Julien Smith

Julien Smith a lancé les activités du jour avec une allocution sur les défis que doivent relever les organisations pour se démarquer de la concurrence, définir de nouvelles orientations et se donner les moyens de concrétiser celles-ci. (Photo de Zahra Zaman)

Comptabilité | Événements

Jour 2 du Congrès national UNIS : l’avenir de la profession, des tendances au leadership novateur

Les participants ont obtenu un éclairage sur la voie à suivre et les moyens de s’adapter aux nouvelles réalités de la profession.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

La deuxième journée du Congrès national UNIS s’est articulée autour du thème suivant : évoluer en tant que professionnel des services financiers. Il y a été question des nouvelles tendances telles que l’analyse de données, l’intelligence artificielle (IA) et la monnaie numérique, mais aussi de l’importance de devenir des leaders plus à l'écoute, des conseillers de confiance et des innovateurs.

Julien Smith, auteur à succès et chef de la direction de Breather, a lancé les activités du jour avec son allocution intitulée The New Evolution: Wildly Uncompromising. Séance bien dynamique sur les défis que doivent relever les organisations pour se démarquer de la concurrence, définir de nouvelles orientations et se donner les moyens de concrétiser celles-ci.

« Le grand défi de notre temps, dans le monde des affaires, c’est la nécessité de faire un choix, explique M. Smith. On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Donc, il faut opter ou pour l’efficience, ou pour l’innovation. Décision ardue. Or, la plupart n’ont pas forcément la culture et les ressources humaines pour oser l’aventure de l’innovation; on se rabat alors sur l’efficience. »

Bennett Moore (à droite) et Geoffrey CherBennett Moore (à droite) et Geoffrey Cher (Photo de Zahra Zaman)

LA MONNAIE NUMÉRIQUE GAGNE DU TERRAIN

Dans la séance Digital Currency: The Third Frontier of Value Allocation, les conférenciers Bennett Moore, chef de l’unité spécialisée dans les chaînes de blocs chez RSM US, et Geoffrey Cher, associé chez Wildeboer Dellelce, ont présenté leurs réflexions sur l’avenir de la monnaie numérique à l’échelle mondiale. Malgré le scepticisme de l’auditoire, MM. Moore et Cher ont soutenu que la monnaie numérique est là pour de bon et que plusieurs gouvernements et institutions financières dans le monde (notamment en France, au Royaume-Uni, au Japon et à Singapour) sont déjà de la partie. Parmi les défis sur ce plan, mentionnons la nécessité de valoriser avec exactitude les quelque 1 900 cryptomonnaies qui existent sur Internet (actuellement, leur valeur est établie en fonction d’une devise classique). Sans surprise, on a exprimé des préoccupations liées à la réglementation et à l’audit.

« D’ici trois ans, espérons-le, nous verrons un tout autre cadre réglementaire, dit M. Moore. Une fois que les choses seront claires, l’utilisation des chaînes de blocs va exploser. »

Samantha de l'Université Flip (à gauche) et Marc HurwitzSamantha de l'Université Flip (à gauche) et Marc Hurwitz (Photo de Zahra Zaman)

UNE CULTURE DE DIRIGÉS

L’engagement et la mobilisation ont été les maîtres mots de la séance animée par Samantha et Marc Hurwitz, Followership for Millennials. Partisans d’une culture de communication et de bonnes relations entre dirigeants et dirigés – particulièrement les Y –, le duo associé à la Flip University (centre de formation à distance) a invité les participants à cerner les notions d’engagement et de mobilisation auprès des collègues de leur organisation respective. Les idées exprimées ont varié et ont même été contradictoires, car les deux notions diffèrent selon l’âge, le poste occupé et les attentes de chacun.

« L’engagement, c’est ce qu’on donne en tant que dirigeant, et la mobilisation, c’est ce qu’on attend en retour des dirigés, explique Marc Hurwitz. Le défi, c’est que chaque personne peut être mobilisée différemment. »

Il poursuit : « Il faut modifier notre vision, pour passer d’une perspective centrée sur le dirigeant, où l’on voit les choses en deux dimensions, à une perspective où l’on tient compte des trois dimensions. Alors, la relation dirigeant-dirigé en est une de complémentarité. »

Michelle Temple, CPA, CA, directrice générale de la comptabilité à la Cornerstone Credit Union de Yorkton (Saskatchewan), est impatiente de présenter cette approche à ses collègues : « Aujourd’hui, j’ai appris que, pour le bien de tous les collègues, il faut devenir de bons dirigés, qui s’avèrent de précieux collaborateurs pour le dirigeant; c’est un échange de bons procédés. »

Michael Paterson (à gauche) et John ColthartMichael Paterson (à gauche) et John Colthart (Photo de Zahra Zaman)

UTILISONS L’IA ET LES DONNÉES À NOTRE AVANTAGE

Revenons au pratico-pratique : deux séances, How AI Make CPAs Better et Data Analytics: Evolve or Become Extinct?, ont donné aux CPA présents l’occasion de glaner des conseils pratiques et de tirer des leçons sur la façon d’aborder l’analyse de données et l’intelligence artificielle, dans une optique organisationnelle. Michael Paterson, CPA, CA, associé chez PwC, et John Colthart, vice-président, croissance, chez MindBridge Ai, ont discuté des façons d’adopter l’intelligence artificielle. M. Colthart a insisté sur la nécessité de bien comprendre les rouages de la technologie pour pouvoir mettre celle-ci à contribution judicieusement.

« Quelle que soit la technologie, il importe de bien saisir les détails, explique l’homme d’affaires. Si vous n’y parvenez pas, alors ce n’est probablement pas la bonne technologie... c’est la plus grande hésitation que nous avons. »

Par ailleurs, Kevin Kolliniatis, CPA, CA, associé en audit chez KPMG, et Sunny Chu, associé chez EY, ont présenté une démarche en cinq étapes permettant aux entreprises d’extraire et d’exploiter au mieux les données (qu’ils qualifient d’ailleurs de « source d’or ») : questions, hypothèses, données, observations et actions.

« On est pour ainsi dire devant une ressource encore inexploitée. Beaucoup d’entreprises croulent sous les données, sans trop se rendre compte de la valeur de celles-ci, dit Paula George, contrôleure chez Casino Taxi, à Halifax. Il faut du temps pour bien comprendre la valeur des données, et une analyse pour saisir dans quelle mesure on peut optimiser cette ressource. »

Le Congrès national UNIS s’est terminé le 2 octobre par une allocution de Duncan Stewart, de Deloitte, intitulée Predictions for 2018 and beyond: the CPA version! M. Stewart a su résumer avec brio le thème du congrès, La durabilité grâce à l’adaptabilité, en entretenant l’auditoire des grandes innovations technologiques qui façonneront l’avenir, dont celui de notre profession.

RESTEZ AU COURANT DES ENJEUX GRÂCE À CPA CANADA

Vous pourrez rester à l’affût des faits nouveaux influant sur notre secteur grâce aux colloques et événements à venir de CPA Canada, qu’il s’agisse de cours, de symposiums ou d’occasions de réseautage.

Bennett Moore (à droite) et Geoffrey Cher