Femmes leaders en comptabilité : Heather Waldman

Heather Waldman, CPA, présente le cheminement de carrière qu’elle a suivi pour devenir leader dans le domaine comptable.

  • Poste : vice-présidente, Finance et administration, et chef des finances
  • Organisation : Tennis Canada
  • Études : Université du Cap, Afrique du Sud
  • Titre comptable : 1988, Arthur Andersen, Le Cap / 1991, Monitor Company Canada, Toronto

Quand la chef des services financiers de Tennis Canada est arrivée au Canada en décembre 1990, en provenance du Cap, avec son mari et sa fille de 10 mois, elle a dû passer des examens de conversion pour obtenir le titre canadien de CA. Elle avait étudié à l’Université du Cap où elle avait obtenu un diplôme en marketing en 1983, puis un baccalauréat en commerce et un diplôme d’études supérieures en comptabilité, et était CA depuis 1988.

 « J’ai mis un certain temps à en arriver là », dit-elle à propos de son titre de comptable, qu’elle a obtenu tout en travaillant à temps complet dans un cabinet d’audit et au service de fiscalité d’Arthur Andersen au Cap. « J’ai obtenu un diplôme de marketing avant de constater que j’étais davantage faite pour la profession comptable », explique-t-elle de son bureau de Toronto.

Sa carrière au Canada a commencé en 1991 par un poste à temps partiel à Monitor Company Canada (Toronto), un cabinet de services-conseils qui aide les entreprises du monde entier à atteindre leur plein potentiel. Au cours de sa première année au sein de cette entreprise, elle a obtenu le titre canadien de CA. Ensuite, elle a occupé divers postes pendant huit années, notamment celui de contrôleur des cinq bureaux de l’entreprise en Asie. Elle s’est également occupée de planification fiscale internationale et de prix de transfert.

« Mon mari et moi avions un emploi du temps bien rempli à cette époque, se rappelle-t-elle. Nous avons eu un autre bébé et il a fallu jongler avec le travail, les déplacements, le covoiturage et les réunions scolaires. Je pense qu’il est important d’être franc à propos de ses obligations familiales et d’établir des limites avant même d’accepter un poste. »

C’est à Monitor qu’elle a eu sa première occasion de s’imposer comme leader. « Monitor a décidé d’implanter un nouveau progiciel comptable à l’échelle mondiale et on m’a invitée à faire partie de l’équipe chargée de sélectionner le progiciel. C’est ainsi que j’ai commencé à jouer un rôle international dans la gestion financière de l’entreprise. »

Quitter un emploi stable en 2000 pour devenir chef des finances de Postlinx, fournisseur de services de publipostage direct, est le plus gros risque professionnel qu’elle ait jamais pris. Mais ses trois années chez Postlinx, suivies de plusieurs postes contractuels, l’ont bien préparée pour Tennis Canada.

« J’étais prête à m’investir dans la croissance d’une entreprise quand l’occasion de travailler pour Tennis Canada s’est présentée », dit-elle.

Elle assume maintenant la direction financière de cet organisme sans but lucratif, dont le siège est à Toronto et qui organise de grands événements comme la Coupe Rogers. En tant que chef des services financiers et vice-présidente des finances et de l’administration, elle porte sur ses épaules la santé financière de l’organisme.

Son rôle est de surveiller les entrées et sorties de fonds, et d’assurer le financement des nouveaux projets. Dernièrement, grâce à l’initiative de cette femme innovatrice, Tennis Canada s’est doté d’un nouveau logiciel de bases de données qui lui permettra de déterminer la façon dont les clients utilisent ses services.

Heather estime que les bons leaders doivent avoir une vue d’ensemble et savoir établir des objectifs. De plus, la confiance en soi fait toute la différence en matière de prise de décisions. Savoir admettre ses erreurs, pouvoir faire des concessions au besoin et connaître ses faiblesses sont également des atouts précieux.

« Embauchez des gens qui ont des compétences dans des domaines où vous n’en avez pas, recommande-t-elle.

« Et défendez ce en quoi vous croyez. Les femmes peuvent subir certaines formes de discrimination dans cette profession, mais cela ne doit pas ébranler vos convictions. Si vous faites du bon travail, vous gagnerez le respect de tous.

« Et enfin, soyez à l’écoute, continuez à apprendre et travaillez fort.

« Quand on fournit des efforts, on en récolte les fruits! »

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.