Auditeurs et certificateurs canadiens : aidez-nous à encore mieux vous appuyer

Les auditeurs et les certificateurs représentent une bonne proportion de nos membres. Aidez-nous à déterminer comment nous pouvons encore mieux vous appuyer.

CPA Canada consacre une partie de ses ressources à la profession canadienne d’auditeur et de certificateur dans le but de servir diverses parties prenantes, notamment les petits et moyens cabinets (PMC), les grands cabinets nationaux, les membres des comités d’audit, les membres de la direction qui participent au processus d’information financière, les étudiants, les autorités de réglementation et les normalisateurs.

Dans le présent billet de blogue, je souhaite faire le point sur les commentaires que nous avons reçus de la part des professionnels en exercice et sur les mesures que nous mettons en œuvre pour répondre aux besoins qu’ils ont exprimés. Nous prenons le pouls d’un large éventail de parties prenantes par l’entremise de nos comités consultatifs (comme notre Comité consultatif sur les petits et moyens cabinets) et des activités organisées par CPA Canada et le Conseil des normes d’audit et de certification (CNAC).

En 2017 et en 2018, nous avons organisé des activités de communication rassemblant chaque fois une trentaine de professionnels en exercice. Lors des consultations supplémentaires menées en vue de formuler une réponse au document de travail sur les audits d’entités peu complexes du Conseil des normes internationales d’audit et d’assurance (IAASB), le CNAC a recueilli les commentaires d’une centaine d’autres parties prenantes, dont 64 PMC et des inspecteurs professionnels, des conseillers en pratique professionnelle, des représentants des autorités de réglementation et d’autres parties intéressées.

Que disent les PMC canadiens?

Les PMC canadiens disent être confrontés aux défis suivants pour assurer leur viabilité et leur prospérité :

  • se tenir informé des changements apportés aux normes d’audit et de certification, en plus des changements aux normes comptables, aux règles fiscales, aux obligations réglementaires, etc.
  • procéder à la mise en œuvre de nouvelles technologies dans le cadre des missions de certification (analyse de données en audit, intelligence artificielle, etc.)
  • recruter des employés qualifiés et les fidéliser
  • faire croître leurs activités de services-conseils

Et qu’en est-il des grands cabinets?

Lors de nos consultations, les grands cabinets nationaux nous ont dit qu’ils consacrent des ressources spécifiquement aux méthodes d’audit et que, par conséquent, ils ont des mécanismes en place pour se tenir au courant des changements apportés aux normes. Si certains des défis auxquels ils sont confrontés sont les mêmes que pour les PMC, comme la mise en œuvre des nouvelles technologies et le recrutement, on observe néanmoins certaines différences. Par exemple, au lieu de se concentrer sur la croissance de leurs services-conseils, les grands cabinets mettent l’accent sur les enjeux suivants :

  • anticiper les problèmes liés à la complexité des activités des entités et aux technologies émergentes (p. ex., l’audit de cryptoactifs), et y trouver des solutions
  • faire comprendre aux parties prenantes la valeur de la certification d’informations autres que les états financiers traditionnels

Que fait CPA Canada en réponse à ces défis?

Pour aider les professionnels en exercice à se tenir au courant des changements apportés aux normes d’audit et de certification, CPA Canada produit le Guide des missions professionnelles, qu’elle tient à jour, en plus de publier des indications visant à soutenir la mise en œuvre des nouvelles normes, comme le Guide des missions d’examen et le guide sur le rapport de l’auditeur. Consultez le Guide sommaire sur les ressources en audit et en certification, mis à jour environ tous les trimestres, pour obtenir une liste pratique des ressources disponibles.

Pour ce qui est des nouvelles technologies, CPA Canada a préparé des ressources sur l’utilisation de l’analyse de données en audit et publié du contenu sur les risques liés aux nouvelles technologies, comme mon dernier billet de blogue au sujet du groupe de travail sur l’audit de cryptoactifs.

En ce qui a trait à la certification des informations présentées en dehors des états financiers traditionnels, CPA Canada et le CNAC ont fait part de leurs commentaires à l’IAASB dans le cadre de son projet sur l’information externe élargie et participent à la deuxième phase du projet Voir demain. Comme l’explique le rapport intitulé La voie à suivre, la phase deux portera principalement sur la gouvernance des données et sur la création de valeur, deux aspects où la certification peut jouer un rôle important.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

En tant que professionnel en exercice au Canada, à quels autres défis êtes-vous confronté dans le cadre de vos activités? Nous voulons savoir ce que nous pouvons faire pour encore mieux vous appuyer. Selon vous, comment CPA Canada peut-elle vous aider à relever ces défis?

Je vous invite à publier vos commentaires ci-dessous ou à m’écrire directement.

Conversations sur la qualité de l’audit se veut un forum d’échange concernant les faits et problèmes nouveaux survenant à l’international en matière de qualité de l’audit et leur incidence au Canada.

Avis de non-responsabilité

Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de CPA Canada.

À propos de l’auteur

Taryn Abate, CPA, CA, CPA (Illinois, É.-U.)

Directrice, Audit et certification, CPA Canada