Joy Thomas

La première journée du Congrès national UNIS a commencé par le mot de bienvenue de Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada. (Photo de Jay Cameron)

Comptabilité | Événements

Jour 1 du Congrès national UNIS : chaînes de blocs, cannabis et gestion du changement

Sous le thème « La durabilité grâce à l’adaptabilité », l’événement qui rassemble annuellement les CPA est l’occasion de discuter des changements et de l’avenir de la profession.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

L’engouement pour les chaînes de blocs, la légalisation du cannabis, le leadership financier de demain ou encore les perturbations touchant les entreprises : il y en a eu pour tous les goûts à la première journée du Congrès national UNIS.

Vernon JosephVernon Joseph lors de la première journée du Congrès (Zahra Zaman)

CHAÎNES DE BLOCS : UNE RÉALITÉ À DÉCODER

La journée a commencé par le mot de bienvenue de Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada, suivi d’une prestation émouvante et d’une allocution inspirante du violoniste Kai Kight. Puis, Vernon Joseph, conférencier de la séance The Buzz Around Blockchain et conseiller en sécurité chez Network Test Labs Inc., a entretenu son auditoire des tenants et aboutissants des chaînes de blocs, en rappelant le rôle important que les comptables peuvent jouer dans l’essor de cette technologie. M. Joseph, au fait, a insisté sur la nécessité pour les CPA de suivre le rythme d’évolution des technologies.

« Nous nous fions énormément aux comptables pour nous assurer que nous nous acquittons de nos obligations de façon sûre et sécuritaire en ce qui a trait aux chaînes de blocs », dit M. Joseph.

« Il vous faut comprendre globalement les rouages des chaînes de blocs, comprendre leurs principes fondamentaux, de même que les transactions pour lesquelles on mise sur cette nouvelle technologie, sans oublier les contrats intelligents qui y sont liés. Ce sont là des mesures proactives pour qui veut prendre les devants, ajoute-t-il. Les choses vont être bien plus compliquées si vous ne montez pas dans le train tout de suite. »

Une participante, Cheryl Blahey, CPA, chef de la direction financière à la Commission canadienne des grains à Winnipeg, estime elle aussi que les CPA ont un rôle essentiel à jouer en faisant équipe avec d’autres acteurs clés, pour que les fameuses chaînes de blocs fonctionnent efficacement.

« Ça s’annonce pour être beaucoup de travail, et coûteux, dit-elle. Mais si les entreprises, les clients, les comptables, etc. font tous équipe en mettant en commun de l’information, des ressources et de l’argent, les choses devraient prendre forme. »

« Les organisations ne peuvent y arriver seules », croit Mme Blahey.

Jennifer Gervès-KeenJennifer Gervès-Keen en pleine conférence sur la gestion du changement (Nancy Xiang)

ÉVOLUER EN S’ADAPTANT AU CHANGEMENT

La conférencière Jennifer Gervès-Keen, fondatrice de la firme JGK Consulting spécialisée en services de mentorat de cadres et de perfectionnement du leadership, a su mobiliser l’auditoire de la séance Leading a Change-Ready Organization. Mme Gervès-Keen a mentionné les cinq compétences humaines essentielles pour bien gérer le changement en période de turbulences : résilience, empathie, curiosité, pensée multidisciplinaire et aptitudes pour les communications. Mentionnons qu’un sondage a montré que 44 % des participants trouvent que, parmi ces compétences, c’est la pensée multidisciplinaire [interfonctionnelle] qui manque le plus dans leur organisation.

« La pensée multidisciplinaire est une compétence qui sera de plus en plus prisée dans les années à venir », pense Mme Gervès-Keen. Quand vous nouez des liens avec des gens et créez des occasions d’abattre les silos, vous renforcez votre entreprise, dans son noyau interne d’abord, puis dans ses couches extérieures. »

Kellie Skelhorn, CPA, CMA, est chef de l’exploitation et registraire adjointe du Collège des médecins et chirurgiens de la Nouvelle-Écosse. Elle a trouvé très utiles les séances axées sur le leadership, notamment lorsqu’il a été question de gestion du changement.

« J’ai bien aimé la façon dont on a défini la distinction entre les notions de changement et de transformation. On entend souvent que le changement nous exténue. Mais est-ce le changement qui nous fatigue autant, ou la transformation qu’il faut opérer? Je constate qu’il y a encore pas mal à faire pour bien expliquer la différence les deux notions. Qu’on le veuille ou non, le changement est une réalité incontournable. Le défi est de toujours mieux s’y adapter », résume Mme Skelhorn.

Mark Castaneda (right) and David DalzielMark Castaneda (à droite) et David Dalziel (Nancy Xiang)

CANNABIS : DÉCIDÉMENT PAS UN PÉTARD MOUILLÉ

Salle comble pour la séance intitulée The Green Rush: What Should CPAs Know About the Canadian Cannabis Industry?, où il a été question du contexte canadien et du rôle des professionnels des services financiers auprès des parties intéressées.

Passer du statut de petits producteurs émergents à celui d’entreprises milliardaires, voilà le défi des producteurs canadiens de cannabis, selon le conférencier Mark Castaneda, chef des finances chez Tilray Inc., un producteur, transformateur et distributeur de cannabis intégré verticalement qui est titulaire d’un permis fédéral.

M. Castaneda considère que le Canada a une longueur d’avance à titre de premier pays du G7 à avoir légalisé le cannabis à usage récréatif, car les acteurs de cette industrie bourgeonnante ont accès à des capitaux pour jeter les fondations de leur entreprise. Ses prédictions : cette industrie de 115 milliards de dollars à l’échelle mondiale devrait atteindre des revenus de 200 à 300 milliards de dollars d’ici les cinq prochaines années.

« Les producteurs canadiens seront en position de tête par rapport aux concurrents étrangers, et les investisseurs en sont conscients, explique-t-il. On peut penser que, tout comme pour le marché mondial des boissons alcoolisées, il y aura un certain nombre de producteurs, mais un cercle restreint d’acteurs dominants. »

Les deux défis auxquels ce secteur fait face : les aspects réglementaires et la nécessité de dénicher les bons talents pour diriger des entreprises en expansion désireuses d’accroître leurs profits, selon David Dalziel, animateur de la séance et associé en audit et certification chez Deloitte.

« Étant donné les normes [IFRS] de présentation des actifs biologiques, il faut se concentrer sur les marges brutes, mais c’est tout un aria pour les chefs des finances de bien faire comprendre les choses aux investisseurs, mentionne-t-il. L’autre difficulté, c’est de trouver des leaders talentueux. On en cherche vraiment dans le secteur de la culture du cannabis, car, des jeunes pousses qu’ils étaient auparavant, les producteurs sont appelés à devenir des entreprises de grande taille. »

RESTEZ AU COURANT DES ENJEUX GRÂCE À CPA CANADA

Le Congrès national UNIS se tient les 1er et 2 octobre à Halifax. Vous pourrez aussi rester à l’affût des faits nouveaux grâce aux colloques et autres événements organisés par CPA Canada, qu’il s’agisse de cours, de symposiums ou d’occasions de réseautage.