L’idéal canadien d’une saine gestion : La prospérité dans la solidarité

À CPA Canada, nous soutenons l’idéal canadien d’une saine gestion. Et comme le montre une nouvelle série de vidéos, il en va de même pour les CPA.

Comme CPA, nous savons que notre travail va bien au-delà du simple résultat net. Même si nous baignons dans les chiffres, nous nous soucions grandement de l’épanouissement social et de la durabilité. Et comme Canadiens, nous chérissons des valeurs qui définissent notre pays, par exemple l’équité, l’égalité des chances et l’inclusion.

Notre engagement envers un essor économique indissociable du développement social, conjugué aux valeurs chères aux gens d’ici, voilà ce qui sous-tend l’idéal canadien d’une saine gestion. Celui-ci définit d’ailleurs les professionnels que nous sommes, individuellement et collectivement; c’est ce qui nous distingue. « Cet idéal est au cœur de nos activités », rappelle Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada.

À titre d’organisation représentant la profession comptable canadienne à l’échelle mondiale, CPA Canada s’emploie évidemment à honorer cet idéal. Comme on peut le lire dans notre rapport annuel 2016-2017, nous nous sommes donné pour objectif de faire progresser l’économie du pays, les valeurs nationales et le titre canadien de CPA sur la scène mondiale, ce qui s’inscrit parfaitement dans notre mission, qui consiste à agir dans l’intérêt public, à soutenir nos membres et à contribuer au développement économique et sociétal. C’est ce que nous appelons « l’idéal canadien d’une saine gestion ».

Pour illustrer son engagement envers ce credo, CPA Canada a préparé de courts portraits de membres qui, dans leur travail, concrétisent l’idéal canadien d’une saine gestion. Cette série de vidéos est présentée par Joy Thomas : « Croire à l’idéal canadien d’une saine gestion, c’est voir le monde à long terme et repenser notre rôle. Le contexte général a considérablement changé; les choses peuvent être volatiles et empreintes d’incertitude. Aujourd’hui, les entreprises vont au-delà du résultat net, du bénéfice : elles veulent servir la collectivité et contribuer au développement social. Le recoupement de ces deux axes oriente l’idéal d’une saine gestion, selon moi. »

Parmi toutes les initiatives de CPA Canada, la meilleure démonstration de notre engagement envers l’idéal canadien d’une saine gestion est probablement la forte participation à nos programmes de bénévolat. En donnant de leur temps avec autant d’enthousiasme à ces activités, nos membres montrent réellement leur volonté de contribuer à des effets positifs.

Par exemple, à l’échelle du pays, plus de 11 000 membres sont prêts à offrir bénévolement, à l’aide du matériel élaboré par CPA Canada, des ateliers de formation sur divers sujets liés à la littératie financière. D’autres s’investissent dans le programme de mentorat Martin / CPA Canada, dont l’objectif est d’encourager les élèves autochtones de niveau secondaire à persévérer et à mener des études postsecondaires en comptabilité, en affaires ou en finance.

Pour CPA Canada, l’idéal canadien d’une saine gestion est bien plus qu’une maxime, selon Mme Thomas. « Et c’est à CPA Canada de le rappeler et de mettre en valeur le travail remarquable accompli par ses membres, ici et outre-frontière. »

L’idéal canadien d’une saine gestion est « au cœur de nos activités », affirme Heather Whyte, vice-présidente principale, Marketing, communications et affaires publiques, à CPA Canada. En voici d’ailleurs quelques exemples.

  • Au même titre que le Canada fait partie du G7 même s’il représente un marché de petite taille (relativement parlant), CPA Canada jouit d’une très grande influence, sur le plan international, en matière d’établissement de normes.
  • Depuis l’unification, notre organisation a pris de l’expansion et a renforcé son influence : plus de 210 000 membres au Canada et à l’étranger portent le titre canadien de CPA. Étant donné que les CPA embrassent l’idéal d’une saine gestion par la nature même de leur travail, leur influence positive se fait bien sûr sentir dans le monde des affaires, au Canada comme à l’étranger.
  • Nous sommes tournés vers l’avenir. Par exemple, nous venons de lancer Voir demain : Réimaginer la profession, un projet novateur qui nous aidera à déterminer en quoi les mutations technologiques, l’instabilité géopolitique, les perspectives sociétales mouvantes ainsi que les enjeux environnementaux et économiques risquent de toucher d’une façon inédite la profession comptable. Cette vaste consultation auprès des CPA et de diverses parties prenantes nous aidera à faire le point sur ces inducteurs de changements et à mieux prévoir comment ils façonneront l’avenir de la profession.
  • Nous continuons de nous intéresser aux défis d’envergure mondiale tels que les changements climatiques et les mesures d’adaptation à cette réalité – au moyen de travaux concernant les pratiques de communication d’information financière relative aux changements climatiques ou concernant l’information intégrée.
  • Avec le concours de certains membres, nous travaillons au programme RAID (Résilience + Adaptabilité + Innovation = Durabilité). Comme l’explique Mme Thomas, l’idée est de jouer un rôle primordial dans la création d’entreprises résilientes, adaptables et innovatrices – des atouts qui seront propices à leur viabilité à long terme.
  • Comme toujours, CPA Canada défend l’idéal d’une saine gestion en prônant des politiques publiques judicieuses, et ce, auprès des gouvernements, des membres et d’autres parties prenantes.

À n’en pas douter, CPA Canada et les CPA de manière individuelle ont à cœur de concrétiser ce principe noble qu’est l’idéal canadien d’une saine gestion.

 

Merci, fidèles lecteurs! Le prochain numéro de L’infolettre CPA sera publié le lundi 24 septembre. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous avez des questions ou des commentaires.