Contenu présenté par

Keurig Dr Pepper Canada

keurig dr pepper canada
Canada | Contenu Commandité

Aux Finances, une équipe tournée vers l’avenir

Chez Keurig Dr Pepper Canada, les CPA ont troqué leur mandat traditionnel de suivi des opérations transactionnelles contre une démarche autrement plus dynamique. Pleins feux sur l’expansion. Et sur le recrutement.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

l'equippe keurigL’équipe Finances : « On vise la création de valeur. »

À son arrivée chez Keurig Canada Inc. en 2014, Guillaume Gratton a constaté que l’organisation avait gardé tout le dynamisme d’une jeune entreprise, voire d’une entreprise en démarrage. Filiale de Keurig Green Mountain Inc., cette société en pleine expansion avait déjà pris de l’envergure, mais évoluait dans un nouveau créneau. « Les machines à café une tasse à la fois pour la maison n’existaient que depuis 10 ans, souligne le CPA. On sortait des sentiers battus. »

Quatre ans plus tard, en juillet 2018, la fusion de Keurig Green Mountain avec Dr Pepper Snapple Group donnait naissance à un colosse dont le chiffre d’affaires annuel s’élève à plus de 11 G$ US. Ses entités canadiennes, Keurig Canada et Canada Dry Mott’s, sont maintenant regroupées sous le nom Keurig Dr Pepper Canada. Forte de ses quelque 1 600 salariés, notamment à Montréal et à Mississauga, l’entreprise a uni ses forces pour veiller à la croissance de marques emblématiques comme Mott’s Clamato, Canada Dry et Van Houtte. M. Gratton – qui a commencé chez Deloitte pour ensuite choisir les médias, puis le secteur alimentaire, avant de se joindre à Keurig – a quitté Montréal pour occuper à Boston son poste actuel de vice-président, Planification et analyse financières, où il met à profit l’expérience qu’il a acquise pendant son passage au sein de la filiale canadienne.

Appuyé par son équipe, il a entraîné une transformation en profondeur de la fonction Finances canadienne en troquant le mandat traditionnel de suivi des opérations transactionnelles contre une démarche beaucoup plus proactive axée sur la croissance. Aujourd’hui, l’équipe des Finances collabore étroitement avec d’autres services pour assurer la planification et le déploiement de la stratégie organisationnelle, et pour orienter les activités. « On vise la création de valeur », explique M. Gratton.

Dans la foulée du travail entamé par sa prédécesseure, il s’est appliqué – de concert avec les membres de son équipe – à transformer les tâches confiées aux Finances. Il a redéfini de fond en comble le rôle des CPA, au sein des Finances, mais aussi dans l’ensemble de l’entreprise. Comme dans d’autres organisations qui ont opté pour de telles refontes, M. Gratton a fait valoir auprès de ses collègues de la haute direction que les CPA peuvent accroître encore davantage le rendement d’une entreprise en forte croissance.

Guillaume Gratton Guillaume Gratton (Erica Allen Studio)

Comme étape clé, pour préparer la transition, il a encouragé les membres de son équipe à réexaminer leurs rapports avec d’autres fonctions. « Au-delà des opérations financières et des PCGR, nous avons tourné notre attention vers les données et leur analyse. »

Par exemple, le groupe de M. Gratton a amorcé une collaboration avec les équipes des ventes, du marketing et de la stratégie commerciale pour passer en revue – et optimiser – les dépenses promotionnelles engagées chez les divers détaillants au Canada. Grâce aux outils d’analyse de données, les Finances ont évalué le rendement de promotions antérieures afin d’établir des résultats pro forma. Le but? Indiquer comment maximiser le rendement des investissements consacrés à un compte en particulier, tout en préservant les relations avec les autres clients.

Une telle analyse financière prospective « nous oblige à trouver de nouvelles idées [pour accroître les revenus], et non simplement à reproduire les initiatives passées. Il faut devenir des partenaires d’affaires et faire preuve d’ouverture et de transparence dans la communication des données ».

Autre élément fondamental du virage culturel : démystifier l’information financière de sorte qu’elle puisse alimenter la stratégie d’affaires. « Sans accès à nos données, explique M. Gratton, nos collègues ont du mal à faire le point. Comment savoir s’ils sont sur la bonne voie? Nous avons clarifié l’information, et communiqué les perspectives à tous nos partenaires internes. »

« Le candidat idéal sait repérer les risques, mais aussi remettre en cause le statu quo et les idées conventionnelles. »

M. Gratton a aussi voulu repenser le recrutement et la fidélisation aux Finances, dans un contexte où l’on s’arrache les candidats doués. Il avait en tête un profil particulier : des recrues qui maîtrisent les nouveaux outils d’analyse et savent démontrer la pertinence des données financières historiques pour la stratégie de croissance d’une entreprise. Il voulait également embaucher de nouveaux CPA ayant un esprit entrepreneurial et une volonté de faire les choses différemment. « Pour moi, le candidat idéal a le sens des affaires et il agit comme s’il dirigeait sa propre entreprise. Je cherche des gens qui peuvent repérer les risques, mais aussi remettre en cause le statu quo et les idées conventionnelles. »

Dans cet ordre d’idées, en 2015, Keurig s’est résolument plongée dans la formation en amélioration continue en misant notamment sur la certification Ceinture verte Lean Six Sigma. Après la mise en œuvre du programme aux Finances, où travaillent une centaine de personnes à Montréal, on comptait une vingtaine d’employés certifiés en amélioration continue, et par conséquent, une masse critique d’intervenants à l’affût de nouvelles manières d’exploiter les données financières pour stimuler la croissance et la rentabilité. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre que Keurig figure au palmarès des 100 meilleurs employeurs du Canada pour 2018 et 2019. La transformation a porté ses fruits. Concrètement, d’autres services (stratégie commerciale, chaîne d’approvisionnement, RH) ont commencé à recruter les membres de l’équipe des Finances. C’est bien la preuve que les CPA savent analyser et créer de la valeur. De fait, les liens se resserrent entre les Finances et les principales unités opérationnelles. « Le titre de CPA ouvre la porte à d’autres fonctions au sein de l’entreprise », conclut M. Gratton.