Jeune employé de bureau arrivant en retard à une réunion

Les résultats d’un sondage mené par Accountemps montrent que, pour les gestionnaires, les retards ou absences à une réunion sont l’irritant le plus courant. (Photo de Pressmaster/Shutterstock)

@travail | Outils

Le savoir-vivre, vous connaissez?

Un sondage d’Accountemps montre que nos manières au bureau sont perfectibles.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

La simple politesse est-elle en train de devenir vieux jeu au travail?

Peut-être bien que oui, à en croire les résultats d’un sondage mené par Accountemps. On y révèle que pour les gestionnaires, les retards (ou absences) à une réunion sont l’irritant le plus courant (25 %*), suivis de près par les sources de distraction comme la prise de messages ou la rédaction de courriels sur un téléphone mobile en pleine réunion (23 %).

Eileen Chadnick, directrice principale de Big Cheese Coaching à Toronto et auteure du livre Ease: Manage Overwhelm in Times of “Crazy Busy”, en a vu de toutes sortes en ce qui concerne les manquements à la politesse.

« Une des répercussions négatives du rythme effréné au travail, c’est la perte du sens des convenances, déplore-t-elle. Les gens, franchement, sont de plus en plus impolis. Sous prétexte d’être débordés, beaucoup trop de professionnels adoptent des comportements qui auraient été jugés carrément inacceptables à une époque pas si lointaine. Pensons seulement aux appels ou aux courriels auxquels la suite à donner vient trop tard, ou encore aux engagements non tenus. »

Des comportements de goujat, Adam Normandin en a vu. Directeur des ressources humaines à la Société de financement d’équipement Wells Fargo à Montréal, il raconte qu’un candidat censé se présenter à un entretien d’embauche n’est jamais venu et n’a pas daigné appeler ni écrire pour s’excuser. « Vous vous doutez bien de ce qu’il est advenu de sa candidature. »

« Quand on envisage une promotion, le savoir-vivre a tout autant d’importance que le niveau de compétences, croit-il. Il serait malvenu de confier un poste élevé à une personne qui méprise les convenances. Les cadres doivent être des modèles. »

UN PEU DE TENUE!

Vous voulez améliorer vos manières au bureau? Ci-dessous, quelques conseils de la mentore Eileen Chadnick ainsi que l’avis des gestionnaires et employés sondés.

Conseils de Mme Chadnick

  • Vous allez être en retard? Prévenez les personnes concernées.
  • Exprimez-vous franchement et honnêtement, mais avec tact et délicatesse.
  • Les conversations ne sont pas des échanges entre machines : rappelez-vous que votre interlocuteur est un être humain.
  • Améliorez votre capacité d’écoute réelle.
  • Tâchez de ne pas céder aux commérages.
  • Respectez les autres de la même façon que vous souhaitez qu’on vous respecte.

DES CONSEILS POUR METTRE LES CHANCES DE VOTRE CÔTÉ

Que vous souhaitiez être visible auprès des bonnes personnes ou devenir un expert réputé, lisez nos stratégies propices à faire évoluer votre carrière. Ne manquez pas non plus ces conférences pour comptables : elles vous aideront à bâtir votre réseau de contacts et à parfaire vos connaissances.

L’INCIVILITÉ EN CHIFFRES : SONDAGE D’ACCOUNTEMPS

Quels sont les manquements à la politesse les plus courants?

Gestionnaires : Retard ou absence à une réunion (25 %); distraction intempestive en réunion, par exemple, lecture des courriels sur un téléphone (23 %)
Employés : Commérages sur des collègues  (26 %); distraction en réunion (15 %); réponse tardive à un message vocal ou à un courriel  (12 %)

La politesse peut-elle favoriser l’avancement professionnel?

Gestionnaires : 65 % pensent que oui, tout en jugeant les compétences plus importantes
Employés : 36 % pensent que oui

Devient-on moins poli au fur et à mesure qu’on prend du galon?

Gestionnaires : 55 % ne perçoivent aucune différence
Employés : 56 % pensent que oui