Linda Mezon

Conférencière au Congrès UNIS, la présidente du Conseil des normes comptables du Canada livre son point de vue sur la réglementation et l’information financière (Photo de Ben Desjardins, CP Images)

Articles de fond | Portraits

 Trois questions à Linda Mezon : mise à jour sur les normes comptables, effets sur les CPA et réputation du Canada à l’étranger

Conférencière au Congrès UNIS, la présidente du Conseil des normes comptables du Canada livre son point de vue sur la réglementation et l’information financière.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Suivre le rythme des nouvelles normes comptables n’est pas une sinécure : la réglementation et les obligations d’information financière sont en pleine mutation partout dans le monde. Il importe donc plus que jamais de se tenir bien au fait de ce qui touche directement la pratique de la profession.

Heureusement, deux séances du Congrès national UNIS visent précisément cet objectif. La première, intitulée Accounting Standards Update, portera sur les objectifs et priorités du Conseil des normes comptables du Canada (CNC). La deuxième, Mind the Non-GAAP, portera sur les dernières modifications apportées par la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et le CNC. 

« [Nous expliquerons] aux participants ce à quoi ils doivent faire attention en matière de normalisation, explique Linda Mezon, FCPA, FCA, CPA (MI), présidente du CNC et conférencière du Congrès. Il est essentiel de sensibiliser nos parties prenantes rapidement. Elles n’ont pas toujours le temps de suivre nos démarches, mais il est crucial pour nous d’obtenir leurs commentaires dès le début du projet. Nous pouvons ainsi savoir quels sont leurs préoccupations et quels problèmes concrets se posent. »

Au cours d’un entretien avec CPA Canada, Mme Mezon a expliqué la position du CNC sur des questions de première importance, telles que la présentation de mesures de performance non financière et la réputation du Canada à l’étranger en matière de normalisation.

CPA CANADA : Le CNC souhaite rehausser la cohérence, la transparence et la comparabilité des mesures de performance financière et non financière qui sont présentées ailleurs que dans les états financiers. Que nous réserve, dans ce sens, le Projet de Cadre de présentation des mesures de la performance, publié récemment par le CNC?

LINDA MEZON : Dans notre Cadre de présentation des mesures de la performance, nous avons adopté une optique légèrement différente. Plutôt que de nous livrer à cet exercice, nous avions jusqu’ici l’habitude d’établir des normes comptables. Nous avons changé d’idée, essentiellement [après] avoir parlé aux utilisateurs d’états financiers, qu’il s’agisse d’analystes financiers qui suivent des sociétés ouvertes, d’organismes subventionnaires qui financent les activités d’OSBL, ou tout simplement de fonds d’actions de sociétés fermées.

Les utilisateurs nous ont dit que l’information présentée ailleurs que dans les états financiers était de qualité inégale. Cette information inclut, par exemple, le nombre d’articles vendus ou d’abonnés, dans le cas de la téléphonie cellulaire. Ces données ne sont pas régies par des normes comptables.

Nous avons donc décidé de sensibiliser le milieu à ces questions, que nous jugeons cruciales non seulement pour les sociétés ouvertes, mais aussi pour les sociétés fermées et les OSBL. C’est pourquoi nous avons décidé d’intervenir ainsi : en tant que normalisateurs auprès de différents types de sociétés, nous voulions nous assurer que chacune d’elles entendent notre message.

Linda Mezon préside la réunion du CNC des 20 et 21 septembre 2018 à Montréal.

CPA CANADA : Sur la scène internationale, l’Union européenne (UE) mène un bilan de qualité exhaustif pour déterminer si son cadre législatif sur les informations à publier par les entreprises est toujours efficace. L’International Federation of Accountants a déclaré que l’UE devrait continuer d’approuver les IFRS existantes. Le Canada est d’ailleurs passé aux IFRS il y a quelques années. Est-il donc permis de penser que, de l’avis du CNC, l’UE devrait continuer à appliquer les IFRS?

L. M. : Tout à fait. Le Conseil est au fait du bilan de qualité de l’UE. Nous avons répondu aux questions qui, selon nous, s’appliquaient à notre situation. Nous travaillons de près avec nos homologues européens, avec qui nous nous entretenons régulièrement du point de vue de l’établissement de normes comptables. Chose certaine, ce qui se passe en Europe nous importe grandement. Nous ne ménageons aucun effort pour assurer l’efficacité des normes internationales, à condition que leur adoption suive un calendrier commun. C’est d’ailleurs ce qui nous avait motivés à adopter les IFRS. Nous tenions à ce que les entreprises canadiennes puissent mobiliser les capitaux de la même façon à l’échelle nationale et internationale. Être comparées à d’autres entreprises selon les mêmes normes et mobiliser des capitaux plus efficacement, peut-être à des taux plus avantageux. Notre position est très claire : nous accordons et continuerons d’accorder beaucoup d’importance aux démarches de l’UE. Mais nous tenons à ce que les dates d’adoption soient les mêmes partout, question d’offrir des chances égales à toutes les entreprises. 

CPA CANADA : On dit que le Canada joue depuis longtemps dans la cour des grands en matière de normalisation internationale. Est-ce toujours le cas?

L. M. : Sans vouloir sembler complaisante, je crois que oui. Je dirais même que c’est encore plus vrai aujourd’hui. Voici pourquoi. Notre pays ne représente que 3 % des marchés financiers mondiaux. Nous sommes donc un acteur relativement modeste sur la scène mondiale. Pourtant, lors des assemblées internationales, les participants s’intéressent grandement à notre opinion. C’est que notre marché ressemble beaucoup à celui des États-Unis. Notre présentation de l’information financière est très détaillée et fait l’objet de contrôles internes. Nous sommes réputés pour notre interprétation stricte des normes. Résultat : le cadre d’information financière du Canada ressemble grandement à celui des États-Unis, sauf que nous avons adopté les IFRS.

INFORMEZ-VOUS GRÂCE À CPA CANADA

Linda Mezon coanimera deux séances, intitulées Accounting Standards Update et Mind the Non-GAAP, au Congrès national UNIS le 1er octobre. Pour suivre l’évolution des sujets de l’heure qui touchent notre secteur, parcourez la liste des prochains événements de CPA Canada, comme des cours de perfectionnement, des symposiums et des activités de réseautage.