Innovation | Technologies

Des saumons aux diamants, cinq applications inusitées de la chaîne de blocs

Outre la cryptomonnaie, la technologie de la chaîne de blocs trouve des applications dans une foule de domaines.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

couper le filet de saumon frais sur une planche à découperUne entreprise norvégienne a mis au point une méthode de traçabilité du saumon fondée sur la chaîne de blocs; celle-ci permet de retracer chaque poisson au fil de la chaîne d’approvisionnement. (Shutterstock/Suvijag Jangwatkhet) 

Avec le temps, les applications de la technologie de la chaîne de blocs se multiplient. Comme en fait état l’auteur d’un article sur la montée des chaînes de blocs, la technologie est déjà utilisée ou mise à l’essai dans plus de 50 domaines, qu’il s’agisse de suivre la répartition des ressources énergétiques en temps réel ou d’enregistrer des titres fonciers.

Voici quelques exemples d’applications de la chaîne de blocs dans les secteurs de la mode, des produits de luxe et de l’alimentation.

SALUBRITÉ DES ALIMENTS

L’an dernier, après une vaste éclosion d’E. coli dans la laitue romaine, qui a fait grand bruit, Walmart et Sam’s Club ont écrit aux fournisseurs de légumes-feuilles frais pour leur recommander d’utiliser la technologie de la chaîne de blocs comme outil, afin de pouvoir remonter la filière, et de suivre les produits à chaque étape, de l’exploitation agricole à la livraison aux consommateurs.

Comme le rapporte un article sur la sécurité alimentaire dans les grandes chaînes d’épiceries, Walmart estime qu’un client devrait pouvoir « apporter son sac de laitue ou de légumes à une caisse libre-service, passer le code au lecteur optique, et voir immédiatement où les légumes ont été récoltés et distribués, pour connaître les étapes précédant la livraison au magasin ». (Voir La gouvernance des données, assise nécessaire de la chaîne de blocs.)

TRAÇABILITÉ DU SAUMON

Un peu à l’instar de l’initiative de Walmart concernant la laitue, une entreprise norvégienne acquise par le cabinet britannique Ernst & Young (EY) a mis au point une méthode de traçabilité du saumon fondée sur la chaîne de blocs, rapporte Ledger Insights. Le projet, lancé par EY Skye, permet de retracer chaque poisson au fil de la chaîne d’approvisionnement. En utilisant une appli, les consommateurs pourront voir d’où provient leur poisson, à quel lot il appartient et si un autre produit lui a été associé.

« Il importe aux distributeurs, aux restaurants, aux marchés et, bien sûr, aux clients, de pouvoir suivre chaque poisson au fil d’une chaîne de valeur, affirme Lars Torp, associé chez EY Skye. Les gens mangeront davantage de poisson et seront en meilleure santé s’ils en connaissent la provenance. »

DIAMANTS

Le bijoutier Brilliant Earth, de San Francisco, a fait appel à l’entreprise Everledger, de Londres, pour intégrer la chaîne de blocs à la production de diamants. Le système d’Everledger enregistre les marquages uniques de plus de 2,2 millions de diamants; il retrace et enregistre de façon permanente chaque étape de leur cycle de vie : origine, clients propriétaires et vidéos du diamant brut. Dans un article sur le luxe et les chaînes de blocs, Beth Gerstein, co-PDG de Brilliant Earth, précise que cet aspect séduit les clients des générations Y et Z, qui veulent acheter des produits socialement responsables et favoriser une technologie d’avant-garde.

CHAUSSURES

Fuchsia, un fabricant de chaussures de Seattle axé sur la durabilité, utilise la plateforme de chaîne de blocs Provenance pour fournir des renseignements sur les travailleurs qui fabriquent à la main les souliers de la marque, au Pakistan.

« Nous croyons que les gens ne veulent pas simplement une paire de chaussures confortables; ils veulent savoir que leur achat profite réellement aux artisans qui les ont fabriquées », mentionne l’entreprise sur son site Web. Peu après avoir ajouté cette information au volet commerce électronique de son site, elle a constaté une augmentation de 31 % de ses ventes en ligne, rapporte l’article sur le luxe et les chaînes de blocs.

BIEN-ÊTRE DES TRAVAILLEURS

Dans le cadre de son programme de bien-être des travailleurs, Levi Strauss & Co. a mis à l’essai un sondage qui enregistre anonymement les réponses des travailleurs de ses usines aux questions formulées sur une plateforme de chaîne de blocs. Selon Tomicah Tillemann, fondateur de Blockchain Trust Accelerator (BTA) chez New America, interrogé par Reuters, cette méthode permettra d’offrir « une plateforme sûre, uniformisée, auditable et transparente afin de consolider et d’analyser les données de sondages auprès de travailleurs ». Grâce à cette méthode, les résultats ne seront jamais manipulés, a souligné Allison Price, directrice générale de BTA, elle aussi citée dans l’article de Reuters sur Levi Strauss et Harvard.

RENSEIGNEZ-VOUS

La chaîne de blocs, l’IA et d’autres technologies transforment le milieu des affaires. Pour savoir quelle incidence elles auront sur le rôle de la profession comptable, lisez le rapport La voie à suivre, issu du projet Voir demain : Réimaginer la profession, une initiative de CPA Canada qui définira l’orientation stratégique que prendra la profession dans les 10 prochaines années.

Pour en savoir plus sur la chaîne de blocs et voir comment les CPA utilisent cette technologie, consultez la page cpacanada.ca/chaînedeblocs.