Comptabilité | Technologies

Sondage mondial : les PMC investissent dans le virage numérique

Une étude menée par l’IFAC montre que les petits et moyens cabinets tirent de plus en plus profit de la technologie et proposent davantage de services-conseils.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Pour s’adapter à la nouvelle réalité, 40 % des PMC canadiens sondés entendent adopter des options infonuagiques pour servir leurs clients, et 24 % veulent parfaire leurs compétences technologiques à l’interne. (Shutterstock/SFIO CRACHO)

Vingt-huit pour cent des cabinets comptables de petite ou de moyenne taille vont dépenser l’équivalent de plus de 10 % de leur chiffre d’affaires, dans la prochaine année, en vue d’améliorer leurs capacités technologiques.

C’est ce qui ressort du sondage* mondial mené par l’International Federation of Accountants (IFAC)auprès de 6 258 cabinets de petite ou de moyenne taille. En outre, on apprend que plus du tiers jugent que les aspects technologiques de leurs activités présentent un défi de taille.

Au Canada, où 152 petits et moyens cabinets (PMC) ont été sondés, environ 40 % affirment qu’ils vont consacrer de 1 % à 5 % de leur chiffre d’affaires à des solutions technologiques au cours des 12 prochains mois – et de 6 % à 10 %, dans le cas de 34 % des répondants. Pour s’adapter à la nouvelle réalité, 40 % des PMC canadiens sondés entendent adopter des options infonuagiques pour servir leurs clients, et 24 % veulent parfaire leurs compétences technologiques à l’interne.

Malgré cette volonté d’investir dans les outils technologiques, un obstacle demeure : la dotation en personnel. Quelque 40 % des cabinets canadiens ayant pris part au sondage affirment qu’ils ont eu de la difficulté à trouver et à retenir dans leurs rangs des employés qualifiés. Et le vieillissement démographique étant ce qu’il est, le recrutement de nouveaux diplômés se révèle un défi particulier. On note que 47 % des répondants canadiens ont dit peiner à trouver du personnel talentueux parmi les jeunes générations, en 2018. Raisons citées : le manque de candidats possédant la bonne combinaison de compétences, la concurrence inéluctable des grands cabinets et les nombreuses autres occasions qui se présentent aux chercheurs d’emploi dans d’autres domaines.

UN MARCHÉ DE L’EMPLOI TRÈS CONCURRENTIEL

Attirer des employés talentueux est tout un défi pour les petits cabinets, constate Donna L. Street, professeure et rectrice du département de comptabilité de la University of Dayton, en Ohio.

« Les jeunes qui entrent sur le marché sont attirés par la technologie et veulent travailler pour des grandes entreprises de renom », explique Mme Street, qui a aidé l’IFAC à concevoir les questions du sondage et à en analyser les résultats, épaulée en cela par sa collègue Sarah Webber, professeure agrégée en comptabilité. « Dans notre profession, bien entendu, ce serait chez les “Big Four”. Mais même les Quatre Grands sont en concurrence avec des géants de la technologie comme Google quand vient le temps de recruter du personnel qualifié. »

À la lecture des résultats du sondage de l’IFAC, on note que les PMC canadiens ont déjà instauré (ou s’apprêtent à le faire) les stratégies ci-dessous pour attirer du sang neuf :

  • Un horaire de travail flexible
  • Des programmes de mentorat et d’accompagnement professionnel
  • Des possibilités de télétravail et de formation en ligne
  • Des programmes d’encouragement et de récompense
  • L’amélioration du milieu de travail
  • Des programmes de formation technique

SERVICES-CONSEILS : HAUSSE DE LA DEMANDE

Le sondage montre aussi combien le rôle des comptables a changé. Les percées technologiques des 10 dernières années ont permis aux petits et moyens cabinets de fonctionner de façon plus efficiente, de réduire les coûts et, aussi, de proposer de nouveaux services. Quatre-vingt-cinq pour cent des PMC canadiens affirment qu’ils fournissent maintenant des services-conseils, et la moitié prévoient une croissance modérée ou considérable de leur chiffre d’affaires dans ce pan de leurs activités dans les 12 mois à venir.

Au nombre des services les plus souvent fournis, mentionnons la planification de la relève ou la transmission d’entreprise, le conseil aux dirigeants d’entreprise, la comptabilité de gestion, la gestion de patrimoine et la planification de la retraite.

« Si vous voulez offrir des services-conseils, dit Mme Webber, sachez que les compétences que vos collègues devront avoir acquises pendant leurs études sont encore plus vastes que les compétences comptables classiques. »

PMC, FAITES PREUVE DE DÉBROUILLARDISE

Mme Street est d’avis que les petits et moyens cabinets comptables peuvent prendre diverses mesures en vue d’élargir leur éventail de services :

  • Amener un membre du personnel à perfectionner ses compétences dans un créneau donné
  • Engager une personne ayant déjà les compétences requises
  • Nouer des alliances avec d’autres entreprises qui proposent les services recherchés par leurs clients.

« Les services-conseils sont de plus en plus estimés... aux cabinets de profiter de cette occasion! », soutient l’universitaire.

Pour les nombreux cabinets comptables dont l’effectif est restreint – qu’ils soient des villes ou des champs –, le sondage de l’IFAC sera probablement une source d’idées pratiques.

« Les intéressés apprendront ce que d’autres font de bien, ce qui peut mener à une saine émulation, croit Mme Street. Il est important que les PMC jettent un coup d’œil aux résultats du sondage, pour savoir ce qui se fait, pour être au courant des meilleures pratiques ou pour glaner des idées susceptibles de contribuer à leur essor. »

* Un grand nombre des réponses à ce sondage ont été fournies par des cabinets de très petite taille. Plus précisément, 64 % des cabinets participants comptaient cinq personnes ou moins (dont les associés), une réalité qui a pu influer sur les résultats.

ADAPTER EN FONCTION DE L’AVENIR

Les progrès technologiques comme l’infonuagique ont eu une incidence sur le fonctionnement des PMC. Nous vous invitons à télécharger une publication de CPA Canada intitulée Les PMC et le nuage : principaux avantages et risques pour déterminer si le recours à l’informatique en nuage serait une bonne chose pour votre cabinet.

Les résultats du 2018 IFAC Global SMP Survey, publiés par l’International Federation of Accountants (IFAC) en octobre 2018, sont utilisés par CPA Canada avec la permission de cet organisme. Une telle utilisation de matériel de l’IFAC protégé par le droit d’auteur ne représente aucunement un cautionnement ni un effort de promotion de la part de l’IFAC. Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont les nôtres et ne représentent pas forcément ceux de l’IFAC.