Voir de l’avant avec Xerxes K. Cooper, CPA, CMA

Voici un aperçu du parcours de Xerxes K. Cooper, vice-président et chef des finances d’IBM Canada et membre de CPA Canada.

Établi à Toronto, Xerxes K. Cooper, vice-président et chef des finances d’IBM Canada, est membre actif de la Section de Toronto de FEI Canada. Voici un aperçu de son parcours professionnel.

Comment êtes-vous entré dans la profession?

Mon père a travaillé à IBM, en finance, pendant 35 ans. J’ai bénéficié de son exemple : la finance et la comptabilité, l’amour de la rigueur, du professionnalisme et du leadership m’ont attiré dès mon jeune âge. 

Quel aspect de votre travail appréciez-vous le plus?

J’adore l’interaction avec les clients. Je trouve passionnant de leur expliquer ce que fait IBM. Nous travaillons dans le domaine de l’infonuagique (gérer, stocker et traiter les données de la manière la plus efficiente) et des solutions cognitives (exploiter au maximum les nouvelles capacités analytiques pour aider les entreprises à tirer des informations utiles des données). IBM étant une entreprise vaste et complexe, mon rôle me permet de rassembler rapidement nos meilleures ressources pour les mettre au service des clients. J’aime le rôle du chef des finances d’aujourd’hui, qui s’étend à la stratégie, à l’exécution, aux ventes, au perfectionnement des dirigeants et à la mobilisation des employés. 

Y a-t-il une chose que vous auriez aimé savoir avant d’occuper votre poste actuel?

J’aurais aimé interagir davantage avec les clients au cours de ma carrière. Il faut développer sa confiance. Après, on se lance et l’on se rend compte qu’on adore ça et que l’on peut exercer une influence considérable. 

Quelle est votre plus grande réalisation professionnelle?

J’ai participé à la transformation d’IBM Canada : nous avons restauré la croissance et la rentabilité de la société, nous avons pénétré de nouveaux marchés et nous avons amélioré l’engagement et le moral de nos effectifs. 

Quelles publications lisez-vous?

Je suis un lecteur assidu, autant de documents imprimés que de publications en ligne. J’aime beaucoup l’application Flipboard, qui donne accès à des blogues dans différents domaines : Wired, Harvard Business Review, etc. On peut donc se tenir au fait non seulement de la finance et des technologies, mais aussi de l’actualité, des spectacles et de la vie sociale, et rester dans le coup.

Y a-t-il eu un moment déterminant dans votre carrière?

Lorsque j’ai été affecté à New York pendant cinq ans, j’ai pu voyager autour du monde et jouer un rôle à l’échelle mondiale. Cette extraordinaire occasion de perfectionnement personnel m’a préparé aux fonctions que j’ai occupées par la suite.

Quel principe ou concept important vous a aidé?

Si l’on vous confie une tâche, sachez voir de l’avant : demandez-vous pourquoi on s’adresse à vous, tâchez d’avoir une vue d’ensemble, demandez-vous quel est le résultat escompté et prenez les moyens pour y arriver.

Décrivez-vous en trois mots.

Passionné, énergique, dévoué.

Votre façon de voir les choses, en une phrase :

S’il faut échouer, que ce soit vite fait et à petite échelle. Nous apprenons de nos échecs, et si nous échouons, c’est que nous avons au moins essayé de changer. Des perturbations nous guettent partout; il faut donc embrasser des idées audacieuses pour repenser le statu quo. 

Comment le fait d’être membre de CPA Canada et de FEI Canada vous a-t-il été bénéfique, sur le plan personnel ou professionnel?

J’ai obtenu mon titre de comptable parce que je voulais un savoir-faire professionnel. Le programme était intensif. J’ai constaté que mon travail pouvait m’amener à l’étranger et je voulais que mes compétences soient transférables. CPA Canada m’a aidé sur le plan des connaissances et du perfectionnement professionnel. FEI Canada m’a aidé à élargir mon réseau dans les hautes sphères de la finance; c’est une association extraordinaire pour le réseautage et l’établissement de nouvelles relations.