Passer au contenu principal
photo illustration d'un chiot dans une boîte cadeau avec un fond graphique d'hiver
Fêtes
Fraude

10 stratagèmes de fraude saisonnière à débusquer

Des fraudeurs profitent du temps des Fêtes pour tenter de vous subtiliser de l’argent ou d’usurper votre identité. Conseils pour les déjouer.

La fraude ne connaît pas de répit, mais il se pourrait que vous soyez plus vulnérable aux arnaques par hameçonnage en fin d’année, d’après l’organisme Better Business Bureau.

La popularité croissante des achats en ligne s’accompagne d’une hausse des stratagèmes frauduleux dans la période des Fêtes, déplore Katherine Hutt, une porte-parole de l’organisme.

« Les arnaqueurs sont des opportunistes, alors il va sans dire que, pour eux, ce moment de l’année est une manne. Nous avons la tête aux achats de toutes sortes, nous sommes débordés et, parfois, nous sommes moins à notre affaire qu’à l’habitude. »

DIX STRATAGÈMES D’HAMEÇONNAGE À ÉVITER, PENDANT LES FÊTES ET EN TOUT TEMPS

Pour vous protéger, Mme Hutt vous conseille de ralentir le rythme et de vous méfier des stratagèmes frauduleux courants à l’arrivée des premières neiges.

1. FAUX AVIS D’EXPÉDITION

Cette arnaque – où entrent en jeu de faux avis d’expédition de Postes Canada, d’UPS ou de FedEx – est particulièrement en vogue pendant les Fêtes, une période où de nombreux consommateurs font des achats en ligne. Les filous tentent d’obtenir de votre part d’autres informations personnelles en vue d’usurper votre identité. Certains en profitent pour télécharger à votre insu un logiciel malveillant ou un rançongiciel sur votre ordinateur ou votre téléphone mobile.

COMMENT L’ÉVITER : Ne cliquez pas sur des liens intégrés à un courriel de provenance douteuse et ne fournissez jamais de renseignements personnels sans nourrir un certain doute. Rendez-vous plutôt sur le site Web du détaillant, pour y consulter le suivi de vos commandes.

2. CHIOTS

Selon le Better Business Bureau (BBB), certains sites Web frauduleux profitent de la crédulité de gens à la recherche d’un chiot à offrir en cadeau. Les victimes payent d’avance un animal de pure race, l’assurance, les vaccins, la nourriture, la cage et la livraison. Vous l’aurez deviné : l’animal n’arrive jamais. L’an dernier, l’organisme a rapporté que la grande majorité (jusqu’à 80 %) des annonces de sites d’achat d’animaux de compagnie sur les médias sociaux menait à un attrape-nigaud. Dans son rapport, le BBB mentionne que le Centre antifraude du Canada a reçu en 2016 pas moins de 377 plaintes sur les escroqueries de ce type. Et depuis le début de 2018, le BBB a déjà observé une hausse des signalements d’arnaques contenant les mots-clés « chien », « chiot » ou « animal de compagnie » (4,8 % des cas, comparativement à 3 % en 2017).

COMMENT L’ÉVITER : L’organisme Humane Canada suggère d’utiliser Internet seulement pour faire vos recherches, notamment pour trouver un éleveur de bonne réputation. Autres signes qui devraient vous mettre la puce à l’oreille : on vous demande d’envoyer une somme à l’étranger, ou encore le prix de l’animal est très bas et on ne vous fournit aucun papier (illégal au Canada). Le BBB recommande d’aller voir l’animal en personne, chez le vendeur. Par ailleurs, vérifiez sur le Web si la photo de votre coup de cœur se trouve sur d’autres sites (auquel cas vous n’avez probablement pas affaire à un site sérieux). Bon à savoir : le site petscams.com (en anglais), géré par des bénévoles, présente une liste de faux sites Web de vente d’animaux.

3. LETTRES DU PÈRE NOËL

Oh! Oh! Oh... Probablement la moins réjouissante des arnaques. Cette offre frauduleuse vous parvient sous forme de courriel vous invitant à vous rendre sur un site Web (aux intentions malveillantes) en vue de faire envoyer une lettre ou un colis « de la part du père Noël ». Des entreprises sérieuses proposent effectivement ce service moyennant certains frais, mais des malfaiteurs ont eu l’idée de les imiter : ils vous soutirent votre numéro de carte de crédit ou autres données personnelles et, comme de raison, la lettre ou le colis ne se rendent jamais à destination.

COMMENT L’ÉVITER : Cherchez l’adresse municipale de l’entreprise, sur son site Web. Aussi, dans un moteur de recherche, tapez son nom avec le mot arnaque (ou scam, en anglais), pour voir si des internautes ont dénoncé l’entreprise comme étant frauduleuse. À noter que le Better Business Bureau offre un outil de dépistage des fraudeurs. Ne communiquez pas vos données personnelles (ni celles de votre enfant) en ligne ni au téléphone. Enfin, invitez votre enfant à écrire au père Noël en utilisant le service offert par Postes Canada (gratuit et sécuritaire).

4. FAUSSES FACTURES SERVANT DE LEURRE

Si, ces derniers temps, vous avez fait des achats sur le site d’Amazon ou de Walmart, vous pourriez tomber dans le panneau d’arnaqueurs qui imitent plutôt bien le look du site Web de ces détaillants. Ces détrousseurs des temps modernes font un suivi auprès de vous et vous encouragent à cliquer sur un lien (vers un site nullement bienveillant) où vous serez invité, sous un prétexte quelconque, à fournir des données personnelles ou votre numéro de carte de crédit. Dans une variante encore plus tordue, le courriel demande au destinataire de cliquer sur un lien s’il n’a pas autorisé l’achat mentionné dans le courriel.

COMMENT L’ÉVITER : Méfiez-vous des courriels qui contiennent des fautes d’orthographe ou de grammaire. Les logos qui sont flous (résolution pas très nette en raison d’une mauvaise reproduction) devraient aussi susciter votre méfiance. Ne cliquez pas sur le lien et ne vous laissez pas berner par des gens qui usurpent l’identité d’un véritable commerçant de bonne réputation. Encore une fois, ne fournissez jamais sans circonspection des données telles qu’un code d’utilisateur, un mot de passe et d’autres renseignements confidentiels.

5. IMITATION DE SITES WEB

Vous recevez une alerte par courriel d’un grand détaillant qui vous informe d’offres spéciales, de soldes ou de cartes-cadeaux. Intéressant, vous dites-vous, et vous cliquez sur un lien. Mais il se pourrait que ce lien soit un piège, pour vous amener à profiter d’une offre irrésistible et à taper sans vous méfier votre numéro de carte de crédit.

COMMENT L’ÉVITER : Soyez à l’affût des fautes d’orthographe et de grammaire, dans le courriel. Faites glisser la souris au-dessus du lien, pour voir l’adresse URL qui apparaîtra, puis comparez cette adresse à l’adresse URL légitime du détaillant (vous la trouverez en tapant le nom de l’entreprise dans un moteur de recherche). En outre, ne tapez jamais votre numéro de carte de crédit dans un site dont l’adresse URL ne commence pas par https (https, plutôt que http, indique qu’il s’agit d’un site sécurisé).

6. FAUX ORGANISMES DE BIENFAISANCE

Tout comme pour les faux sites Web, cette tactique misant sur votre sens de la charité a de bonnes chances de vous mystifier, en cette période de l’année où vous avez le cœur sur la main. Les escrocs envoient des courriels ou des messages sur les réseaux sociaux pour vous attirer vers un faux site Web grâce à des appels à l’aide pressants et bien convaincants. Ils utilisent un nom ressemblant à celui d’un organisme de bienfaisance légitime et demandent un don sous une forme qui rend tout remboursement bien difficile (virement électronique de fonds, carte prépayée ou cryptomonnaie).

COMMENT L’ÉVITER : Ne cliquez jamais sur les liens que contiennent des courriels de provenance inconnue. Le nom de l’organisme vous est familier? Voyez tout de même s’il ne s’agit pas d’une légère modification par rapport au nom légitime (souvent bien connu) pour lequel le fraudeur veut se faire passer, en espérant que vous n’y verrez que du feu. Pour vérifier la légitimité d’un organisme, consultez la Liste des organismes de bienfaisance du gouvernement du Canada, mise à jour quotidiennement. Cherchez le nom de l’organisme, dans un moteur de recherche, avec les mots « fraude », « arnaque », « escroquerie » ou « plainte », pour voir si d’autres ont déjà vécu une mésaventure. Ne faites pas de don (considérable, en tout cas) lorsqu’il n’y a pas moyen de retracer votre paiement.

7. ÉCHANGES DE CADEAUX SUR LES MÉDIAS SOCIAUX

Cette escroquerie commence sur les médias sociaux, où les fraudeurs invitent les internautes à participer à un échange fort attrayant : vous donnez un cadeau et pouvez en recevoir jusqu’à 36 en retour. Il s’agit là d’une opération pyramidale. Les arnaqueurs, vous l’aurez deviné, voudront obtenir vos données personnelles, ce qui accroît encore davantage les risques de conséquences fâcheuses.

COMMENT L’ÉVITER : Si l’offre semble trop belle pour être vraie, c’est probablement le cas; il y a sûrement anguille sous roche. Sur les réseaux sociaux, ne communiquez jamais de renseignements personnels. Et ne vous laissez pas entraîner par vos connaissances qui, peut-être, ont voulu prendre part à ce genre d’échanges : les stratagèmes pyramidaux sont illégaux, que tout cela se fasse entre amis ou entre inconnus.

8. ARNAQUE « APPEL À UN GRAND-PARENT »

Aussi appelée « besoin urgent d’argent », cette arnaque joue sur le sentiment de peur et l’empressement des personnes âgées à aider un jeune membre de la famille en difficulté. En faisant des recherches sur les médias sociaux, le fraudeur peut avoir une bonne idée des liens familiaux entre les personnes, assez en tout cas pour échafauder une histoire plausible. En se faisant passer pour un proche, il demandera un paiement par virement de fonds ou carte-cadeau (difficiles ou impossible à retracer), prétextant que cet argent lui évitera la prison, couvrira le billet d’avion pour revenir au pays ou permettra de régler la note d’un avocat. Parfois, le filou se fait même passer pour l’avocat représentant le jeune membre de la famille en difficulté à l’étranger.

COMMENT L’ÉVITER : Confirmez la véracité du scénario en appelant votre proche à son numéro de téléphone habituel ou en lui écrivant à son adresse courriel. Demandez à d’autres membres de la famille si tout cela est plausible ou s’ils sont au courant des déboires de votre petit-fils ou de votre nièce. Posez des questions auxquelles seul un véritable membre de la famille saurait répondre (p. ex. une date de naissance ou le nom d’un animal de compagnie). Enfin, n’envoyez jamais de mandat-poste, de carte-cadeau ni d’argent par virement électronique.

9. STRATAGÈME DES EMPLOIS SAISONNIERS

Les détaillants ont souvent besoin de personnel supplémentaire pendant les Fêtes; aussi les fraudeurs en profitent-ils pour attraper les chercheurs d’emploi dans leurs filets, en se faisant passer pour des recruteurs. Après avoir glané quelques renseignements personnels et pris connaissance d’intérêts professionnels dans les sites de recherche d’emploi, ils proposent aux victimes potentielles un poste (faux, évidemment) qui semble être l’emploi rêvé. Dans ce stratagème, il y a de fortes chances qu’on vous demande de fournir des renseignements personnels ou d’acheter un logiciel (du matériel, un appareil, etc.) pour que vous puissiez travailler de la maison.

COMMENT L’ÉVITER : Méfiez-vous des offres d’emploi qui font miroiter un salaire élevé pour un boulot plutôt simple. Rendez-vous au magasin en personne pour présenter votre candidature, plutôt que de la soumettre en ligne. Ne communiquez jamais de renseignements personnels au téléphone ni en ligne. Et n’achetez jamais rien parce qu’on vous dit que vous devez le faire en vue d’obtenir l’emploi proposé.

10. CARTES DE SOUHAITS ÉLECTRONIQUES MALVEILLANTES

En cette période festive, vos tantes aiment peut-être vous transmettre leurs vœux par voie électronique, pour montrer qu’elles sont à la page. Les arnaqueurs aussi, mais pas avec la même bienveillance. Ils ne veulent que vos données personnelles pour commettre leurs méfaits ou vous refiler un virus informatique.

COMMENT L’ÉVITER : Vérifiez le nom de l’expéditeur avant d’ouvrir une carte de vœux électronique. Si vous l’ouvrez quand même, ne cliquez pas sur les liens qu’elle peut contenir. Méfiez-vous toujours, aussi, des fichiers joints dont le nom se termine par « .exe »; il pourrait s’agir d’un fichier exécutable contenant un virus.

POUR EN SAVOIR PLUS

Selon l’Enquête annuelle de CPA Canada sur la fraude, près de 4 répondants sur 10 disent craindre que leurs renseignements personnels aient été compromis. Du fait que les fraudeurs par téléphone deviennent de plus en plus difficiles à retracer, il est important de se tenir au courant des plus récentes escroqueries.

Par ailleurs, méfiez-vous des produits contrefaits en lisant nos conseils pour départager les vrais produits des faux.