, présidents et directeurs généraux – explique que le contexte changeant les force à revoir leurs réflexions et leurs interventions. Faute de s’adapter à la nouvelle donne, certains resteront à la traîne.

Principales constatations

Innovation
La concurrence s’exacerbe et s’accélère, les exigences des consommateurs se complexifient, leurs besoins fluctuent, si bien que les entreprises doivent miser sur un atout maître pour défendre leurs parts de marché, voire en conquérir de nouvelles : l’innovation.

Technologies
Les technologies deviennent plus que jamais un outil multifonctionnel, dont dépend largement l’évolution de l’entreprise. À la suite de la numérisation des activités, la grande majorité des répondants constatent des résultats tangibles quant à la hausse des parts de marché (pour 72 % d’entre eux) et à l’innovation appliquée aux produits (pour 66 %).

Perturbations postdésintermédiation
Les entreprises repensent leurs structures. Elles éliminent les intermédiaires et prêtent attention à tous leurs concurrents, quelle que soit leur taille. À l’échelle du monde, 70 % des dirigeants sondés s’inquiètent du sort de leur société, et avouent ignorer si elle sera encore à la page et compétitive dans deux ans. Plus de la moitié des répondants (51 %) indiquent que la désintermédiation a une incidence prépondérante sur leur entreprise.

Prochaine génération de consommateurs
Experts en technologies et bien informés, les consommateurs d’aujourd’hui exigent un service fiable, en tout temps, selon plusieurs modes. De nombreux cadres supérieurs (62 %) concèdent que la notion de loyauté est pour ainsi dire obsolète, un point de vue particulièrement répandu dans les grandes entreprises.

Primauté de la culture
Soixante-dix pour cent des cadres supérieurs soulignent l’importance d’une culture unifiée, qui favorisera la réalisation des objectifs de la société. Et près de 60 % des chefs de la direction estiment que leur culture se transforme, au rythme de la montée en puissance de la génération Y.