Articles de fond | Magazine Pivot

Pistes d’amélioration de l’information en ligne

Nous disposons des outils nécessaires pour repenser la présentation de l’information financière en ligne. Pourquoi hésiter?

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

jeune homme d'affaires à l'aide d'un ordinateur portable, tout en détenant un document commercialÀ l’ère numérique, la lecture se fait par sauts; on suit le fil d’une idée en cheminant d’une page Web ou d’un dossier à l’autre. Les entreprises devraient présenter l’information en conséquence, pour faciliter l’accès aux données à des fins décisionnelles. (Shutterstock/photofriday)

Pour les CPA, les bouleversements se succèdent : l’intelligence artificielle, la chaîne de blocs, l’analytique avancée déferlent. De quoi effectuer des tâches auparavant inimaginables, comme l’analyse de la totalité des opérations d’une entité; et pourtant, malgré ces percées, les comptables s’en tiennent au paradigme du papier.

Pensons à la présentation de l’information. Il y a 20 ans, nombre d’entreprises n’avaient pas de site Web, et seulement la moitié des sites présentaient de l’information financière – les investisseurs et autres parties prenantes restaient sur leur faim. À présent, toutes les sociétés cotées ont un site Web, où figurent, sauf exception, états financiers, communiqués, rapports de gestion, information sur les questions environnementales, sociales et de gouvernance…

Hélas, le contenu est toujours présenté en PDF, format qui reprend l’information papier. On met l’accent sur les documents en eux-mêmes, et non sur les données qu’ils renferment. Les états financiers, truffés de notes longues et complexes (réglementation, normes, crainte du litige), nécessitent une lecture linéaire; pour trouver le renseignement désiré, il faut les déchiffrer du début à la fin.

Pourtant, les mentalités ont évolué. Une question, un doute? Vite, la réponse! Si, lors d’une soirée, un de vos invités se demande quand Beethoven a vu le jour, un autre convive aura tôt fait de consulter son cellulaire : « Né en 1770, mort en 1827. » Ce point réglé, on peut passer à la vraie question : le compositeur s’inscrivait-il dans la tradition classique ou romantique?

À l’ère numérique, la lecture se fait par sauts; on suit le fil d’une idée en cheminant d’une page Web ou d’un dossier à l’autre. Alors, aux entreprises de présenter l’information en conséquence, pour faciliter l’accès aux données à des fins décisionnelles. Force est de constater que l’information ne répond pas aux attentes du lecteur d’aujourd’hui. C’est comme si certaines organisations attendaient patiemment le train au lieu de prendre un vol direct. Dans un monde qui change, elles se laissent prendre de vitesse.

Le monde change, mais non la façon dont l’information d’entreprise est communiquée.

Et encore, bien peu d’entreprises ont adopté l’information intégrée, qui rassemble l’information financière et l’information sur les questions environnementales, sociales et de gouvernance. Pourtant, l’intégration de l’information amène le lecteur à saisir d’un coup d’œil toutes les facettes d’un thème.

Dans l’étude The Future of Corporate Reporting, la Fédération des experts-comptables européens (devenue Accountancy Europe) préconise l’abandon du paradigme du papier : l’information d’entreprise de l’avenir doit épouser l’évolution de la technologie, selon un modèle souple, au diapason des nouveautés, qui influent sur l’interaction entre le public et une entité, et qui se répercutent au premier chef sur la communication de l’information elle-même.

Profiter pleinement de la technologie, c’est tirer parti de ses moyens : formats qui priorisent le numérique, données interactives, liens, multimédia et présentation de l’information en temps réel. Seront mis à contribution les sites Web, les médias sociaux et les applications de présentation de l’information; pour la communiquer, on se concentrera sur les données elles-mêmes plutôt que sur les états récapitulatifs où elle figure. Et ces derniers feront appel à des formats et à des langages de balisage (HTML et XBRL) pour faciliter le téléchargement et l’analyse informatisée, sans intervention humaine.

Pour bien renseigner les investisseurs, le site d’entreprise idéal, fondé sur l’information intégrée, présenterait les indicateurs de performance clés. On y offrirait des fonctions d’accès en mode descendant afin d’afficher les états au complet et les données détaillées, sous forme interactive, en vue d’en faciliter l’extraction et l’analyse informatisées. Le lecteur pourrait alors bien vite dégager l’essentiel des faits et se pencher sur les vrais enjeux.