La puissance du changement axé sur le sens

Dans le secteur des OSBL, la gestion intelligente peut aller de pair avec une bonne cause : en liant mission et mandat à une croissance financière durable.

Cofondateur et leader stratégique de l’organisme de bienfaisance UNIS et de l’entreprise sociale ME to WE, Marc Kielburger est en train de changer la façon dont les Canadiens font bouger les choses. Il est aussi en train de changer la manière dont les OSBL abordent la mobilisation, la stratégie et le développement.

Dans cet entretien, notre invité nous offre ses conseils sur la manière d’accroître l’efficacité d’une organisation et d’accepter les forces perturbatrices émanant des nouvelles technologies. Il nous donne aussi un aperçu du  Forum pour les dirigeants d’OSBL, où il prononcera une allocution cet hiver.

C’est indéniable : après vingt ans d’existence, le mouvement UNIS constitue une réussite éclatante. Quels conseils donneriez-vous aux dirigeants qui souhaiteraient suivre vos pas? Comment peuvent-ils accroître l’influence et l’efficacité de leur organisation pour qu’elle reste solide et qu’elle continue à croître?  

Quand le mouvement UNIS est né, mon frère Craig n’avait que 12 ans, et moi, 17. Nous avons beaucoup appris au cours des 23 années qui ont suivi. Notre conseil numéro un est de rester fidèle à sa mission première, qui est pour nous de mobiliser les jeunes de manière à favoriser le changement social.  

Il faut toujours faire évoluer la réflexion et élaborer des pratiques exemplaires dans l’organisation. Nous avons adopté la mentalité suivante : si l’on échoue, qu’on en tire aussitôt une leçon. Nous sommes constamment en train d’innover, de bâtir, de rebâtir, encore et encore. 

Nous recommandons de rester concentré sur ses objectifs sociaux, mais aussi de ne pas oublier de cultiver une certaine agilité et un esprit entrepreneurial pour les atteindre. 

En tant que militant passionné par les causes sociales, entrepreneur, et cofondateur du mouvement UNIS, vous possédez une expérience directe considérable pour ce qui est de faire face au rythme effréné des changements qui transforment le monde et d’aider les organisations à composer avec les perturbations. Comment le mouvement UNIS a-t-il pu continuer à se développer et à convertir les difficultés, comme des ressources limitées, en possibilités?

Notre premier défi a consisté à combattre l’idée que les jeunes ne peuvent pas changer le monde. Quand nous avons commencé, le secteur des OSBL ne cherchait pas du tout à cibler les jeunes. On pouvait à l’occasion en apercevoir quelques-uns faire du porte-à-porte pour une collecte de fonds, mais sinon… Nous nous sommes rendu compte qu’on laissait dormir des trésors d’inspiration et d’énergie.  

Bien que notre positionnement en tant qu’« organisation axée sur la jeunesse » se soit fait très naturellement, nous recommandons aux nouvelles organisations de rechercher les créneaux inexploités où il est le plus possible de faire bouger les choses sur le plan social, mais aussi de maintenir une croissance durable. Il faut trouver cette zone de chevauchement où votre action sera vraiment significative et où elle pourra prendre de l’ampleur. C’est là que vous trouverez les occasions les plus porteuses.    

L’inspiration mène à l’action. Et jamais n’a-t-on vu une telle mobilisation des Canadiens, en particulier des jeunes, autour du renforcement des compétences dans le monde. Selon vous, pourquoi des événements comme la Journée UNIS sont-ils aussi populaires?

La Journée UNIS éveille un écho chez les jeunes, car c’est une fête où l’on salue ceux qui font le bien autour d’eux. Au Canada, nous sommes obsédés par les récompenses. Environ 90 % des Canadiens possèdent une carte de fidélité, et nous en demandons de nouvelles à un rythme deux fois plus rapide qu’aux États-Unis. Dans ce contexte, il faudrait encourager les bonnes actions sociales au moyen de récompenses. La Journée UNIS est un premier pas dans cette direction. 

Les jeunes n’ont pas à acheter de billets pour la Journée UNIS. Ils ne peuvent mériter leur place qu’en réalisant une action locale et une action de portée internationale, et sont récompensés par une fête sans pareille. Quand nous étions jeunes, nous avions du mal à remplir une classe d’élèves qui voulaient changer le monde. Maintenant, grâce à la Journée UNIS, nous remplissons des stades entiers. 

Nous sommes ravis de vous compter parmi les conférenciers du Forum pour les dirigeants d’OSBL qui aura lieu cet hiver. Pouvez-vous nous donner un aperçu de votre présentation?

Avant tout, je tiens à dire combien je suis touché de venir parler devant autant de grandes figures du secteur. C’est pour moi un immense honneur. 

L’écriture de WEconomy a été le fruit de deux années de recherche, et c’est cette mine de connaissances et d’expériences qui fera l’objet de mon allocution. Je suis ravi de pouvoir transmettre l’ensemble des données, des tendances et des possibilités que nous avons découvertes au fil de notre travail. C’est l’occasion rêvée de dévoiler nos trouvailles, et de faire avancer la réflexion encore plus.

.      .      .

Découvrez-en davantage sur l’avenir de l’entreprise sociale, la croissance durable et les possibilités d’innovation au Forum pour les dirigeants d’OSBL qui aura lieu à Toronto les 6 et 7 février 2019. 

Nouveauté cette année : vous pouvez vous inscrire aux deux journées de l’événement, à une seule journée, ou participer à distance à un tarif spécial. Un atelier facultatif est offert après la tenue du forum et des rabais sont offerts aux groupes. Économisez jusqu’à 100 $ en vous inscrivant d’ici le 15 novembre 2018.