@travail | Outils

Comment prendre des résolutions professionnelles que vous tiendrez enfin?

En début d’année, on a tendance à se fixer des objectifs. Découvrez comment les atteindre sans vous décourager en cours de route.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Gens d'affaires ayant une réunion dans un bureau moderneEn quête de nouvelles résolutions professionnelles? Demandez à prendre part à des réunions auxquelles vous ne participeriez pas normalement. (Getty Images/Compassionate Eye Foundation/Mark Langridge)

Avez-vous pris des résolutions professionnelles pendant les Fêtes? Acquérir de nouvelles compétences? Travailler moins? Décrocher une promotion? Si vous n’avez pas de plan pour y parvenir, il est fort probable que vous échouerez. D’ici la mi-février, ce sont même 80 % des personnes qui auront manqué à leurs engagements.

Caroline Houle, CPA, coach certifiée et PDG de 6e Sens Coaching, le constate : « La plupart des gens n’ont pas de vrais objectifs et cherchent seulement à éviter un problème ou un désagrément. Ils formulent des résolutions floues comme faire plus de sport, ce qui ne suffit pas à les motiver. Un peu de méthode s’impose pour que vous puissiez atteindre vos objectifs. »

Valère Drainville, formateur et coach spécialisé dans l’efficacité professionnelle, confirme : « Si on manque de vision, on risque de se tromper d’objectifs. L’idée n’est souvent pas d’en faire plus, mais – sans être non plus perfectionniste – d’améliorer certaines de nos façons de faire pour faire mieux, et peut-être moins. »

Voici donc ce que vous pouvez faire pour atteindre vos objectifs.

Étape 1 : Déterminez ce qui vous motive vraiment

La première question à vous poser est la suivante : faites-vous ce que vous avez toujours voulu faire, ce qui vous permet de vous sentir utile et valorisé? « Votre bonheur et votre motivation partent de là », souligne Caroline Houle. Autrement dit, ce qui vous occupe le plus en ce moment vous permet-il de progresser vers la prochaine étape de votre carrière?

« Bien sûr, dit-elle, on n’a pas tous les jours le sentiment d’accomplir un travail grandiose. Pourtant, au-delà de la sécurité financière que nous procure notre emploi ou de la facilité que présentent certaines tâches, il est possible de jouer un rôle qui nous sied mieux. »

L’idée est d’accroître sa zone d’excellence. « Cernez, par exemple, des sujets dont vous aimeriez être capable de parler (comme de nouvelles manières d’aborder l’information financière) sans viser à devenir un expert en la matière pour autant. » Vous pourriez aussi chercher à vous faire de nouveaux contacts, à soigner votre image, etc.

« Chaque situation sera unique, insiste Valère Drainville. Un jeune CPA pourrait vouloir améliorer son efficacité pour facturer davantage, tandis qu’un propriétaire de cabinet visera l’augmentation de la productivité globale grâce à des solutions infonuagiques. Chacun doit trouver une vraie raison d’agir sans perdre de vue que notre ressource la plus précieuse, le temps, est limitée. »

Étape 2 : Adoptez quelques résolutions bien précises

« Fixez-vous ensuite quelques objectifs, explique Caroline Houle. Trois est un bon nombre, car si vous en abandonnez un en cours d’année, vous aurez quand même un taux de réussite de 66 %. Avec deux, vous tomberez à 50 %, ce qui affecte la motivation. »

Les résolutions, on s’en doute, peuvent être de toute nature. Des exemples? Acquérir ou parfaire une compétence technique (comme une meilleure connaissance des mégadonnées ou de l’intelligence artificielle), se développer en tant que personne (en améliorant ses compétences générales ou les habiletés requises pour un poste de haute direction) et apprendre comment mieux gérer ses courriels. 

« Un jeune CPA en entreprise pourrait, par exemple, miser sur le réseautage à l’interne en demandant à prendre part à des réunions auxquelles il ne participerait pas normalement, suggère Caroline Houle. Cela lui permettra de mieux comprendre le modèle d’affaires et l’aidera énormément dans ses analyses futures. Un employé pourrait aussi réduire le nombre de repas pris à l’extérieur en apportant son lunch et ainsi manger avec des collègues avec qui il n’aurait peut-être pas parlé. En plus de faire des économies, il augmentera sa visibilité et son influence dans l’entreprise. » 

Pensons aussi aux changements que vit la profession. « De nombreuses personnes sont rebutées par les changements technologiques, ajoute Valère Drainville, alors qu’elles devraient y voir une opportunité. L’adoption de nouveaux outils dans certains milieux plus conservateurs est toujours délicate, mais les applications collaboratives sont là pour rester, que ce soit dans nos relations avec nos clients ou avec nos collègues, alors autant plonger. »

Dans tous les cas, la démarche reste la même : « Il faut se poser chaque jour des questions ouvertes du type Que vais-je faire aujourd’hui pour atteindre mon objectif?, explique Caroline Houle. Les choses se mettront en place naturellement, parce que notre inconscient est programmé pour trouver une réponse. »

Étape 3 : Validez vos progrès

La validation quasi quotidienne de votre engagement à tenir vos résolutions est essentielle, car chaque petite victoire produit de la dopamine (souvent appelée hormone du bonheur ou du plaisir), un neurotransmetteur qui joue un rôle central dans le renforcement positif et le sentiment de dépendance (plus vous réussissez, plus vous aurez envie de réussir).

« Il ne faut surtout pas attendre plusieurs semaines ou mois, explique Caroline Houle, mais viser des délais bien plus courts, et valider aussi souvent que possible qu’on est sur la bonne voie pour procurer à notre cerveau sa récompense. »

Pourquoi pas chaque soir? suggère-t-elle. Et de citer le coach Marshall Goldsmith, qui invite chacun à se poser plusieurs questions, quotidiennement : « Ai-je fait de mon mieux pour progresser vers l’atteinte de mes objectifs? Pour donner un sens à ce que je fais? Pour être heureux? »

Cette reconnaissance peut aussi venir de « personnes de votre entourage professionnel qui ont les mêmes objectifs que vous ou qui vous comprennent parce qu’elles sont passées par là, ajoute Caroline Houle. Les succès des autres, comme leurs insuccès, peuvent être une grande source de motivation. En parlant ouvertement de nos progrès et des difficultés qu’on rencontre, on se sent moins seul. C’est aussi une excellente façon de souder une équipe. Il n’y a pas de petites victoires; toutes méritent d’être célébrées. »

Pour en savoir plus

Envie de rester au fait des tendances tout en réseautant? De nombreux événements sont à mettre à votre agenda en 2020 : la Conférence sur la littératie financière Mastering Money, le Colloque sur le secteur public, le Symposium sur les impôts indirects, le Forum national sur les technologies et le Forum pour les dirigeants d’OSBL