Passer au contenu principal
Femme debout projetant l'ombre d'une femme portant une cape flottant au vent
Articles de fond
Contenu Commandité

Le titre de CBV, gage d’une riche carrière

La fonction finance est plus accessible et plus essentielle que jamais.

Femme debout projetant l'ombre d'une femme portant une cape flottant au ventAu Canada et ailleurs, on s’arrache comme jamais les professionnels accrédités en évaluation d’entreprises, et particulièrement les experts en évaluation d’entreprises, ou CBV.

La fonction finance est en mutation. De « machine à calculer », elle passe à « copilote », peut-on lire dans le rapport du cabinet de dotation américain Robert Walters. Les professionnels de la finance aident désormais les organisations à se préparer pour l’avenir : une importante solution par-ci, un nouveau processus par-là, sans oublier quelques gains d’efficience au passage. Parce que oui, de plus en plus, on cherche à s’adjoindre des alliés capables de mesurer les risques et de réaliser des évaluations d’entreprise éclairantes.

« Au Canada et ailleurs, on s’arrache comme jamais les professionnels accrédités en évaluation d’entreprises, et particulièrement les experts en évaluation d’entreprises, les CBV, note Christine Sawchuk, présidente et chef de la direction de l’Institut des experts en évaluation d’entreprises. Une tendance qui s’observe d’ailleurs dans différents secteurs. »

Véritable référence, le titre de CBV permet aux professionnels de jumeler compétences en finance et connaissances techniques pointues afin de composer avec la réalité du monde des affaires, des placements et du droit.

« Collaborer avec les équipes de gestion de portefeuille et de placements pour offrir un soutien continu et résoudre les problèmes, c’est ce que j’aime le plus dans mon travail », explique Jennifer Samarco, CBV, vice-présidente du financement des investissements et des évaluations pour le régime de retraite OMERS. À ce titre, elle est à la tête d’une équipe chargée de l’évaluation du portefeuille d’infrastructures privées du régime, d’une valeur de 26 M$.

« Le programme m’a outillée de sorte à pouvoir évaluer, dans toute sa complexité, un portefeuille d’infrastructures de divers secteurs et régions, et comprendre les différents facteurs jouant sur la création de valeur. J’ai aussi pu me positionner comme une personne-ressource clé auprès de tous mes collègues. »

Christine Sawchuk, présidente et chef de la direction de l’Institut des experts en évaluation d’entreprisesChristine Sawchuk, présidente et chef de la direction de l’Institut des experts en évaluation d’entreprises.

Pour Kiki Anadu, vice-présidente des évaluations de transactions à PwC, le titre de CBV s’est avéré déterminant dans son parcours. C’est en effet aux connaissances et aux compétences acquises il y a une dizaine d’années, alors qu’elle suivait le programme parallèlement à ses fonctions de conseillère principale en évaluations, qu’elle doit sa réussite.

« On peut faire appel à mon expertise à toutes les étapes du processus, que ce soit pour mener des analyses approfondies, pour présenter les tendances qui influent sur la valeur des transactions ou pour apporter une perspective objective. »

Le titre de CBV ouvre aussi des portes aux professionnels d’autres disciplines. Shilpa Arora, directrice générale de DoorDash Canada, peut en témoigner.

« Je suis en fait architecte de formation. Le programme a permis à la nouvelle arrivante que j’étais de développer mon expertise, mon réseau et mes connaissances des normes et pratiques en usage au Canada. »

Shilpa Arora, qui a évolué dans différents secteurs, notamment les services bancaires et les magasins d’alimentation, est d’avis que les bases acquises dans le cadre du programme d’études des CBV ont contribué à son agilité. « Il y a un équilibre parfait entre les notions élémentaires, accessibles et moins intimidantes pour les non-comptables, et les notions spécialisées, abordées dans des cours optionnels exigeant une expertise sectorielle. »

Le titre de CBV est d’autant plus précieux que nous évoluons dans un monde où les relations sont aussi importantes, sinon plus, que le savoir. « Grâce à l’Institut des CBV, il y a un nombre croissant de spécialistes vers qui se tourner pour obtenir une expertise et des perspectives nuancées », la directrice conclut.

Démarquez-vous. C’est le moment d'élever audacieusement votre carrière. Pour en savoir plus sur le titre de CBV, et pour faire évoluer votre carrière, visitez le site de l’Institut.