L’équilibre travail-vie personnelle selon une CPA : Leona Harari

Leona Harari, CPA, présente son point de vue sur la conciliation travail-vie personnelle.

  • Poste : inspectrice principale
  • Organisation : BDO Dunwoody, Montréal
  • Entrée en fonction : 1997
  • Diplôme universitaire : 1997
  • Titre comptable : 2000

À l’instar du caméléon, Leona Harari possède la faculté de se métamorphoser; c’est ce qui lui donne l’énergie de gérer ses nombreuses occupations : directrice en fiscalité, épouse, maman, bénévole chez les scouts. Sans compter qu’elle a obtenu un MBA et a réussi à garder son navire professionnel à flot, malgré les complications survenues pendant ses deux grossesses.

« À la fin de mes études, je croyais que j’aurais bien plus de temps », dit cette directrice principale en fiscalité au cabinet BDO Dunwoody à Montréal. « Pourtant, je suis encore occupée et je dois encore établir mes priorités tous les jours. »

Quand elle a obtenu son titre comptable, elle a choisi la fiscalité parce qu’elle voulait concilier son travail et sa vie personnelle. « Cette spécialité m’intéressait, dit-elle, et je croyais qu’elle m’offrirait une plus grande flexibilité si j’en avais besoin un jour. » Elle a eu raison.

En 2003 et en 2006, Leona a dû anticiper sur son congé de maternité en raison de problèmes de santé, mais elle a quand même pu s’occuper de ses clients en vérifiant ses courriels, en prenant des appels et en fournissant les renseignements demandés.

Quand son congé officiel a pris fin, elle a travaillé plusieurs mois à temps partiel. Si elle a si bien su s’adapter à la situation, c’est qu’elle pouvait compter sur le soutien du papa, qui a aussi pu prendre quelques mois de congé à la naissance de ses deux filles.

« Quand je suis restée à la maison après mon premier accouchement, mon plus grand problème a été l’isolement, dit la diplômée de l’Université Concordia âgée de 34 ans. À l’arrivée de la deuxième, j’ai établi ma petite routine. » Elle donne trois avertissements aux mères qui reprennent le travail : « Vous allez vous sentir coupables de manquer les étapes importantes, vous aurez moins de temps pour jouer et votre cœur saignera quand vos plus vieux vous diront : “Maman, je m’ennuie de toi”. »

D’un autre côté, le bureau vous procure un profond sentiment de satisfaction et de plaisir et vous donne la preuve tangible que vous réalisez quelque chose. « Vous ne verrez les résultats de la maternité que dans 15 à 20 ans! »

Elle admet ne pas savoir si sa vie sera un jour parfaitement équilibrée, étant donné que les priorités peuvent changer d’un jour à l’autre. Cependant, l’organisation est un élément clé du succès et les choses ont l’air de tourner rondement dans la maison des Harari : lever à 6 h 15, covoiturage vers l’école, arrivée au bureau à 9 h — 10 h les mercredis quand elle doit s’occuper des filles —, départ du bureau à 19 h.

Cet horaire se module cependant chaque jour au gré des changements dans les plans de covoiturage, des réunions de bénévoles pour les deux parents, des cours de gymnastique et des imprévus au travail.

Les vendredis sont spéciaux. Leona passe prendre les filles à 14 h et les trois préparent un repas qu’ils dégustent quand le papa arrive, à 18 h 30. Un jour de la fin de semaine est consacré à la famille. Les deux parents tiennent leurs agendas dans Microsoft Outlook et s’informent de leurs rendez-vous respectifs.

Il y a une règle d’or : on ne vérifie pas son BlackBerry à la maison. « En fait, ma petite de cinq ans me gronde si je jette un coup d’œil à mon appareil après les heures », avoue-t-elle en riant.

Leona pense que les nouveaux parents finissent un jour ou l’autre par se sentir dépassés par les événements. « Vous n’avez qu’à revenir à la case départ, à évaluer ce qu’il y a à faire et à rétablir vos priorités. Vous n’aurez jamais plus de temps, mais vous gérerez mieux celui que vous avez. Vous devez constamment choisir la personne que vous voulez être. »

— Lorie Murdoch

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.