Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau

Le ministre des Finances, Bill Morneau. (Photo de Art Babych/Shutterstock)

Économie | Canada

Huit faits que nous avons appris depuis le dépôt du dernier budget fédéral

Des plans de dépenses à la politique monétaire, en passant par l’économie

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Voici huit faits que nous avons appris depuis le dépôt du dernier budget fédéral, en février, au sujet des plans de dépenses du gouvernement, de l’économie et de la politique monétaire.

1. D’après la Banque des règlements internationaux, une organisation financière qui regroupe 60 banques centrales, l’écart du ratio crédit/PIB au fil du temps ainsi que le ratio du service de la dette du Canada augmentent le risque que notre pays se retrouve aux prises avec une crise bancaire.

2. Le directeur parlementaire du budget s’inquiète du fait que le gouvernement ne mentionne pas explicitement « ses cibles financières, soit l’équilibre budgétaire et la réduction continue du ratio de la dette fédérale [par rapport] au PIB ». Dans sa lettre de mandat du 12 novembre 2015 à l’intention du ministre des Finances, Bill Morneau, le premier ministre Justin Trudeau a rappelé que ces objectifs étaient importants en vue de créer un plan fiscal « viable ».

3. Comme bon nombre de citoyens canadiens, vous trouvez sûrement que vous payez trop cher pour votre forfait de téléphonie mobile. Le CRTC a annoncé un processus pour faire en sorte que les abonnés puissent un jour avoir l’option d’un forfait de données seulement, ce qui contribuerait à réduire les tarifs minimaux.

4. Le directeur parlementaire du budget a publié des statistiques sur les coûts d’incarcération moyens pour 2016-2017. Ainsi, le coût moyen d’un détenu de sexe masculin dans un établissement à sécurité minimale s’établit à 47 370 $ par année (coût le plus bas), tandis qu’il peut atteindre 463 045 $ pour un détenu en cellule d’isolement.

5. Ces 10 dernières années, l’inflation a été de 1,5 % en moyenne au Canada, un pourcentage inférieur à la cible de 2 % de la Banque du Canada. Ce niveau s’explique par des taux d’intérêt très bas et une politique monétaire très accommodante, souligne un rapport de l’Institut C.D. Howe. On y laisse entendre que l’inflation relativement faible tient aux réalités démographiques du pays. En effet, les personnes d’un âge avancé ne sont généralement pas aussi endettées que les plus jeunes. Les faibles taux d’intérêt stimulent les dépenses des ménages, ce qui alimente l’inflation, mais dans une moindre mesure lorsque la dette des ménages est moins élevée, font observer les auteurs.

6. Un rapport présenté récemment au sujet des audits sur les changements climatiques menés par les autorités fédérales, provinciales et territoriales a montré que plus de la moitié des gouvernements du pays n’ont pas fixé d’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Et parmi ceux qui l’ont fait, seuls le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse sont en voie de les atteindre. Ce rapport est le fruit des travaux des vérificateurs généraux des provinces (sauf le Québec), des territoires et du vérificateur général du Canada.

7* Bonne nouvelle pour les utilisateurs d’un téléphone mobile : Innovation, Sciences et Développement économique Canada a annoncé des enchères (prévues pour mars 2019) visant le spectre sans fil de la bande de 600 MHz. Dans le cadre de celles-ci, 43 % du spectre sera réservé à des concurrents régionaux et à de nouveaux fournisseurs potentiels, ce qui devrait mener à des services de meilleure qualité et à des prix plus bas.

8. Selon un rapport du directeur parlementaire du budget, seule la moitié des 14,4 G$ alloués à la première phase du nouveau plan fédéral en matière d’infrastructures a été affectée à des projets. On parle ici du plan d’infrastructures annoncé dans le budget fédéral de 2016.