Homme d'affaires senior faisant la comptabilité à son bureau

Avant de fonder une entreprise, il serait sage de considérer quelques aspects importants pour que votre projet ait le plus de chances de fonctionner. (Photo de Robert Kneschke/Shutterstock)

Canada | Littératie financière

9 conseils pour les aînés qui souhaitent fonder une entreprise

Des conseils avisés sur les points à considérer avant de faire le saut.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Avant de fonder une entreprise, il serait sage de considérer quelques aspects importants pour ne pas vous casser les dents. Zara Kanji, CPA, CGA, du cabinet comptable Zara Kanji & Associates, et Wanda Morris, vice-présidente, activités de défense des intérêts, et chef de l’exploitation de l’organisme CARP, vous donnent neuf conseils pour vous mettre le pied à l’étrier. 

  1. Demandez-vous si l’entreprise peut être viable et décidez de sa forme juridique (entreprise à propriétaire unique, société par actions, société de personnes). « Voyez si votre idée tombe dans un créneau particulier, et s’il y a une demande; faites vos devoirs. Si ça semble valoir la peine, rédigez un plan d’affaires », conseille Mme Kanji. 
  2. Fixez-vous des objectifs à court et à long terme et prévoyez un plan d’urgence qui tient compte des risques... un plan B, comme on dit souvent. C’est ce que recommande Mme Morris, qui ajoute : « Allez-y petit à petit. Si jamais le succès n’est pas au rendez-vous, au moins, vous ne serez pas aux prises avec de grosses dettes. Voyez comment ça évolue et faites preuve de souplesse au fur et à mesure que vous peaufinez votre plan. » 
  3. Usez judicieusement de votre fonds de roulement. Déterminez le montant minimal dont vous aurez besoin, et sous quelle forme vous vous verserez un revenu; pensez aux diverses options de financement. Évitez tous les coûts fixes, notamment ceux liés à du personnel à temps plein ou à des contrats à long terme. 
  4. Envisagez un partenariat pour partager la charge de travail et le financement. Faire équipe avec un ou plusieurs partenaires plus jeunes peut être une bonne chose au moment de solliciter une aide financière. « Vous apportez votre expérience et eux apportent leur énergie, leur débrouillardise, leur connaissance des technologies et leur sens du marketing, points sur lesquels vous êtes peut-être moins fort », explique Mme Kanji. 
  5. Pensez à une porte de sortie pour déterminer ce qu’il adviendra de l’entreprise si vous décidez de mettre fin à vos activités, ou si un malheur vous arrivait. Avec un partenaire d’affaires, comment répartiriez-vous les avoirs de l’entreprise? 
  6. Soyez conscient de vos responsabilités en matière de conformité, sur le plan fiscal ou autre (organisme de réglementation de votre sphère d’activité, par exemple). Devrez-vous percevoir la TPS/TVH (et la TVQ si votre entreprise est établie au Québec)? Quelles dépenses pourrez-vous déduire? Vos activités sont-elles visées par un code de conduite? Vous faudra-t-il des permis quelconques? Le cas échéant, combien vous en coûtera-t-il? 
  7. Faites preuve d’une grande prudence si vous devez puiser à même vos économies ou utiliser des actifs comme levier. Tâchez de cerner les implications de vos activités commerciales sur les prestations des régimes publics tels que le Régime de rentes du Québec (ou le Régime de pensions du Canada), la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti. 
  8. Faites appel à un professionnel qui vous aidera à dresser un portrait global de vos finances et à faire la distinction entre vos désirs et vos besoins. 
  9. Bravo si la passion vous anime, mais gardez les pieds sur terre. Sachez quand il y a lieu de garder le contrôle, quand il est pertinent de donner un peu de corde et aussi quand il y a lieu de mettre fin à l’aventure, si les choses ne mènent à rien de bon. « Il faut regarder les choses en face : vous avez beau avoir une idée fantastique, si vous vous dirigez droit dans le mur, il faut avoir la sagesse d’arrêter pour limiter les dégâts, puis tourner la page », conclut Mme Morris. 

POUR EN SAVOIR PLUS

Vous songez à vous établir à votre compte? Pensez à suivre certains de nos ateliers qui pourraient nourrir votre réflexion, notamment celui qui traite de la survie financière pour les entrepreneurs et celui qui présente les cinq erreurs que commettent le plus souvent les entreprises en démarrage.