Kai Kight

Pour le réputé violoniste Kai Kight, également conférencier, musique classique et comptabilité seraient des univers apparentés. (Avec l’autorisation de Kai Kight)

Articles de fond | Portraits

Sortez du conformisme pour mieux vous épanouir, propose Kai Kight, violoniste et conférencier

Conférencier d’honneur au congrès UNIS, ce musicien accompli évoque l’adaptation aux perturbations et parle de leadership.

A Facebook IconFacebook A Twitter IconTwitter A Linkedin IconLinkedin An Email IconCourriel

Pour le réputé violoniste Kai Kight, également conférencier, musique classique et comptabilité seraient des univers apparentés. Explications.

Déchiffrer une partition et faire ses gammes, faire des calculs et résoudre des équations, où sont les points communs? Dans les deux domaines, une approche méthodique s’impose, fondée sur la rigueur.

M. Kight poursuit : « Établir des parallèles entre différentes disciplines, par exemple entre la musique classique et la comptabilité ou les finances, apporte un éclairage nouveau. Dans les deux cas, on peut jouer juste ou faux. »


Le violoniste Kai Kight joue Duality, une pièce de son album Renegade.

M. Kight est l’un des conférenciers d’honneur du congrès national UNIS 2018, à Halifax. Il insiste pour dire que même si l’apprentissage d’une méthode ou l’établissement de règles est nécessaire, le conformisme ne devrait pas nous limiter, dans notre profession. Plutôt, il y a lieu de mettre à contribution le respect d’un cadre structuré comme point de départ pour explorer plus avant d’autres pistes.

« Je ne dis pas qu’assimiler les conventions est inutile. Je pense cependant qu’une fois les structures acquises, on peut se permettre quelques libertés », a-t-il expliqué dans une entrevue avec CPA Canada. « Oui, vous vous fonderez toujours sur les conventions, mais sans y voir un carcan rigide. Mais comment s’y prendre? Moi, je mets à profit les techniques propres à la musique classique, tout en les exploitant différemment. »

Bref, il est essentiel de garder l’esprit ouvert en période de remise en question des certitudes, comme c’est le cas pour la profession comptable. S’adapter et évoluer au rythme du changement exige la souplesse dont fait état M. Kight. S’ajoute la capacité de prendre du recul par rapport au scénario habituel.

« Les bouleversements font ressortir les situations d’attachement. Vous réalisez que vous devez tourner la page et abandonner des choses auxquelles vous teniez. On croit qu’il sera difficile de changer. »

« La vie n’est pas une répétition générale : j’apprends et je ressens des choses réelles. » 

Faisant un lien avec la musique, M. Kight – qui ose sortir du cadre formel par ses compositions novatrices – rappelle le côté audacieux de Mozart, à qui il arrivait de mettre les partitions de côté durant un concert et d’improviser.

« Mozart a dégagé de ces tentatives les compositions officielles subséquentes, ajoute le violoniste. C’est une manière d’explorer, de remettre en question les habitudes. »

Résolument tourné vers l’avenir, M. Kight dresse une analogie entre une prestation artistique devant public et une répétition : « En répétition, on peut arrêter pour reprendre une note manquée et la rejouer jusqu’à l’avoir maîtrisée. En récital, si on rate une note, il faut l’accepter et continuer. »

« La vie n’est pas une répétition générale : j’apprends et je ressens des choses réelles. Impossible de faire marche en arrière. Dans mon cas, au lieu de m’attarder aux notes manquées, je me concentre plutôt sur les suivantes. Pour bien jouer, oublions l’obsession de la perfection. Faisons preuve d’indulgence envers nous-mêmes, dans les moments les plus difficiles. » 


Le violoniste Kai Kight joue Smooth Criminal de Michael Jackson, au Bing Concert Hall de l’Université Stanford.

Interrogé sur la notion de leadership, Kai Kight croit qu’en situation d’autorité ou de privilège, il ne suffit pas de savoir manier le verbe devant un auditoire bien souvent acquis.

En musique, il appartient parfois à l’interprète de conclure en solo, sous forme d’improvisation : c’est la « cadenza ». Dans le même ordre d’idée, le leader doit prendre en considération le point de vue de ceux qu’il dirige; il leur donnera l’occasion d’influer sur les orientations de l’organisation. C’est là que réside la signification de la diversité et de l’inclusion, croit le conférencier.

« La question qui se pose, surtout quand on occupe un poste de pouvoir, se formule ainsi : comment faire entendre sa voix et changer le cours des choses, tout en laissant les autres apporter leur contribution? lance-t-il. La cadenza est ce laps de temps, dans une pièce, où un musicien jouit d’une autonomie soudaine pour s’exprimer à guise et sortir de l’ornière, comme l’a fait Mozart. Voilà comment je vois tout milieu qui se veut ouvert et pluriel. »

M. Kight, diplômé en design et en génie de l’Université de Stanford, a su combiner éloquence et compositions musicales novatrices pour mobiliser et inspirer son auditoire, de la Maison-Blanche et à la Grande Muraille de Chine.

PARTICIPEZ AUX ACTIVITÉS DE CPA CANADA

Le 1er octobre, Kai Kight donnait une allocution intitulée Composing Your World, dans le cadre du congrès national UNIS 2018. Vous pourrez aussi tirer parti des colloques et autres événements à venir organisés par CPA Canada, qu’il s’agisse de cours, de symposiums ou d’occasions de réseautage.