Photo d'une cuisine fraîchement rénovée au goût du jour.

un exemple de maison rénovée par Groupe SP Réno Urbaine

Canada | Portraits

Une CPA fait prospérer son entreprise en embellissant des maisons

Valérie Perreault est présidente du Groupe SP Réno Urbaine, finaliste du concours Mercuriades 2017 et 2018.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

« Une belle maison procure tellement de bonheur! » Valérie Perreault, CPA, CMA, parle en connaissance de cause : Groupe SP Réno Urbaine, l’entreprise dont elle est présidente après avoir été chef des finances, s’est spécialisée dans la rénovation résidentielle. « On a entre 10 et 15 chantiers qui roulent simultanément, d’un budget moyen de 100 000 $. Mais on a déjà eu des projets à 25 000 $, comme d’autres à 400 000 $! Chaque chantier est différent, on ne fait que du sur-mesure. » C’est cette variété qu’elle n’a pas trouvée en PME ni en grande entreprise, où elle a fait un passage éclair après être devenue CMA. Elle s’est alors mise aux finances en 2003, après que son mari, Éric Sansoucy, eut lancé en 2002 une entreprise de rénovation avec un associé. « J’y ai progressivement participé, se souvient-elle, notamment au niveau des plans stratégiques. Il faut dire : la formation en comptabilité est la meilleure qui soit pour comprendre le fonctionnement d’une entreprise. »

Dorénavant à la direction de la PME, Valérie Perreault gère toutes les activités grâce au système ERP « maison » qu’elle bâtit depuis quatre ans. « Depuis le premier appel d’un client jusqu’à son solde de tout compte, tout est là, constamment mis à jour. Les clients (et bientôt les fournisseurs) y ont également accès. » Voilà le genre d’optimisation qui a valu à l’entreprise d’être finaliste aux Mercuriades, un concours organisé par la Fédération des chambres de commerce du Québec, catégorie « Accroissement de la productivité Lowe's » en 2017 et « Développement d'une technologie Web ou mobile par Telus » en 2018.

Car les affaires vont bon train. Groupe SP Réno Urbaine prévoyait pour 2017 une croissance de 40 à 50 %. « C’est beaucoup, mais c’est contrôlé. Nous sommes déjà allés trop vite et l’avons amèrement regretté. On a même dû faire machine arrière. » Après n’avoir eu que des employés, et ensuite, une grande majorité de sous-traitants, la comptable a opté pour un modèle hybride (une équipe de 20 employés et de 20 à 30 sous-traitants), qui lui offre plus de flexibilité entre la surchauffe de l’été et le ralentissement constaté l’hiver, tout en maintenant un bon service à la clientèle.

Valerie Perreault 

Valérie Perreault

Cette souplesse lui permet aussi de varier les fournisseurs. « Il faut se tenir à jour en permanence : la domotique se popularise, le décloisonnement est toujours très populaire, les rénovations écologiques sont de plus en plus en demande… » De quoi occuper ses trois designers à temps plein, surtout que ses clients ont des idées précises et sont bien informés, notamment par l’entreprise elle-même, active sur huit réseaux sociaux différents. « On a développé une stratégie marketing globale pour un savoir-faire 100 % local, et ça marche. On a beaucoup de nouveaux clients… mais aussi une solide base d'anciens clients qui nous recontactent chaque année pour de nouveaux projets. »