Articles de fond | Magazine Pivot

Affaires : les meilleurs ouvrages de 2019

Coup d’œil sur les finalistes du National Business Book Award de 2019.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Quatre livres: Railroader, Meltdown, Hockey Fight in Canada, Right-Hand ManLes finalistes du National Business Book Award, édition 2019 (tous droits réservés)

Dans les ouvrages en lice pour le National Business Book Award, les thèmes traités fluctuent souvent au gré des manchettes, mais une constante se dégage. Les biographies fouillées de personnalités ou d’entreprises bien en vue, au dénouement tragique de préférence, sont habituellement retenues et souvent primées. En 2016, la journaliste chevronnée Jacquie McNish remportait le prix, avec Sean Silcoff, pour Losing the Signal: The Spectacular Rise and Fall of BlackBerry, et en 2005, avec Sinclair Stewart, pour Wrong Way: The Fall of Conrad Black. Les hauts et les bas du pétrole albertain, au cœur de l’économie, figurent souvent parmi les thèmes prisés : cinq des douze derniers ouvrages récompensés s’y intéressaient. 

Mais pas cette année. Malgré son omniprésence dans l’actualité, l’or noir n’a pas eu droit de cité, tandis que le lauréat du prix de 30 000 $, Meltdown: Why Our Systems Fail and What We Can Do About It, a visé dans le mille. Les auteurs, Chris Clearfield, ex-courtier en produits dérivés, et András Tilcsik, professeur de gestion à l’Université de Toronto, y abordent un sujet qui mobilise immanquablement les chefs d’entreprise aujourd’hui : les systèmes gagnent en complexité, d’où un risque d’effondrement. Et certains s’écroulent effectivement, avec fracas. Si la pire des choses reste la catastrophe nucléaire, les cas de défaillance se multiplient, des fuites de données financières (coûteuses) aux écrasements d’avion (tragiques). Un casse-tête pour les dirigeants aux commandes. Que faire dans un monde résolu à confier la gestion des systèmes à des pilotes automatiques dotés d’intelligence artificielle? Si le problème est évident, la solution l’est moins, mais les auteurs espèrent tout de même que l’humanité se réappropriera ses inventions pour mettre fin à l’âge d’or des catastrophes. 

D’excellentes biographies de deux redoutables chefs d’entreprise figuraient aussi au palmarès. Howard Green, journaliste économique et deux fois finaliste à un prix Emmy, a été remarqué pour Railroader: The Unfiltered Genius and Controversy of Four-time CEO Hunter Harrison. 

Le titre dépeint éloquemment la personnalité jusqu’au-boutiste de M. Harrison, encore à pied d’œuvre deux jours avant son décès à l’âge de 73 ans, en 2017. Figure marquante et fort controversée de l’histoire ferroviaire canadienne, né aux États-Unis, il deviendra PDG du Canadien National, puis du Canadien Pacifique. Quel doublé! Ce personnage, qui a bouleversé une industrie canadienne emblématique, mérite pleinement le portrait pittoresque brossé par M. Green.

Right Hand Man: How Phil Lind Guided the Genius of Ted Rogers, Canada’s Foremost Entrepreneur porte un regard inédit sur un autre visionnaire haut en couleur. Écrit par le bras droit de Ted Rogers, Phil Lind, avec Robert Brehl (auteur qui a contribué à l’autobiographie de M. Rogers parue en 2008, Relentless), l’ouvrage ouvre les coulisses de la création d’un empire médiatique. M. Lind livre un témoignage de première main; perspicace, il souligne que tout entrepreneur qui s’aventure dans le paysage culturel canadien doit savoir s’adapter – tout comme Ted Rogers – à une lourde réglementation, et même réussir à la faire évoluer. 

Le conglomérat Rogers est également au cœur de l’action du quatrième ouvrage, Hockey Fight In Canada: The Big Media Faceoff over the NHL. David Shoalts, journaliste sportif au Globe and Mail, relate l’impitoyable lutte que se livraient la CBC, le parent pauvre, et Rogers, le nouveau riche, pour l’obtention des droits de diffusion des matchs de la LNH. Toutefois, l’affrontement en disait long aussi sur d’autres réalités : la valeur changeante des équipes, le déclin de la télédiffusion classique et la quête de nouveaux flux de revenus par les géants technologiques, aux prises avec le plafonnement des ventes de matériel.

Le National Business Book Award a été décerné en juin dernier. « Ce prix prend le pouls du milieu des affaires, explique Heather Whyte, éditrice de Pivot. En tant que fier commanditaire, CPA Canada tient à souligner le talent d’auteurs exceptionnels. »