Deux collègues féminines au bureau

Écoutez attentivement et posez des questions. Cela vous permettra d’établir un véritable lien avec votre interlocuteur. (Photo de Sergey Nivens/Shutterstock)

Comptabilité | La profession

Trois conseils pour devenir un as de la communication

Voici quelques conseils simples qui vous aideront à mieux écouter les autres et à mieux faire passer votre message.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

En tant qu’accompagnatrice en gestion de carrière formée dans le domaine de l’intelligence conversationnelle, Eileen Chadnick, directrice de Big Cheese Coaching, en sait long sur ce qui fonctionne – et ne fonctionne pas – dans la communication. Voici quelques conseils pour éviter de créer des malentendus.

Apprenez à reconnaître les signes de stress chez vous et chez les autres

« Pensez à l’incidence que vous avez sur les autres, explique Mme Chadnick. Apprenez à désamorcer les situations dans lesquelles votre interlocuteur se sent menacé et, en gardant à l’esprit la façon dont les gens pensent, cherchez à instaurer une dynamique plus saine qui favorise la confiance et la compréhension mutuelle. »

Écoutez l’autre et faites preuve de curiosité

Ralentissez un peu et prenez le temps d’écouter plus attentivement. « Ne présumez pas que vous savez ou comprenez déjà tout, dit Mme Chadnick. Posez davantage de questions, prenez le temps de demander des précisions et faites moins de suppositions. »

Cherchez à établir un lien

Essayez d’établir un véritable lien avec la personne à qui vous parlez; ne pensez pas uniquement à ce que vous cherchez à obtenir d’elle. « Ce qui permet d’établir la confiance, c’est le côté humain, pas le côté transactionnel, fait valoir Mme Chadnick. Nous sommes portés à faire confiance aux personnes qui nous paraissent honnêtes et ouvertes, alors faites preuve de plus de transparence et soyez plus sincère. Évitez de retenir de l’information que vous devriez communiquer. Le proverbe veut que la parole soit d’argent et le silence d’or, mais c’est parfois l’inverse. »