deux collègues ayant une discussion informelle sur les objectifs

Si le contexte s’y prête, tâchez de vous faire encadrer par un ou une collègue qui saura vous aider à départager l’essentiel de l’accessoire.

Comptabilité | Éducation

Être visible auprès des bonnes personnes... et autres stratégies pour faire évoluer sa carrière

En cette ère de débrouillardise, quelques conseils pour qui a l’ambition d’obtenir et de maintenir une longueur d’avance

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Les salariés s’en sont pas mal toujours remis à leur employeur pour ce qui est du perfectionnement professionnel, avec un cheminement clair vers d’éventuelles promotions grâce à de la formation pratique (compétences, leadership). Mais dans les grandes entreprises au rythme effréné, bon nombre de travailleurs sont laissés à eux-mêmes sur ce plan, sciemment ou non. Voici cinq stratégies proactives que tout professionnel des finances peut appliquer pour prendre en main son cheminement de carrière.

1. Fixez-vous des objectifs clairs

Souvent, vos objectifs seront mis noir sur blanc dans votre description de tâches ou votre évaluation annuelle du rendement (si de tels documents existent). Mais si vous êtes perplexe face à ce qui importe vraiment, n’hésitez pas à interroger votre superviseur ou, mieux encore, à inviter son supérieur au café du coin pour connaître les atouts d’importance stratégique, ou même l’orientation générale de l’entreprise. Si le contexte s’y prête, tâchez de vous faire encadrer par un ou une collègue qui saura vous aider à départager l’essentiel de l’accessoire. En l’absence de boussole, vous risquez de naviguer à l’aveuglette.

2. Devenez un expert

Une fois que vous avez cerné la voie que l’entreprise entend prendre, assurez-vous de disposer de tous les outils nécessaires pour parcourir ce chemin vous aussi, en toute harmonie. Qu’il s’agisse d’intelligence artificielle, de chaînes de blocs, d’Internet des objets ou d’outils en nuage, tâchez d’avoir une longueur d’avance (ou à tout le moins, de ne pas être à la traîne). Si votre employeur ne semble pas disposé à vous aider, prenez les devants en matière de perfectionnement professionnel. Inscrivez-vous à des cours pour acquérir ou parfaire des compétences (notamment technologiques); assistez à des colloques ou à des conférences; lisez des revues spécialisées; ou encore, réseautez dans des cercles sociaux pertinents. Heureusement pour vous, comme vous êtes CPA, votre association professionnelle peut vous aider dans votre perfectionnement.

3. Faites-vous voir auprès des bonnes personnes

Il n’est généralement pas donné de pouvoir s’entretenir avec les hauts dirigeants de l’entreprise. Mais outre l’invitation suggérée ci-dessus (qui montrera votre sens de l’initiative), pourquoi ne pas envisager de faire du bénévolat dans les projets généraux, activités caritatives ou autres efforts interdisciplinaires du genre? Ce sera là l’occasion de faire valoir vos multiples points forts. Votre bénévolat n’a pas forcément à être lié au travail pour avoir, éventuellement, des retombées positives sur vos tâches et votre avancement.

4. Manifestez votre volonté de parfaire vos compétences

Si vous avez l’occasion de « briller » devant les bonnes personnes, ne manquez pas de solliciter passivement, ou subtilement, leur avis. Vous avez fait un exposé? soumis un rapport? présidé une réunion? Prévoyez alors du temps pour des questions ou des commentaires, à la fin. Vous saurez ainsi ce qui a bien ou mal fonctionné, et sur quels aspects vous devez peaufiner vos talents. Faire des commentaires structurés n’est peut-être pas une seconde nature pour votre supérieur immédiat et les cadres supérieurs, mais tout le monde a une opinion. À vous de la recueillir.

5. Mettez tout par écrit

Quantité d’entreprises n’ont pas pris ou maintenu la bonne habitude de consigner des données sur le perfectionnement professionnel de leurs employés (activités fructueuses, objectifs atteints, compétences acquises, etc.) Si votre supérieur ou le personnel des RH ne le font pas déjà, prenez sur vous de consigner vos bons coups : principaux jalons atteints (nature et date), cours suivis, colloques et conférences auxquels vous avez assisté, etc. Agrémentez ce recueil de reçus de caisse, de photos ou d’autres babioles gardés en souvenir – signes de votre engagement. Si un tel journal de gratitude fonctionne pour Oprah, pourquoi pas pour vous?