Faire battre le cœur d’une organisation, avec Marietjie Bower, CPA, CMA

Découvrez le cheminement de carrière de Marietjie Bower, membre de CPA Canada et directrice financière de FEI Canada.

Marietjie Bower, directrice financière et secrétaire générale de FEI Canada, dirige le groupe des membres et participe aux activités des comités des TI et de l’information publiée par les sociétés de l’organisation. Elle nous parle de son expérience.

Qu’est-ce qui vous a amenée à choisir le titre de comptable?

Je voulais m’investir à fond dans une entreprise et gravir les échelons pour devenir directrice financière, puis directrice générale. Je voulais travailler en gestion et pouvoir exercer un certain leadership.  La comptabilité et la finance sont mes pierres d’assise, mais je ne suis pas du genre à m’asseoir à mon bureau sans lever le nez de mon travail. Je suis extravertie, j’aime les gens. Dans mon premier emploi au Canada après avoir émigré d’Afrique du Sud, le vice-président aux finances m’a demandé si j’avais songé à poursuivre mes études, et l’idée a fait son chemin. 

Quel aspect de votre travail aimez-vous le plus?

L’élaboration de stratégies : être au cœur de l’organisation, en établir l’orientation, ça me passionne. J’aime aussi beaucoup l’accompagnement et le mentorat. J’adore aider les gens à réaliser leur potentiel. Mes anciennes équipes vous le diront : j’aime sortir les gens de leur zone de confort. Il s’agit de les influencer et de les amener à se dépasser dans leur domaine d’activité, quel qu’il soit. 

Si l’un de mes employés quitte mon organisation pour obtenir ailleurs une promotion que je ne peux lui offrir à l’interne, je prends cela comme un compliment : c’est donc qu’il a appris et qu’il s’est épanoui. Comme je veux qu’il continue d’apprendre et de s’épanouir, s’il doit aller ailleurs pour le faire, je l’accepte volontiers.

Vous avez travaillé dans de petites et de grandes organisations. Quelles différences avez-vous constatées?

Je préfère une structure organique à une organisation hiérarchique, et je crois que c’est en raison de certains succès que j’ai eus dans ma carrière. J’ai fait mon chemin en grande partie dans des petites entreprises organiques, où l’on met davantage la main à la pâte. Les mesures prises ont une incidence plus dynamique sur l’organisation et sont bien mises en évidence; tout ce qu’on fait a une incidence globale. Dans une petite entreprise, chacun sait qu’il faut se retrousser les manches pour effectuer le travail. Parfois, dans une grande société, on voit moins l’incidence sur le produit global, car le travail peut être beaucoup plus structuré et plus étroitement ciblé. J’aime me familiariser avec différents secteurs d’une organisation, et les petites entreprises m’ont permis d’apprendre et d’évoluer dans certains secteurs plus rapidement que je ne l’aurais fait dans une grande organisation. Cela dit, chaque personne est unique et perçoit les choses à sa façon.

Quelles publications lisez-vous?

Je lis surtout en ligne et je suis beaucoup les conversations sur l’intelligence émotionnelle. Je lis aussi beaucoup d’articles qui visent à aider les leaders à s’adapter aux nouvelles tendances et à rester au courant des changements qui surviennent dans leur secteur d’activité. J’aime lire pour savoir comment évoluent les générations et les cultures, comment nous travaillons ensemble et comment les organisations s’intègrent et s’enrichissent mutuellement. Je lis aussi CPA Magazine pour suivre tout ce qui se passe dans le monde de la comptabilité et du leadership.

Utilisez-vous les médias sociaux?

Je suis accro à LinkedIn. Il est si facile de se laisser dépasser. Aujourd’hui, il faut continuellement évoluer pour rester à jour, car le changement est devenu la seule constante. J’ai participé récemment à un webinaire sur l’utilisation de LinkedIn.

Avez-vous un passe-temps favori?

J’adore cuisiner, qu’il s’agisse de faire la popote ou des pâtisseries. Je n’aime rien autant que recevoir des amis à dîner et leur servir des plats inhabituels, que je cuisine pour la première fois. Jusqu’ici (touchons du bois!), je n’ai encore rien raté. J’ai vraiment une passion pour la pâtisserie : à ma retraite, je tiendrai un petit café-restaurant qui servira des viennoiseries et des pâtisseries. Je veux faire connaître aux touristes et aux gens d’ici des gâteries sud-africaines, mais aussi d’autres de mon cru. J’aurai toujours au menu une pâtisserie «inspiration du jour». Pour moi, c’est aussi une activité très relaxante; si je suis vraiment stressée, je rentre du travail et je me mets à cuisiner. Mon garde-manger est rarement vide. J’aime aussi aller à la pêche, mais il y a longtemps que j’en ai eu l’occasion.

Quelle est votre philosophie, en quelques mots?

Repousser les limites. Ne jamais cesser de croire.

Ce n’est pas parce qu’on est très pauvre qu’on ne peut pas réussir dans la vie. On le peut, à force de volonté et de travail. Dès mon plus jeune âge, j’ai toujours repoussé les limites. Si vous me dites que je ne peux pas faire quelque chose, alors je tiens à le faire et je me donne pour mission d’y arriver.

Des portes se sont ouvertes pour moi. J’ai été très choyée! J’ai un mari qui me soutient et m’encourage beaucoup. Ces occasions, je les ai saisies, mais j’ai dû travailler fort chaque fois (comme on doit toujours le faire). Je trouve qu’on doit continuellement se mettre à l’épreuve, s’améliorer, s’épanouir, apprendre et élargir ses horizons.

Comment le fait d’être membre à la fois de FEI Canada et de CPA Canada vous a-t-il profité, sur le plan personnel ou professionnel?

Être membre des deux organisations m’a aidée, car elles offrent des points de vue différents. Je crois que mon titre de CPA m’a donné une base, sur laquelle je m’appuie pour aller de l’avant grâce à FEI Canada. CPA Canada me tient au courant de ce qui se passe dans le monde de la comptabilité et de la finance, et FEI Canada m’aide à me perfectionner sur le plan du leadership afin de me dépasser et de continuer à m’épanouir. Les possibilités de mentorat et de réseautage au sein des deux organisations sont très différentes, mais très complémentaires – tout en ayant aussi beaucoup de points communs.

Dans les sections de Vancouver et de Calgary de FEI Canada, j’ai eu l’occasion de mentorer et d’être mentorée (souvent) indirectement. FEI Canada offre l’occasion de rencontrer de brillants directeurs financiers. Je fais partie de comités de réflexion où je peux participer à la vie de notre secteur et aussi étendre mes compétences. J’ai participé à quelques tables rondes de la FRDFC (Fondation de recherche des dirigeants financiers du Canada) ainsi qu’à un séminaire à titre de membre du groupe d’experts (ce que j’ai vraiment aimé), et je trouve cela très stimulant.

FEI Canada me permet de prendre appui sur la base que j’ai acquise auprès de CPA Canada et de dépasser mes limites en progressant continuellement. Tout est affaire de relations et d’échanges. Beaucoup de membres de FEI Canada font partie de mon réseau rapproché et sont des personnes vers qui je me tourne lorsque j’ai besoin de conseils. Je suis fière d’être membre à la fois de CPA Canada et de FEI Canada.