REER ou CELI : quel véhicule d’épargne choisir?

La date limite pour cotiser à un REER approche à grands pas. Faut-il aller de l’avant ou opter pour le CELI? Ces réflexions vous aideront à y voir plus clair.

La date limite pour cotiser à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour l’année d’imposition 2019 est fixée au 2 mars 2020. Autrement dit, les cotisations effectuées jusqu’à cette date peuvent être déduites du revenu de 2019 (ou reportées à l’année suivante). Cette déduction fiscale peut apporter de grands avantages, mais faut-il toujours s’en prévaloir? Est-il plus avantageux de cotiser à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI)? Analysons ensemble les principales différences entre ces deux véhicules de placement.

LE REER

Le REER est un instrument mis en place en 1957 pour aider les Canadiens à épargner en prévision de la retraite, grâce au principe de l’imposition reportée. D’une manière générale, le REER est avantageux pour les contribuables qui se situent dans une tranche d’imposition élevée au moment où ils effectuent les cotisations, et qui prévoient être dans une tranche d’imposition inférieure au moment du décaissement (à la retraite, normalement).

Le plafond des cotisations à un REER varie d’une personne à l’autre. Il s’agit du plus petit de ces deux montants : soit 26 500 $ (pour 2019), soit 18 % du revenu gagné l’année précédente. Les cotisations au REER sont déductibles aux fins de l’impôt. Les droits de cotisation non utilisés sont reportés à l’année suivante.

Le revenu de placement gagné dans un REER est à l’abri de l’impôt jusqu’à son retrait.

Les retraits du régime sont imposés comme revenu et peuvent avoir une incidence sur les droits aux prestations de l’État. Les retraits n’ont pas pour effet d’augmenter les droits de cotisation.

Le REER peut vous convenir si :

  • vous épargnez en vue de la retraite, vous êtes dans une tranche d’imposition élevée, et vous ne vous attendez pas à ce que votre revenu augmente de façon importante
  • vous épargnez en vue de l’achat de votre première maison et souhaitez vous prévaloir du régime d’accession à la propriété (RAP) en retirant des fonds de votre REER pour votre mise de fonds
  • vous mettez de l’argent de côté pour vos études et souhaitez profiter du régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) pour financer votre formation

LE CELI

Le CELI est un compte d’épargne mis en place en 2009 pour encourager les Canadiens à épargner davantage. Il s’agit d’un instrument d’épargne souple, dans lequel les placements peuvent fructifier en franchise d’impôt.

Le plafond annuel des cotisations à un CELI est le même pour tout le monde : en 2020, il s’élève à 6 000 $. Ces cotisations ne sont pas déductibles d’impôt et les droits non utilisés sont reportés à l’année suivante.

Le revenu gagné dans un CELI n’est pas assujetti à l’impôt.

Les retraits d’un CELI ne sont pas imposés et n’ont pas d’incidence sur vos droits aux prestations de l’État. Tout retrait d’un CELI sera ajouté aux droits de cotisation au début de l’année suivante.

Le CELI peut vous convenir si :

  • vous épargnez pour réaliser un objectif avant à la retraite : faire un voyage, acheter une auto ou vous marier, par exemple
  • vous épargnez en vue de la retraite, mais vous êtes dans une tranche d’imposition peu élevée et vous vous attendez à ce que votre revenu augmente de façon importante dans les prochaines années
  • vous avez plus de 71 ans et n’êtes plus autorisé à cotiser à un REER

Quel véhicule d’épargne convient le mieux à votre situation? Il n’y a pas nécessairement de réponse tranchée à cette question. Peut-être jugerez-vous bon de tirer profit de ces deux instruments, en adoptant une double stratégie : vous pourriez cotiser à un REER pour générer un remboursement d’impôts, puis investir cette somme dans un CELI. Si vous hésitez sur la voie à suivre, consultez un professionnel compétent en gestion des finances.

Savez-vous quel est votre plafond de cotisation au REER? Consultez votre dernier avis de cotisation ou Mon dossier sur le site de l’Agence du revenu du Canada. Il est important de connaître votre plafond de cotisation au REER. En effet, si vous versez un montant supérieur à vos droits de cotisation, l’ARC exigera une pénalité de 1 % par mois sur les cotisations excédentaires.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

En 2020, allez-vous cotiser à un REER, à un CELI, ou aux deux? Nous vous invitons à publier un commentaire ci-dessous.

Avertissement

Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteure et ne représentent pas nécessairement ceux de CPA Canada.

À propos de l’auteur

Kathryn Yanchycki, CPA

CPA et bénévole en littératie financière au Manitoba, en milieu rural, Kathryn a travaillé dans divers cabinets d’expertise comptable avant de devenir conseillère en gestion de patrimoine à Sunrise Credit Union.