Articles de fond | Magazine Pivot

Combien faut-il gagner pour être à l’aise?

Les Canadiens se sont prononcés et la réponse va vous surprendre.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Illustration d'une pile d'argent reposant sur un canapéÀ moins de vouloir mener une vie de pacha ou d’avoir de nombreuses dettes, la plupart des couples vivraient plutôt bien avec 10 000 $ par mois. (Illustration de Leeandra Cianci)

Combien faut-il gagner pour être à l’aise? Selon les avis recueillis par Edward Jones, société de services financiers, ce serait – tenez-vous bien – 250 000 $ par année et par personne. Une fois le fisc rassasié, il resterait 155 000 $ à un Britanno-Colombien, soit tout de même le triple du revenu net moyen de l’Homo canadensis (56 000 $).

« Le tout frise le délire », soutient Hugh Woolley, CPA, CA chez Lewis & Company, à Vancouver. « Très peu de gens sont aussi bien nantis, et nul besoin de gagner autant pour être à l’aise. La plupart peuvent s’en tirer honorablement avec 5 000 $ par mois. À moins de vouloir une vie de pacha, 10 000 $ par mois est une somme qui comblerait déjà le commun des mortels, de quoi vivre plutôt bien, merci, pour un couple, à supposer qu’il ne soit pas écrasé de dettes. Bref, si les deux touchent chacun 56 000 $ nets, l’écart entre l’idéal et la réalité n’est pas si grand. »

Pourquoi une telle fabulation? La panique, peut-être. « Les quadragénaires aident leurs enfants aux études et n’ont pour ainsi dire aucun bas de laine. » Pour preuve, selon un sondage mené par CPA Canada en 2018, 42 % des Canadiens pensent devoir travailler après 65 ans et la moitié n’ont pas les moyens de prendre leur retraite.

Au lieu de rêver d’un salaire mirobolant, mieux vaut s’atteler très tôt à l’épargne. Les trois quarts des répondants au sondage font déjà l’effort de mettre de l’argent de côté tous les mois. Alors, assurons un suivi étroit de nos déboursés, cotisons sagement au REER et au REEE de nos enfants, et arrêtons de nous ruiner en repas au restaurant. Peut-être faut-il dire adieu à la deuxième voiture? « Quand on regarde où l’argent file, on se rend compte qu’il y a moyen de moyenner avec un salaire décent. Quitte à oublier la rutilante berline avec sièges en cuir. »