employés conduisant une réunion debout

Pour les réunions debout, limitez-vous à 15 minutes pour ne pas lasser les employés. Le souci de la brièveté évite aussi de s’éparpiller. (Photo de Dean Drobot/Shutterstock)

@travail | Outils

Découvrez pourquoi vos prochaines réunions devraient se tenir debout

À la clé : des gains de productivité et des employés en santé.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Difficile d’éviter la sédentarité quand on travaille dans un bureau. Les ballons d’exercice et bureaux à hauteur réglable sont certes de bons alliés pour combattre l’inactivité, mais certaines entreprises vont plus loin en organisant des réunions debout pour contrer les effets néfastes du travail de bureau.

« Les adultes consacrent environ 10 heures par jour à des activités sédentaires, généralement dans le cadre de leur emploi. Compte tenu des nombreux effets physiologiques et psychosociaux qui en découlent, nous devons trouver des moyens d’écourter ces longues périodes en position assise. Par exemple, introduire des réunions où les participants se tiennent debout ou marchent », mentionne Leigh Vanderloo, gestionnaire de connaissances à ParticipACTION, un organisme au slogan bien à propos : Il est temps de moins s’asseoir et de bouger plus.

Des réunions debout d’une quinzaine de minutes sont l’idéal pour éviter la fatigue chez les employés. D’autant plus que la brièveté des rencontres incite à plonger illico dans le vif du sujet. Les réunions en marchant, quant à elles, devraient compter au maximum six participants, préconisent les experts, afin que chacun puisse intervenir dans la discussion sans élever la voix. Quelques entreprises proposent même à leurs employés des itinéraires pour encourager les réunions-promenades. C’est bénéfique non seulement pour la santé, mais aussi pour la productivité. Selon le Harvard Business Review, les réunions debout augmentent de 5,25 % la créativité, et de 8 % la mobilisation.

Il y a quatre ans, la compagnie d’assurance Allstate du Canada adoptait les réunions en marchant pour son personnel. En juin dernier, elle lançait un programme de groupes de marche pour encourager les employés à parcourir un circuit à pied de 15 minutes deux fois par semaine. Elle a depuis constaté les bienfaits liés à ces mesures.

« Les groupes de marche s’ajoutent à une foule d’autres initiatives visant à inciter les employés à se lever et à bouger, et à leur donner l’occasion de changer de décor, de prendre un bol d’air frais et de penser différemment, explique Ryan Michel, président et chef de la direction de l’assureur. Intégrer l’exercice dans la journée de travail permet de rompre avec l’inactivité qu’imposent de nombreuses tâches administratives. La santé physique étant indissociable de la santé mentale, tout problème lié à l’une de ces facettes de notre vie risque de nuire à notre bien-être général et à notre rendement. »

Thy Dinh, directrice, Économie de la santé, au Conference Board du Canada, considère cette approche descendante comme un facteur de réussite essentiel. « Changer le milieu physique ne suffit pas, il est indispensable que le changement vienne d’en haut, de l’entreprise et de la direction, pour favoriser une réelle adhésion. »

Les réunions où l’on se tient debout ou l’on marche s’accompagnent aussi d’avantages économiques. « Être en bonne santé permet d’éviter bien des malaises, ajoute Mme Dinh. Les employés malades s’absentent plus souvent et recourent plus souvent aux prestations de maladie. » Sans compter que l’augmentation du débit sanguin attribuable à l’activité physique stimule la créativité, exerçant du même coup un effet positif sur la productivité.

Mme Vanderloo croit elle aussi à l’approche descendante pour provoquer le changement souhaité. Grâce aux affiches indiquant que s’asseoir est facultatif apposées à la porte des salles de réunion de ParticipACTION, chaque employé se sent libre de se tenir debout même si les autres s’assoient. De plus, des sabliers rappellent aux participants de se délier les jambes toutes les demi-heures.

« Il suffit d’être debout cinq ou six minutes. Rester assis et inactif durant de nombreuses heures est vraiment dommageable pour la santé. Toute activité permettant d’entrecouper ces périodes est bénéfique », souligne Mme Vanderloo.

Si vous n’avez pas bougé de votre chaise dans la dernière heure, c’est le moment de vous lever!

CONSEILS DE CPA SUR L’ÉQUILIBRE TRAVAIL-VIE PERSONNELLE

Aimer son travail, c’est un bon début! Des habitudes de sommeil au niveau de stress, découvrez l’influence considérable de votre emploi sur votre vie courante. De plus, assurez-vous de lire Désintox techno : pourquoi est-il si difficile de décrocher en vacances?  afin de découvrir comment vous reposer et refaire le plein d’énergie.