Canada | Finances personnelles

3 conseils pour remettre vos finances familiales à flot

Il faudra bientôt penser à la rentrée, retrouver un horaire régulier... Profitez-en pour montrer aux enfants l’importance de bien gérer son argent – une leçon qui vaut pour vous aussi!

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Famille réunie autour d'un îlot de cuisine pour discuter des dépenses de la famille sur une tabletteFaites de la gestion des finances familiales une affaire qui concerne toute la maisonnée en aidant vos enfants à établir un budget pour leurs articles de rentrée scolaire. C’est du temps de qualité et une leçon de gestion de l’argent en un seul cours. (Getty Images/Hoxton/Paul Bradbury)

La rentrée des classes ne rime pas seulement avec le retour à une routine bien établie pour les jeunes. Les parents, eux, seront bien avisés de revenir à une certaine discipline sur le plan des dépenses, après une éventuelle frénésie d’achats estivaux.

« En été, le budget a tendance à se la couler douce lui aussi », constate Andrew Jeffery , CPA, conseiller principal chez Northwood Family Office, qui recommande de faire un bilan de ses finances au moins deux fois par année. « Fin août-début septembre est une période propice. »

Voici trois conseils  pour maintenir ses bonnes habitudes ou reprendre sa santé financière en main.

1) PRENEZ DU RECUL POUR MIEUX VOIR LE PORTRAIT D’ENSEMBLE

M. Jeffery recommande de s’attarder aux reçus de caisse, relevés bancaires, états financiers, etc., pour prendre conscience des types de dépenses dans votre ménage. Pensez aussi à toutes les dépenses qui devront bientôt être engagées (p. ex. vêtements, fournitures scolaires, activités parascolaires).

« Voir la réalité sous forme de chiffres aide à se ressaisir et à préparer un budget pour les mois à venir. Brossez le tableau complet de votre actif mais aussi de votre passif, autrement dit vos dettes, pour savoir où vous en êtes. »

Et tant qu’à y être, dites-vous que les dépenses du temps des Fêtes reviendront elles aussi bien vite, alors il est probablement sage d’en tenir compte dans votre budget d’automne, pour éviter les dettes de consommation. Rona Birenbaum, planificatrice financière et fondatrice de Caring for Clients : « Ça prend un peu de discipline pour y arriver, mais dites-vous que vous mettez de l’argent de côté pour l’avenir et que l’effort en vaut la peine. »

M. Jeffery insiste aussi sur l’importance de se constituer un fonds d’urgence, pour être en mesure d’assumer de grosses dépenses, par exemple des réparations à la voiture ou à la maison. Un tel coussin financier pourrait se révéler bien commode pour de nombreux autres imprévus (déplacements nécessaires, aide d’urgence à un enfant, coup de cœur pour un bien que vous ne voulez pas acheter à crédit).

« Je sais, ce n’est pas toujours réaliste, mais le conseil usuel est de disposer de liquidités correspondant aux dépenses généralement engagées sur trois à six mois, pour être en mesure de composer avec les situations d’urgence », rappelle M. Jeffery.

2) PENSEZ À VOUS PRÉVALOIR PLEINEMENT DES DIVERSES PRESTATIONS

Si votre budget le permet, maximisez vos cotisations au régime enregistré d’épargne-études (REEE) ouvert pour vos enfants, pour profiter au mieux de la Subvention canadienne pour l’épargne-études. Le gouvernement vous verse en effet une subvention correspondant à 20 % de la cotisation annuelle au REEE, jusqu’à concurrence d’un montant maximal de 500 $ à 600 $ par année, selon votre revenu. Pour cela, toutefois, vous devez contribuer 2 500 $ par année au REEE, soit un peu plus de 208 $ par mois. Les familles à faible revenu peuvent aussi être admissibles au Bon d’études canadien.

Si vos enfants sont au niveau postsecondaire, informez-vous au sujet des règles concernant le retrait des fonds d’un REEE, suggère M. Jeffery. Réunissez et remplissez tout document ou formulaire nécessaires. Comprenez bien comment les fonds seront libérés et rappelez-vous que les retraits, considérés comme des paiements d’aide aux études, seront imposés dans les mains de l’étudiant. « Mais cela pourra être contrebalancé par la déduction des frais de scolarité admissibles », ajoute le comptable. En outre, l’argent versé dans un REEE vous est rendu sans que vous ayez à payer d’impôt.

« Assurez-vous de bien saisir toutes les subtilités d’un tel compte et voyez s’il est bien administré... pour pouvoir retirer aussi rapidement que possible les fonds au moment où vous en aurez besoin », dit M. Jeffery.

Peut-être voudrez-vous envisager aussi d’autres possibilités de subventions ou de bourses (du fédéral ou du provincial) auxquelles votre enfant pourrait être admissible. Le cas échéant, c’est là une façon d’atténuer l’incidence des droits de scolarité.

M. Jeffery ajoute : « Si vos enfants ont quitté le nid, vous devrez vous faire à la tranquillité et meubler votre temps autrement. C’est là un bon moment pour faire le point sur votre situation personnelle et vous pencher un peu plus sur votre avenir financier. »

« C’est assurément une période de transition. Vous continuerez peut-être d’assumer un certain temps des dépenses liées aux études de vos enfants, mais vos dépenses courantes vont probablement diminuer. En supposant que vous n’aurez pas d’enfant boomerang, vous aurez l’occasion de vous concentrer sur vos propres besoins et de poursuivre vos efforts d’épargne en vue de la retraite. »

3) FAITES-EN UN EFFORT FAMILIAL

Enfin, n’hésitez pas à faire de la gestion d’un budget une affaire qui concerne toute la maisonnée, et ce, au quotidien. Rassemblés autour de la table de cuisine, les enfants feront leurs devoirs et les parents établiront le budget, conseille Mme Birenbaum.

Faites-en un jeu, suggère-t-elle. Invitez vos enfants à deviner à combien s’élèvent les factures d’épicerie, d’essence ou d’électricité. Si votre objectif est de réduire les dépenses, laissez vos enfants décider de l’activité parascolaire qu’ils préfèrent conserver (la gymnastique plutôt que le soccer, par exemple), pour qu’ils comprennent bien la notion de dépense et de sacrifice. « Un peu de collaboration facilite le respect du budget, sans compter que ça donne aux enfants l’occasion d’apprendre ce qu’ils devront faire avec leur argent, une fois adultes », explique la conseillère financière.

M. Jeffery ajoute qu’au moment de faire les achats en prévision de la rentrée, c’est une bonne idée d’inviter les enfants à créer leur propre budget (avec votre aide) et de les laisser prendre conscience de ce qu’ils peuvent se permettre, en fonction de la somme allouée.

« Joignez le geste à la parole, soyez un bon “modèle financier” pour vos enfants dès leur plus jeune âge et faites-les participer à la gestion du budget familial », conclut-il.

ALLEZ... À VOS CALCULETTES!

Pour en savoir plus sur l’établissement d’un budget familial, ne manquez pas les capsules Bon à savoir de CPA Canada. Celles-ci aideront vos enfants à comprendre des notions de base concernant la gestion de l’argent – et serviront peut-être à rafraîchir vos connaissances! Par ailleurs, l’école de votre enfant pourrait être intéressée par nos ateliers de littératie financière en milieu scolaire.