Comptabilité | Outils

Information d’entreprise à long terme : 5 gestes pour prendre le virage

Cesser de prioriser les chiffres trimestriels et faire la lumière sur les interventions dans la durée, voilà comment mieux se positionner sur les marchés financiers, croit Sarah Williamson, directrice générale de FCLTGlobal.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Quand il est question de capitaux investis à long terme, il est essentiel de prioriser les choses qui pèsent dans la balance, soutient Mme Williamson. (Shutterstock/rawpixel.com)

Notre façon de considérer le capitalisme change peu à peu. Partout dans le monde, les entreprises adoptent une perspective axée sur le long terme, tant pour les activités que pour les investissements, tout en prenant en compte les intérêts généraux de l’ensemble des parties prenantes.

« Le potentiel de changement réel vers une vision axée sur le long terme est notable et croissant, au Canada », affirme Sarah Williamson, directrice générale de FCLTGlobal, organisation sans but lucratif dont la mission est d’encourager les comportements souhaitables, sur le long terme, pour les activités des entreprises et pour les décisions d’investissement. « Si l’acceptation de stratégies d’investissement à long terme pouvait s’enraciner ailleurs, comme on l’a constaté ici, les entreprises et les investisseurs du monde entier ne s’en porteraient que mieux. »

Mme Williamson, panéliste à une séance d’information sur le capitalisme à long terme et l’information intégrée organisée par CPA Canada plus tôt ce mois-ci (Global Perspectives on Capitalism and Reporting for the Long-Term), a expliqué en quoi une perspective à long terme peut mieux positionner les entreprises sur les marchés financiers.

Elle propose cinq gestes à privilégier, dans cette optique.

1. PRIORISER L’ESSENTIEL

Quand il est question de capitaux investis à long terme, il est essentiel de prioriser les choses qui pèsent dans la balance, soutient Mme Williamson.

« Pour les entreprises, cela signifie allouer des ressources qui permettront de soutenir les activités au-delà des trois à six prochains mois – R et D, capital humain, certaines immobilisations. Pour les actionnaires, cela signifie préférer les entreprises qui se concentrent sur la durée et examiner la croissance à long terme, au-delà des rendements trimestriels. »

2. MÉNAGER L’ÉQUILIBRE

La relation entre les marchés financiers et les entreprises doit être revue et corrigée. Dans le cadre actuel, les investisseurs s’attardent à l’évolution des résultats d’un trimestre à l’autre, plutôt que de voir si leur objectif initial est en voie d’être atteint, l’idée étant d’injecter des capitaux dans des projets qui dégageront des revenus, comme la pénétration d’un nouveau marché ou l’élaboration d’un produit, explique Mme Williamson.

« Attention aux orientations à courte vue. Sachant que les investisseurs s’attendent à des rendements convaincants, les entreprises mettent en avant les projets qui génèrent des profits à court terme et s’en font une fierté; et puis le cycle se poursuit. Or, il faut commencer par comprendre, de part et d’autre, que l’équilibre entre les investissements à court terme et à long terme s’impose. »

Sarah Williamson (CP Images/Ania Potyrala)

3. PROFITER DES OUTILS

FCLTGlobal fournit des suggestions pratiques pour permettre aux entreprises et aux investisseurs d’apporter les changements souhaités, explique Mme Williamson.

« La valeur concrète est un principe crucial chez FCLTGlobal. Chacun de nos rapports offre des outils concrets qu’entreprises et investisseurs pourront mettre à contribution pour mettre en place une stratégie à long terme. Par exemple, notre guide sur les indications trimestrielles présente des options valables de présentation de l’information; et le guide sur les mandats d’investissement propose des points précis à inclure pour remanier les modalités et adopter une optique à long terme. »

4. VISER LA TRANSPARENCE À LONG TERME

Les attentes trimestrielles accentuent les pressions financières à court terme que vivent les entreprises, rappelle Mme Williamson.

« Une de nos quatre premières études l’a montré, 55 % des cadres qui évoluent dans une société sans solide culture à long terme seraient prêts à reporter le lancement d’un projet pour faire en sorte qu’elle atteigne ses cibles trimestrielles, même au risque de nuire aux retombées positives escomptées. Or, il ne faudrait jamais avoir à faire de tels compromis; cela dit, se soucier exclusivement du long terme n’est pas la solution parfaite non plus. »

« Tant les entreprises que les actionnaires à long terme doivent être au fait des plans pluriannuels et connaître la voie à suivre pour les concrétiser », ajoute Mme Williamson.

5. RECADRER LE DIALOGUE

De meilleures informations peuvent aussi amener les investisseurs à regarder autre chose que les résultats à court terme, laisse entendre Mme Williamson.

« On ne peut gérer que ce que l’on peut mesurer, entend-on parfois. Cet adage est plein de bons sens. L’information d’entreprise établit les mesures attendues et reflète le vécu de l’entreprise. Même de petits changements, comme la présentation des données pour les 9 ou 12 derniers mois, plutôt que les 3 derniers, peuvent servir à recadrer le dialogue, et à apporter un éclairage sur les réalisations à long terme. »

QUALITÉ DE L’INFORMATION : L’ENTREPRISE BRILLE-T-ELLE?

CPA Canada vous propose deux pages Web qui mènent à des documents éclairants sur les rapports de gestion : Amélioration du rapport de gestion : Résumé des lignes directrices et Communication efficace des informations sur les ICP : Éléments à considérer par la direction.

Pour approfondir le sujet de l’information intégrée, lisez une autre publication de CPA Canada intitulée Pleins feux sur l’information intégrée : Aider les investisseurs à mieux comprendre la valeur créée par votre entreprise.