Équipe de gens d'affaires dans des vêtements décontractés assis autour de la table avec des boîtes de dialogue en papier, discutant du concept de l'opinion

L'intelligence conversationnelle (C-IQ) est une compétence aujourd'hui jugée essentielle qui aide les gens à nouer de meilleures relations de confiance tant dans leur vie professionnelle que dans leur vie personnelle. (Photo de A Lot of People/Shutterstock)

Comptabilité | La profession

Les compétences générales seront essentielles pour la progression de carrière

La réussite professionnelle, plus que jamais, dépendra de la capacité à bien communiquer.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Les aptitudes pour les communications, au nombre des compétences générales (ou « soft skills »), n’ont pas toujours été jugées aussi importantes que les compétences techniques. Or, dans le monde du travail, les choses changent. Selon une étude de la Banque Royale du Canada, dans une économie fondée sur les aptitudes comme la nôtre, près de la moitié des emplois vont très bientôt nécessiter des compétences autres que les compétences traditionnellement recherchées. Certes, les compétences spécialisées demeurent, et devront même être plus poussées dans le cas des compétences STGM (sciences, technologies, génie, mathématiques), mais à cela s’ajoute une importance accrue pour les compétences générales telles que les communications, la créativité et l’esprit de collaboration.

Eileen Chadnick, directrice de Big Cheese Coaching, constate cette évolution depuis quelque temps déjà. « Bien sûr, le perfectionnement professionnel a toujours été important, mais il ne doit plus porter seulement sur les aspects techniques de votre métier ou profession. Nous sommes à l’ère de l’économie axée sur l’innovation, où la réussite professionnelle dépend aussi de votre capacité à bien communiquer et à faire preuve de collaboration. Tous les secteurs sont touchés par des réalités nouvelles qui changent la donne. Il faut savoir s’adapter, sortir du moule et se réjouir de côtoyer d’autres générations. »

David King, un haut dirigeant chez Robert Half, soutient lui aussi que dans le contexte actuel, l’adaptabilité et une attitude positive envers l’apprentissage sont essentielles pour qui souhaite réussir sa vie professionnelle : « Les personnes qui ont de fortes aptitudes pour les relations interpersonnelles, une belle curiosité intellectuelle et le talent pour expliquer clairement des notions complexes ou un éclairage quelconque se démarquent à coup sûr. On apprécie leur esprit de collaboration et leur expertise. Les chances sont élevées qu’on pense à elles pour une promotion ou une nomination à un poste de direction. »

Que faire si les communications ne sont pas votre fort? Selon Mme Chadnick, il y a tout de même de l’espoir. « La bonne nouvelle, c’est que même si tout cela n’est pas une seconde nature pour vous, vous y arriverez fort bien si vous avez à cœur d’apprendre et de vous perfectionner. Vous auriez tort de ne pas essayer à tout le moins. Ceux qui savent communiquer, entretenir de bonnes relations et s’adapter sont généralement bien en selle, côté professionnel, et sauront tirer leur épingle du jeu dans l’économie tournée vers l’innovation. » (Pour en savoir plus, lisez l’article Trois conseils pour devenir un as de la communication)

LE POUVOIR DE LA CONVERSATION

Une des façons de parfaire ses aptitudes pour les communications est de miser sur l’intelligence conversationnelle. Le terme anglais « conversational intelligence » (C-IQ) a été utilisé pour la première fois par Judith E. Glaser, auteure du livre Conversational Intelligence: How Great Leaders Build Trust and Get Extraordinary Results. Depuis 2016, Mme Glaser a formé un grand nombre de mentors de partout dans le monde à cette nouvelle notion touchant les relations humaines.

Qu’entend-on au juste par « intelligence conversationnelle »? « Au même titre que l’intelligence émotionnelle dont on a commencé à parler au milieu des années 1990, ce type d’intelligence est de plus en plus reconnu comme crucial », avance Mme Chadnick, formée par Mme Glaser et maintenant accompagnatrice en perfectionnement du savoir-être. « Les personnes habiles à converser véritablement peuvent nouer de meilleures relations de confiance et sont plus à même de connaître du succès, tant dans leur vie professionnelle que dans leur vie personnelle. »

Comme Mme Chadnick le mentionne, la plupart des gens sont animés de bonnes intentions, soucieux de bien travailler et de faire leur petit bonhomme de chemin. Mais lorsque les enjeux et la pression se font plus intenses, ils ont souvent des réactions qui peuvent être contre-productives et engendrer des résultats tels que des malentendus ou une perte de confiance.

« Les conversations ne sont pas qu’un simple échange de mots, rappelle Mme Chadnick. Une grande partie du non-dit a le potentiel de vous faire briller mais aussi de vous faire couler. Comprendre l’intelligence conversationnelle et s’en servir au mieux aide à faire ressortir les angles morts, les embûches possibles, et nous enseigne à trouver des façons efficaces de composer avec les conflits au travail. »

Mme Glaser cite de nombreux pièges dans lesquels nous pouvons tomber. Par exemple, nous ne sommes pas toujours conscient de l’incidence que peut avoir la confiance, ou la défiance, sur notre neurochimie, ce qui, par ricochet, influe sur notre capacité à entrer en contact avec autrui, à écouter et à entretenir des rapports.

« Quand nous percevons une menace – pensez à un commentaire empreint de jugement ou sèchement formulé –, notre cerveau passe en mode protection. Sont alors mises en sourdine des fonctions socialement souhaitables comme l’écoute, le discernement, l’empathie et la pensée critique, explique Mme Chadnick. À l’inverse, les conversations qui nous rassurent, qui nous font sentir compris et appréciés nous donnent des ailes, pour ainsi dire. »

PRÉPARONS-NOUS POUR L’AVENIR

À vous la parole : êtes-vous d’avis que les compétences générales (p. ex. habiletés en communications et en leadership) sont essentielles pour les comptables? Participez à la discussion en ligne Voir demain : Réimaginer la profession lancée par CPA Canada et faites-nous part de vos réflexions sur l’orientation de la profession, les débouchés professionnels et l’incidence de la réglementation.