La force du changement au sein du secteur public canadien

CPA Canada s’est entretenue avec Max Valiquette, expert en innovation et en transformation, au sujet de la nouvelle génération de fonctionnaires et de la manière dont le secteur public canadien peut tirer parti du changement.

Q. Que ce soit dans votre travail de consultant ou dans vos nouvelles fonctions de chef de la stratégie à Diamond, vous accordez souvent une attention prioritaire aux nouveaux médias et à la jeunesse. Vous offrez une compréhension profonde de la culture populaire et de ce qui fait vibrer le public à l’heure actuelle. À quoi les leaders actuels doivent-ils s’attendre de la nouvelle génération de fonctionnaires canadiens, ou que doivent-ils savoir à son sujet?

Tout d’abord, super question.

Il y a tellement de choses qu’il faut savoir au sujet de cette nouvelle génération. Surtout, il faut comprendre que les choses ont énormément changé dans les 25 dernières années et que le secteur public n’est plus le seul à chercher à servir le bien public. Pour le meilleur et pour le pire, le rôle de l’administration publique à cet égard fond à vue d’œil, et les jeunes qui croyaient auparavant que la seule manière de contribuer à un monde meilleur était de travailler pour le gouvernement voient maintenant une foule de possibilités s’offrir à eux. Toutes les sociétés d’envergure (et même la plupart des petites sociétés) ont des programmes de responsabilité sociale, auxquels elles accordent une importance beaucoup plus grande qu’avant. Les entités qui s’occupent du bien public – généralement des OSBL – sont plus diversifiées que jamais et elles sont en plein essor. Donc, la chose à retenir est que l’administration publique a plus de concurrents que jamais, qui cherchent eux aussi à attirer et à fidéliser les jeunes candidats intéressants. Ces concurrents permettent aussi aux jeunes de se sentir tout aussi utiles sur le plan social (et peuvent même être plus attrayants à cet égard).

Q. L’innovation et la transformation sont les sujets de l’heure dans tous les secteurs. Qu’est-ce qui vous pousse à constamment chercher à vous adapter, à croître et à prioriser le changement?Comment vous y prenez-vous pour aider vos clients à faire de même?

Je fais tout cela parce que je crois ardemment à l’importance du changement, à sa puissance, et parce que je n’ai donc pas peur de lui. Malheureusement, la plupart des gens ont une crainte viscérale du changement. Alors j’essaie de montrer à mes clients tout ce que le changement peut leur apporter pour qu’eux aussi soient convaincus de sa pertinence. Et quand ça ne fonctionne pas, alors je montre à mes clients tout ce qu’ils ont à perdre s’ils refusent le changement. Ce n’est pas l’approche idéale, mais elle est efficace.

Q. Divers programmes, comme ceux de Code for Canada et les initiatives à l’égard de l’innovation du gouvernement fédéral, aident notre pays à moderniser sa fonction publique. Comment pouvons-nous encourager davantage de collaboration entre les divers ordres de gouvernement afin de créer un avenir numérique, intégré et inclusif pour tous les Canadiens?

C’est une question de politique, avant tout, et toute bonne politique doit être vraiment bien conçue, être vraiment bien mise en œuvre et mobiliser efficacement les parties prenantes. Les gens sont beaucoup plus enclins à collaborer s’ils ont pu contribuer à définir les objectifs du projet en question. Ils se rallient au projet s’ils en comprennent l’importance. Par contre, si la collaboration est trop difficile, les gens se désintéressent rapidement. Ainsi, une bonne mise en œuvre est cruciale.

Q. Nous sommes ravis de vous compter parmi les conférenciers du Colloque sur le secteur public cet automne! Pouvez-vous nous donner un aperçu de votre présentation?

J’aime allier divertissement et information. Je crois que c’est en dosant bien les deux qu’on parvient vraiment à inspirer l’auditoire. Ma conférence vise aussi à faire comprendre aux gens ce qui signifie l’innovation pour la majorité d’entre nous et à leur faire voir qu’ils n’ont pas à craindre le changement. Et je vais certainement faire au moins une blague sur la génération Y. Je risque aussi d’avoir englouti une pizza de chez Colonnade juste avant la conférence, mais les participants n’ont pas vraiment à savoir ça.

.      .      .

Ne ratez surtout pas le Colloque sur le secteur public 2019, qui aura lieu les 28 et 29 octobre à Ottawa. Inscrivez-vous ici pour participer en personne ou à distance. Le colloque se déroulera en anglais.