Comptabilité | La profession

Entrevue avec le lauréat de la médaille d’or du Gouverneur général à l’EFC

Tirez parti des réflexions des médaillés d’or à l’Examen final commun de septembre 2019.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Michael WongMichael William Wong, du cabinet Deloitte à Toronto (Ont.), a remporté la prestigieuse médaille d’or du Gouverneur général pour avoir obtenu le meilleur résultat au pays. (Tous droits réservés)

Les résultats à l’Examen final commun (EFC) de septembre 2019 étant maintenant connus, il faut féliciter tous les candidats qui ont franchi avec succès cette étape clé du programme d’agrément des CPA.

En effet, pour obtenir leur titre, les candidats à l’exercice de la profession doivent satisfaire aux exigences des volets formation, expérience et évaluation du programme d’agrément CPA.

L’EFC, une évaluation difficile qui s’étend sur trois jours, s’est révélé encore plus complexe cette année pour les candidats des centres d’examen qui ont connu des problèmes de logiciel ou d’accès au réseau Wi-Fi. Le Jury d’examen, responsable de la correction des copies, a salué la résilience des candidats.

S’établissant à 76,3 %, le taux de réussite cumulatif à l’EFC concorde avec les taux des années précédentes. Soulignons tout particulièrement le succès des récipiendaires d’une médaille d’or et de l’ensemble des candidats figurant au Tableau d’honneur, dont les résultats se situent dans le premier centile.

  • Michael William Wong, du cabinet Deloitte à Toronto (Ont.), a remporté la prestigieuse médaille d’or du Gouverneur général (et un prix de 5 000 $ de CPA Canada) pour avoir obtenu le meilleur résultat au pays.
  • Une médaille d’or régionale et un prix de 2 500 $ ont par ailleurs été remis par CPA Canada à chacune des personnes suivantes pour avoir obtenu le meilleur résultat dans leurs régions respectives :
    - Provinces de l’Atlantique : Tiffany Lynn Lowe, EY, Saint John (N.-B.)
    - Québec : François D’Anjou, Deloitte, Montréal (Qc)
    - Provinces de l’Ouest : Tyler Laith Yassin, PwC, Edmonton (Alb.)

LES GRANDS HONNEURS

Comme c’est souvent le cas des médaillés d’or à l’EFC, Michael Wong a été très surpris d’avoir obtenu le meilleur résultat au pays. Il revenait d’un voyage de ski à Mont-Tremblant quand il a entendu le message laissé par un associé de Deloitte sur sa boîte vocale : « Peux-tu me rappeler aujourd’hui? C’est plutôt urgent. » « Ce genre de message est rarement sans importance », explique-t-il.

En apprenant la nouvelle, Michael s’est immédiatement senti soulagé… d’avoir réussi l’examen! Il réalise maintenant l’ampleur de son exploit. « C’est l’aboutissement de mes années d’études et des liens que j’ai tissés pendant mon parcours, dit-il. Le fait d’avoir remporté cette médaille me met en bonne position pour contribuer de façon positive à mon secteur et à mon milieu. Difficile de trouver meilleure façon d’amorcer une carrière! »

LES CLÉS DU SUCCÈS

Michael Wong attribue sa réussite à l’EFC à la discipline et à la détermination avec laquelle il s’est préparé, ainsi qu’au soutien de son université, de son cabinet, de ses amis et de sa famille. Après avoir obtenu sa maîtrise, il a formé un groupe d’étude avec trois camarades de classe : au cours des cinq semaines précédant l’EFC, ils se retrouvaient pour travailler ensemble du lundi au vendredi de 9 h à 17 h. « Leur présence m’a été réellement utile », confie-t-il.

Pour se préparer, ils répondaient à des études de cas puis analysaient ensemble le travail de chacun. « On comprenait ainsi non seulement ce qu’on n’avait pas fait correctement, mais aussi pourquoi on avait raté la cible, décrit-il. Par exemple, avait-on mal compris le rôle à jouer? Avions-nous omis un fait présenté dans l’étude de cas? Avions-nous des lacunes sur le plan technique? Comme il est toujours difficile de poser un regard objectif et critique sur son propre travail, nos échanges ont été précieux. »

« Je serai toujours reconnaissant envers mes camarades de mon groupe d’étude, qui m’ont maintenu sur la bonne voie et n’ont jamais hésité à m’expliquer mes erreurs. Merci aussi à mes amis, mes collègues et ma famille, qui m’ont soutenu dans mon parcours et m’ont aidé à garder le moral! »

« Je remercie également mes professeurs de l’Université de Waterloo, ajoute Michael, à qui je dois une fière chandelle pour avoir répondu à mes innombrables questions. »

En plus de miser sur une stratégie d’étude solide, Michael veillait à s’accorder du temps pour se détendre. « Personne n’est à l’abri de l’épuisement professionnel. Savoir gérer son temps et son énergie est essentiel. »

Pour Michael, l’escalade était le moyen de se détendre après ses séances d’étude. « L’amour de l’escalade se répand comme une maladie contagieuse : j’ai convaincu la plupart de mes amis de s’y essayer et certains sont maintenant des adeptes! »

Après l’EFC de septembre, Michael a passé quelques mois en Asie, où il a visité le Japon, la Corée du Sud, le Vietnam et la Chine. Depuis le 6 janvier, il est de retour chez Deloitte. « Quelle expérience incroyable! Je suis heureux d’avoir pris du temps pour voyager. »

DES HORIZONS À EXPLORER

Michael Wong s’estime chanceux d’avoir pu se familiariser avec divers rôles dans le cadre du programme coopératif de son université. « J’ai pu acquérir une expérience pratique solide, se réjouit-il. Mes mentors, collègues et superviseurs m’ont tous beaucoup aidé à progresser, sur les plans personnel et professionnel. »

Michael, qui compte 15 mois d’expérience pratique obligatoire dans le cadre de son programme coopératif, devra en cumuler 15 autres pour satisfaire aux exigences du programme d’agrément. À l’heure actuelle, il s’intéresse surtout à l’évaluation, aux fusions et acquisitions et au capital-investissement, particulièrement en ce qui concerne la construction d’infrastructures (ponts, routes à péage, hôpitaux, etc.). Son poste dans le groupe de services-conseils en infrastructure et en fusions et acquisitions à Deloitte lui convient parfaitement. « J’ai hâte d’explorer ces secteurs, et bien d’autres encore! Il y a tant à découvrir. » 


MÉDAILLÉS RÉGIONAUX

Tiffany Lowe

Tiffany Lynn Lowe, EY, Saint John (N.-B.)
Récipiendaire de la médaille d’or de CPA Canada dans les provinces de l’Atlantique

Chef de mission à EY, Tiffany Lynn Lowe a été aussi surprise qu’heureuse d’apprendre qu’elle avait obtenu la médaille d’or dans sa région.

Comment vous sentez-vous après avoir appris que vous étiez récipiendaire de la médaille dor régionale dans les provinces de l’Atlantique?
C’est un grand honneur d’avoir obtenu le meilleur résultat de ma région.

D’où vous est venue l’envie de devenir CPA?
Je m’intéressais au départ à la comptabilité et cet intérêt a grandi pendant mes études universitaires, ce qui m’a poussée vers le titre de CPA. Ma famille, mes amis et mes collègues m’ont également donné l’élan dont j’avais besoin tout au long du programme.

En quoi le programme CPA vous a-t-il aidée à développer vos compétences et comment vous aidera-t-il dans votre carrière?
Non seulement le programme CPA m’a permis d’acquérir des compétences en analyse, mais j’ai aussi pu nouer des relations professionnelles qui n’auraient pas été possibles autrement. Le programme CPA a fait de moi une véritable professionnelle, et je suis prête à saisir les occasions qui se présenteront dans l’avenir.

Quels sont vos objectifs professionnels en tant que CPA?
Entre autres objectif, j’entends continuer à élargir mes connaissances en comptabilité dans divers secteurs et à accroître mes compétences en gestion tout au long de ma carrière.


Francois DAnjou

François D’Anjou, Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., Montréal, QC 
Récipiendaire de la médaille d’or de CPA Canada au Québec

Après avoir réussi l’EFC avec brio, François D’Anjou, conseiller, Services gestion des risques opérationnels, sait que l’aventure ne fait que commencer.

Comment vous sentez-vous après avoir appris que vous étiez récipiendaire de la médaille dor régionale au Québec?
Je suis très heureux, bien sûr, même si j’étais un peu sous le choc quand on m’a appelé pour me le dire. Je ne m’y attendais pas. Je savais que ça s’était bien passé, mais comme c’est un examen qui a ses particularités, on n’est jamais sûr de rien avant le résultat.

D’où vous est venue l’envie de devenir CPA?
Au début de mes études supérieures, je me dirigeais plutôt vers les TI et le génie, mais j’ai réalisé que, à long terme, l’aspect administration m’intéressait davantage. À mon entrée à HEC Montréal, j’ai compris que la profession de CPA me permettrait de cultiver cet intérêt tout en restant à l’avant-garde des technologies.

J’en ai eu la confirmation quand j’ai décroché un stage d’été chez Deloitte, dans le groupe Conseils en gestion des risques. Ça m’a vraiment captivé et j’ai pu concilier mes divers centres d’intérêt, tout en travaillant au sein d’une équipe dynamique. 

En quoi le programme CPA vous a-t-il aidée à développer vos compétences et comment vous aidera-t-il dans votre carrière?
Tout au long des études, on acquiert un certain nombre de connaissances techniques, mais aussi diverses méthodes de travail; on développe d’autres façons de penser ou d’analyser les choses, et on apprend des méthodes pour cerner les problèmes. Ce sont autant d’outils qui nous seront utiles dans la « vraie vie » en contexte professionnel, afin de faire les meilleures analyses possible le moment venu.

C’est aussi le cas de la préparation à l’EFC. L’été passé, histoire de nous motiver, un de nos formateurs nous a dit : « La préparation à l’EFC vous permet de travailler sur des outils que vous allez réutiliser pour vrai ensuite », et j’en ai eu la preuve. La méthode d’approche « problème-impact-recommandation », par exemple, qui sert à régler un problème de contrôle interne, peut s’appliquer partout et permet d’obtenir une analyse plus complète. 

Quels sont vos objectifs professionnels en tant que CPA?
Devenir CPA auditeur pour commencer (si l’on peut dire!). Le secteur des télécommunications et des TI reste mon domaine de prédilection. J’aimerais y développer mes compétences dans deux branches plus spécifiques : les tests des contrôles automatisés et les tests des contrôles généraux informatiques.

Je suis conscient qu’il me reste encore beaucoup à apprendre, mais la formation de CPA nous donne tous les outils nécessaires pour y parvenir. Peu importe la situation où l’on se trouve, quelle que soit la nature du problème à régler, je sais maintenant qu’il y aura toujours un moyen d’y arriver.


Tyler Yassin

Tyler Laith Yassin, PwC, Edmonton (Alb.)
Récipiendaire de la médaille d’or de CPA Canada dans l’Ouest du Canada

Tyler Laith Yassin, qui travaille en certification à PwC, a été agréablement surpris de savoir qu’il remportait la médaille d’or dans sa région.

Comment vous sentez-vous après avoir appris que vous étiez récipiendaire de la médaille dor régionale dans les provinces de l’Ouest?
Je suis enchanté. Quel honneur d’être ainsi récompensé pour les efforts fournis et les compétences acquises ces dernières années dans le cadre du programme CPA et de mon emploi chez PwC.

D’où vous est venue l’envie de devenir CPA?
Comme mes parents exploitaient une PME, j’ai été témoin dès mon plus jeune âge des activités quotidiennes et des finances de leur entreprise. De là est né mon intérêt pour les affaires, qui m’a mené vers la carrière de CPA.

Les compétences acquises pendant le programme CPA ouvrent de nombreuses portes; c’était la voie tout indiquée pour moi. 

En quoi le programme CPA vous a-t-il aidée à développer vos compétences et comment vous aidera-t-il dans votre carrière?
Le programme m’a permis d’approfondir mes aptitudes dans de nombreux domaines, dont l’audit, la fiscalité, la finance et la stratégie, ainsi que mes compétences générales, dont la communication. J’ai développé des stratégies d’analyse de problèmes complexes, qui m’ont été utiles dans mon travail chez PwC. En cabinet, on épaule des clients de toutes sortes, et le programme CPA m’a aidé à mieux répondre à leurs besoins. 

De plus, grâce à l’approche collaborative du programme, j’ai appris à travailler avec différents types de personnalités et de styles. Cette expérience diffère des cours universitaires, où j’étudiais souvent seul. Je reconnais maintenant la valeur du travail d’équipe, qui permet d’apprendre les uns des autres pour atteindre les résultats voulus. 

Quels sont vos objectifs professionnels en tant que CPA?
Je veux continuer à travailler dans un milieu stimulant et gratifiant, où je peux développer et approfondir encore davantage mes compétences. Je suis impatient de découvrir les occasions et les expériences qui se présenteront à moi dans mon rôle de CPA.


Avec la collaboration de Mathieu de Lajartre et Ethan Rotberg

Images: Lowe (Photo Flewwelling); D’Anjou et Yassin (tous droits réservés)