L’équilibre travail-vie personnelle selon une CPA : Kelly LaVallie

Kelly LaVallie, CPA, explique comment elle atteint l’équilibre travail-vie personnelle dans sa carrière.

  • Poste : associée
  • Organisation : Collins Barrow LLP, Calgary
  • Entrée en fonction : octobre 2006
  • Diplôme universitaire : 1993
  • Titre comptable : 1995
Kelly LaVallie a créé un précédent au cabinet Collins Barrow. Elle a en effet été la première associée en 80 ans à tomber enceinte.

Elle qui était déjà la belle-mère de trois enfants et la mère d’un enfant de quatre ans a donné naissance à une fille en 2008, deux ans après son entrée en fonction au bureau de Calgary.

 « Mes associés se sont montrés merveilleusement compréhensifs face à mes exigences familiales, dit-elle. Quand j’ai annoncé ma grossesse, ils ont accueilli la nouvelle avec sérénité. La société s’intéresse aux résultats, pas aux heures passées au bureau. Ils s’attendent à ce que je fournisse un service de qualité à mes clients et c’est à moi de le faire tout en répondant aux besoins de ma famille. »

Kelly hésite à avouer qu’elle travaille « seulement » 40 heures par semaine la plupart du temps.

« Dans les années où je bâtissais ma carrière, dit cette diplômée de l’Université de la Colombie-Britannique, qui a travaillé quatre ans chez Deloitte & Touche et neuf ans au cabinet Johnsen Archer, je faisais bien plus d’heures. J’en suis à une étape de ma vie où les engagements familiaux me demandent beaucoup de temps. Je vais probablement recommencer à faire de plus longues semaines de travail quand cette étape sera passée. »

Elle s’estime chanceuse de pouvoir compter sur son mari pour atteindre cet équilibre travail-vie personnelle. « Quand deux personnes tirent dans le même sens, les choses sont bien plus faciles », dit-elle.

Ils soupent en famille et mettent les plus petits au lit vers 19 h 30. Ensuite, elle fait du rangement, vérifie son courrier, s’assure que les plus grands font leurs devoirs quand ils sont à la maison, travaille au besoin, promène le chien et s’entraîne sur ses appareils de conditionnement physique à la maison.

Durant la fin de semaine de l’Action de grâces, elle a couru son troisième semi-marathon. « Je veux que mes enfants me voient comme une femme active, compétitive et soucieuse de sa santé. »

« Pour moi, la différence entre apprécier ce que je vis et me sentir dépassée par les événements est une question d’attitude, dit-elle. Si je ne prends pas les choses trop au sérieux, si j’essaie de trouver une dose de plaisir dans tout ce que je fais — même la préparation des repas — et si je m’arrête à penser à l’amour que j’éprouve pour ceux qui m’entourent, j’en arrive à aimer cette vie de fou. »

Quand elle est avec les enfants, elle n’essaie pas d’en faire trop. « Nous jouons à la maison, faisons des promenades, allons nager. L’idée, c’est d’être avec eux tout en m’adonnant à des tâches — ils jouent dans la cuisine pendant que je prépare les repas. »

L’an dernier, Kelly a pris pour la première fois dix jours de vacances sans communiquer avec le bureau. « Je me suis sentie libérée », admet-elle. La famille passe la plupart de ses vacances dans un chalet en bordure d’un lac au Montana; le couple s’y réserve quelques fins de semaine en amoureux chaque année.

La comptable a retenu une importante leçon qui sert également de conseil : « Créez-vous une vie qui répond à vos besoins et cessez de vous culpabiliser ou de vous en faire. Je n’ai été en paix avec moi-même qu’après avoir atteint un équilibre de vie qui me convenait et avoir cessé de me préoccuper de ce que les autres pensaient de mes choix. »

Elle rassure les nouveaux diplômés qui peuvent se sentir épuisés par les exigences et les longues heures de travail : avec les années d’ancienneté, viendra un moment où ils pourront mieux décider de la forme que prendra leur vie professionnelle. Il vaut donc la peine qu’ils « fassent leurs classes » pour pouvoir « se bâtir la grande carrière qui leur convient ».

Ses futurs objectifs familiaux? « Cesser de fixer des objectifs!, dit-elle. Je veux être davantage dans "l’être" que dans "l’agir". Je veux être capable d’apprécier ma vie et les gens formidables qu’elle met sur ma route. »

— Lorie Murdoch

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.