Comptabilité | Durabilité

Une équipe canadienne remporte le premier prix d’un concours mondial sur le thème de la durabilité

Les concurrents canadiens ont proposé de mettre à contribution une technologie novatrice pour éliminer les émissions de méthane. L’équipe entend commercialiser son idée, de manière durable, il va de soi.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Trophée levant la main dans les airsLa première place du concours annuel A4S International Case Competition a été décernée à l’équipe Rotapower, un groupe de quatre étudiants de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia.

Une équipe canadienne a remporté le premier prix de la deuxième édition du concours annuel A4S International Case Competition (A4SICC). Instauré en 2004, le projet Association pour la comptabilité durable (ACD) – Accounting for Sustainability ou A4S – vise à inciter les dirigeants financiers à susciter un virage fondamental vers des modèles d’affaires résilients et une économie durable. CPA Canada et le projet ACD du prince de Galles (The Prince of Wales’s Accounting for Sustainability Project) ont mis sur pied la section canadienne du Réseau de leadership des chefs des finances du projet en 2017. L’objectif est de collaborer avec les chefs des finances du pays et leurs équipes pour intégrer les questions économiques, environnementales et sociales à la stratégie, aux processus et à la prise de décision d’affaires.

Le concours, coparrainé par CPA Canada, s’est tenu cette année à la Rotman School of Management de l’Université de Toronto, les 29 et 30 mars. Des étudiants des grandes écoles de commerce du monde entier avaient été invités à concevoir les entreprises de demain.

On sait que la durabilité est un des sujets de l’heure parmi les leaders des milieux d’affaires. Or, dans le but de préparer les futurs leaders à faire partie de la solution, l’édition de cette année visait à faire jaillir les bonnes idées quant aux solutions technologiques susceptibles d’apporter de la valeur aux entreprises, en répondant à des préoccupations de durabilité sociétale ou environnementale. Les équipes en lice provenaient du Canada, de Singapour, des États-Unis, de l’Inde et du Kenya.

L’ÉQUIPE GAGNANTE

Cette année, la première place a été décernée à l’équipe Rotapower, un groupe de quatre étudiants de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia, ce qui lui a valu une récompense de 10 000 $. Cette équipe a soumis un projet visant l’atténuation des émissions de méthane dans les sites d’enfouissement. L’idée proposée est d’exploiter les biogaz qui se dégagent de ces sites pour alimenter un moteur rotatif et ainsi éliminer les émissions de méthane, du fait que le combustible serait converti en électricité (pouvant être utilisée localement ou vendue à une compagnie d’électricité).

Lorsque le concours A4SICC a été ouvert, les coéquipiers (Geneviève Roch, Akshay Joshi, Ankit Kumar et Eda Tuzunatac) n’en étaient qu’au premier semestre de leur programme de MBA. L’École de gestion John-Molson encourage la participation aux concours d’études de cas, explique M. Joshi. Les équipes peuvent d’ailleurs profiter du soutien et du mentorat de professeurs ou d’anciens étudiants. À noter que l’école a procédé à des épreuves de sélection avant de former des équipes constituées de membres aux antécédents diversifiés.

« Geneviève avait l’expérience de la logistique et de l’exploitation; les autres, une expérience en marketing et en finances; et moi, en génie, raconte M. Joshi. Ils ont combiné nos forces pour que nous soyons complémentaires. »

L'équipe Rotapower recevant son prixL’équipe Rotapower lors de la remise du prix. (Tous droits réservés)

Avant d’entrer au programme de MBA, M. Joshi travaillait pour une jeune pousse californienne qui utilisait la même technologie que celle que son équipe a soumise comme idée pour le concours A4SICC.

Il poursuit : « Le but était de proposer une solution technologique innovante. Nous voulions suggérer quelque chose qui puisse être mis en œuvre immédiatement, en espérant nous démarquer des autres équipes. »

L’entreprise pour laquelle M. Joshi travaillait utilisait un moteur mu grâce à du biogaz, mais n’avait pas en tête une application axée sur la durabilité environnementale – ce que les quatre étudiants ont vu comme une possibilité intéressante.

ON SE RÉJOUIT, MAIS CE N’EST PAS FINI!

L’équipe Rotapower s’est réunie toutes les semaines pendant trois mois pour peaufiner son travail et son exposé. Les coéquipiers ont travaillé avec sérieux et savaient qu’ils tenaient une bonne idée, mais n’avaient pas vraiment d’attentes pour le concours.

« On ne s’attendait pas à gagner, confie Geneviève Roch. Je pense que c’est parce que nous faisions nos premiers pas dans un concours de ce genre. Et aussi à cause de la culture de l’université : humilité et prudence sont de mise face à ces activités. »

« Cela dit, nous avons été ravis! »

Leurs efforts ayant été soulignés, les membres de l’équipe Rotapower cherchent maintenant à développer plus concrètement cette affaire. Mme Roch affirme que les entreprises – particulièrement les grands acteurs de l’industrie des hydrocarbures, très polluante – ressentent des pressions pour investir massivement dans la réduction de leurs émissions. « Nous nous sommes dit qu’il y avait là un bon filon – durable – à exploiter. »

Akshay Joshi constate que l’exercice de préciser leur concept, aux fins du concours, a été riche d’enseignements. « Nous pensons que c’est une bonne idée, et qu’elle peut se concrétiser. Alors on a bien hâte de passer à l’étape de la réalisation. »

DÉVELOPPEZ VOS CONNAISSANCES EN DURABILITÉ

CPA Canada propose une panoplie de ressources de formation ou d’information sur le thème de la durabilité. Pour en savoir plus sur la durabilité environnementale à long terme, lisez nos articles sur la façon dont les problèmes climatiques peuvent influer sur le travail des comptables ou sur les mesures qu’une entreprise peut prendre pour composer avec les changements climatiques.