Canada | Budget fédéral

Un budget fédéral qui suit l’évolution de l’emploi et des compétences

L’allocation canadienne pour la formation permet aux contribuables de suivre les cours nécessaires pour trouver et garder de bons emplois.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Cadre d'usine parlant à une apprentie.Pour aider les contribuables à obtenir la formation dont ils ont besoin, le budget de cette année instaure l’Allocation canadienne pour la formation. (Getty Images/SolStock)

Le dernier budget fédéral met l’accent sur l’acquisition de compétences en instaurant une foule d’initiatives telles que l’Allocation canadienne pour la formation.

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement libéral aborde la question. Dans son budget de 2017, il annonçait le lancement du Plan pour l’innovation et les compétences afin d’informer la population des aptitudes nécessaires pour suivre l’évolution de l’emploi. Et en 2018, il a poursuivi sur cette lancée avec des initiatives comme le Programme de préparation à la formation d’apprenti et le Fonds pour les femmes en construction.

Et maintenant, le budget fédéral 2019, déposé le 19 mars dernier, va encore plus loin en proposant d’autres mesures :

ALLOCATION CANADIENNE POUR LA FORMATION

Selon le budget, le caractère changeant du monde du travail signifie que les gens peuvent changer plusieurs fois d’emploi au cours de leur vie professionnelle ou avoir besoin de nouvelles compétences pour conserver leur emploi.

Pour aider les contribuables à obtenir la formation dont ils ont besoin, le budget de cette année instaure l’Allocation canadienne pour la formation. Chaque année, les travailleurs admissibles de 25 à 64 ans accumuleraient un solde de crédit de 250 $ par année, jusqu’à une limite cumulative de 5 000 $ – crédit qui pourrait être utilisé pour rembourser jusqu’à la moitié des frais de scolarité et autres frais admissibles associés à la formation. Pour être admissible à ce crédit d’impôt remboursable, un travailleur doit avoir gagné un revenu d’au moins 10 000 $, mais inférieur à 150 000 $, pour une année donnée.

« Pour assurer l’efficacité de cet encouragement, le gouvernement devra exercer un contrôle qualité de la formation admissible et encourager la responsabilisation en exigeant des résultats mesurables », affirme Sarah Anson-Cartwright, directrice, Affaires publiques, à CPA Canada. « C’est particulièrement important dans un monde où l’évolution constante de l’économie entraîne une demande de compétences qui se transforme rapidement. Le succès de cette initiative passe par le fait de bien informer de son existence ceux qui ont le plus besoin de cette aide. »

PRESTATION DE SOUTIEN À LA FORMATION D’ASSURANCE-EMPLOI

Cette allocation comprend également une composante appelée prestation de soutien à la formation d’assurance-emploi (AE) afin d’apporter une aide au revenu lorsqu’une personne doit s’absenter du travail pour suivre une formation axée sur les compétences. Une fois lancée à la fin de 2020, cette prestation serait assortie de dispositions garantissant la capacité des travailleurs à prendre congé sans risque et fournirait aux travailleurs jusqu’à quatre semaines de soutien du revenu, payées à 55 % des gains hebdomadaires moyens.

Les petites entreprises y trouveront également leur compte, puisqu’une entreprise qui verse des cotisations patronales d’AE égales ou inférieures à 20 000 $ par année serait admissible à une réduction en vue de compenser l’instauration de la nouvelle prestation.

INVESTIR DANS LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES

En plus de l’allocation canadienne pour la formation, le gouvernement fédéral a annoncé d’autres investissements dans le perfectionnement des compétences :

  • Transformation du projet pilote du volet des talents mondiaux en programme permanent grâce à un investissement de 35,2 M$ sur cinq ans. Depuis le lancement du projet, les employeurs se sont engagés à élaborer plus de 10 000 programmes d’études coopératifs et à investir plus de 90 M$ dans le développement des compétences et dans la formation pour leurs travailleurs.
  • Appui à des initiatives pour apprendre à coder et à perfectionner ses compétences numériques par l’intermédiaire du programme CodeCan grâce à un investissement de 60 M$ sur deux ans.
  • Financement pour améliorer l’accès aux études postsecondaires chez les étudiants autochtones.
  • Investissement de 6 M$ sur deux ans afin de mettre sur pied une campagne nationale pour promouvoir les métiers spécialisés comme premier choix de carrière pour les jeunes.

« Compte tenu de l’évolution constante des modèles d’affaires et de la nature du travail, il est indispensable d’investir dans le perfectionnement des compétences pour préserver la compétitivité du Canada, croit Mme Anson-Cartwright. Offrir des mesures pour encourager les employés à se perfectionner, investir dans des possibilités d’apprentissage intégré au travail et améliorer l’accès aux études postsecondaires chez les étudiants autochtones, c’est donner aux Canadiens les moyens d’entrer sur un marché du travail en pleine évolution et de s’y adapter. »

RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL

Dans ses commentaires sur le budget fédéral, CPA Canada offre une analyse approfondie des changements touchant les entreprises, la fiscalité et plus encore. Le budget de 2019 inclut une diversité de mesures, dont certaines qui ont peut-être moins fait les manchettes.