Vocation? Bénévole!

Découvrez le rôle de premier plan que nos bénévoles en littératie financière endossent pour améliorer la santé financière des citoyens canadiens.

Le changement n’est pas nécessairement spectaculaire de prime abord. En fait, il peut parfois germer de la passion d’une seule personne.

Ce que nous avons appris des cinq années d’existence de notre programme primé de littératie financière, c’est que nos CPA bénévoles en sont le cœur. Leur désir d’aider les autres et de soutenir les collectivités mérite d’être souligné.

Favoriser la littératie financière dans les régions éloignées

Quand Eitan Dehtiar, CPA, CMA, MBA, s’est joint au programme de littératie financière de CPA Canada, nous savions que nous avions trouvé un bénévole qui tiendrait la distance – au propre et au figuré.

Depuis 15 ans, Eitan travaille dans le Nord canadien. Consultant indépendant, il aide des entreprises comme Agnico Eagle Mines, de Baker Lake, au Nunavut, à mener à bien leurs projets.

Pour nombre d’entre nous, le trajet quotidien jusqu’au travail se fait en bus, en train ou en voiture, mais c’est en avion qu’Eitan doit se rendre au Nunavut. Et pour un résident de Toronto, ce n’est pas la porte à côté. Quant à finir à la même heure tous les soirs, mieux vaut ne pas y compter : en fait, Eitan ne sait même pas quel jour il pourra revenir et doit prévoir une marge d’un ou deux jours supplémentaires à la fin de chaque déplacement en cas de mauvais temps. «Il ne faut jamais se contenter du nombre exact de sous-vêtements nécessaires», plaisante-t-il.

La passion d’Eitan pour le Nord et son engagement envers la littératie financière ont vraiment convergé cette année. En effet, grâce à son apport, le programme a pris une nouvelle direction : deux ateliers ont été conçus en fonction des besoins uniques des habitants des collectivités éloignées. Ils portent sur divers sujets comme l’établissement d’objectifs, les envies et les besoins, les comptes bancaires et la planification pour l’avenir. Nous les avons testés à Baker Lake, dans le cadre d’un projet-pilote, et comptons les offrir d’un océan à l’autre dès 2018.

Pour concevoir des ateliers de ce type, Eitan nous explique qu’il faut travailler auprès des personnes concernées en vue de déterminer leurs besoins et de trouver des partenaires qui appuieront la démarche. «Il ne suffit pas de cerner les besoins du groupe; il faut aussi obtenir l’appui de personnes influentes dans le village pour donner de la crédibilité à l’initiative», explique-t-il.

De nombreux résidents de Baker Lake et des villages voisins dans la région de Kivalliq travaillent pour Agnico Eagle Mines. Cette société, désireuse de favoriser la littératie financière chez ses employés, leurs familles et les autres habitants de la région, s’est faite le promoteur du programme.

Selon Eitan, les choses prennent souvent du temps à se mettre en place dans le Nord, mais la littératie financière gagne en popularité : beaucoup d’écoles, d’entreprises et d’organisations diverses se sont montrées intéressées.

«Se rendre dans les villages isolés comme Baker Lake peut représenter tout un défi, mais, une fois sur place, on constate qu’ils sont très liés. En raison du faible nombre d’habitants, plusieurs ateliers donnés sur une semaine, plusieurs fois par année, peuvent avoir des répercussions positives sur l’ensemble du village, des élèves à l’école jusqu’aux adultes à la maison. Et c’est très valorisant», conclut Eitan.

Appuyer les bénévoles

Pour offrir un programme de cette envergure à l’échelle du pays, il faut soutenir de l’intérieur même du réseau les bénévoles disposés à animer les ateliers. D’où la mise en place, sur tout le territoire, de responsables régionaux en littératie financière.

Joëlle Daphnée Orvil, CPA, CGA, responsable régionale à Montréal, explique qu’aider les gens à gérer leur budget l’a toujours stimulée. Se doutant que d’autres CPA partageaient la même passion, elle n’a pas hésité à endosser le rôle de responsable régionale. Elle dirige et soutient donc une équipe de bénévoles qui présentent des ateliers de littératie financière dans l’agglomération. «C’est un travail d’équipe, dit-elle. CPA Canada a élaboré un corpus de connaissances en littératie financière, alors pourquoi ne pas en faire profiter ceux qui en ont besoin?»

Joëlle sert aussi d’intermédiaire entre les bénévoles et CPA Canada. «J’invite les bénévoles à me parler de leurs expériences pour que je puisse en discuter avec l’organisation dans une optique d’amélioration continue du programme», ajoute-t-elle.

Comme les bénévoles sont au cœur de notre action, les occasions d’aider, d’informer et d’inspirer les autres ne connaissent pas de limites – ni de distances.

D’autres initiatives

En plus du programme de littératie financière, CPA Canada, de concert avec l’Initiative de la Famille Martin, a instauré un programme de mentorat pour les élèves autochtones du secondaire. Actuellement, 130 élèves des quatre coins du Canada en bénéficient. Ce programme vise à soutenir les élèves autochtones pendant leurs études secondaires en leur présentant les avantages de poursuivre des études supérieures et les occasions de carrière qui s’offrent à eux, notamment en comptabilité.

Participez!

Si vous connaissez un groupe de personnes qui tireraient profit de nos ateliers gratuits de littératie financière, communiquez avec nous.

Pour en savoir plus ou pour faire une demande d’atelier, consultez la page Ateliers de littératie financière.

Si vous êtes CPA et que vous souhaitez contribuer au programme, consultez la page Devenez bénévole en littératie financière.

Si vous avez des questions, écrivez-nous.