Fraude : Soyons présents auprès des aînés

Même si on entend parler de fraude presque tous les jours, des personnes âgées continuent de se faire flouer. Comment les aider à éviter des pièges dont ils n’ont souvent même pas conscience?

Dans mon billet précédent, je rappelais que la fraude prend diverses formes et que, pour de nombreuses raisons, les aînés en sont souvent les principales victimes. Ma conclusion : s’il faut tout un village pour élever un enfant, le même adage s’applique si on veut aider les aînés à lutter contre la fraude.

Alors, qui trouve-t-on dans ce village? Et qui doit agir en premier?

Nous, enfants et petits-enfants, sommes la première ligne de défense. Nous devons nous informer et surveiller tout signe d’une fraude dont nos parents et nos grands-parents pourraient être victimes. Heureusement, de nombreux organismes offrent de l’information en ligne sur le sujet, dont :

Une fois bien informés, nous devons lancer la discussion avec nos proches âgés. Les aînés qui utilisent un ordinateur peuvent eux-mêmes consulter ces sites. Comme ma mère, âgée de 92 ans, ne se sert pas d’un ordinateur, mon frère et moi lui donnons quelques conseils simples : ne pas hésiter à raccrocher si elle reçoit un appel douteux; ne jamais ouvrir la porte à quelqu’un qui se présente à l’improviste; et contacter le concierge de son immeuble si elle a besoin d’aide et que mon frère et moi ne sommes pas disponibles. Il faut être encore plus vigilant lorsqu’une personne âgée a des ennuis de santé ou des pertes de mémoire; il peut même être nécessaire d’obtenir une procuration pour s’occuper de ses affaires.

Les fournisseurs de soins, y compris les préposés d’aide ou de soins à domicile et le personnel des résidences pour personnes âgées, forment la deuxième ligne de défense. C’est à nous, enfants et petits-enfants, de discuter avec ces fournisseurs pour cerner leur rôle, autant en ce qui concerne les soins offerts à nos proches que leur protection contre les sévices et la fraude.

Toutes les autres personnes entrent ensuite en jeu. Pensons à la famille éloignée, aux voisins et aux amis qui peuvent, à tout le moins, visiter leurs proches âgés pour s’assurer qu’ils se portent bien. En outre, de nombreux organismes offrent des programmes pour aînés, dont des services de soutien pour les personnes isolées ou à risque. Informez-vous pour connaître les organismes présents dans la ville où habite la personne âgée et les services qu’ils offrent.

Poursuivons la conversation

Que faire lorsque la famille ou un fournisseur de soins sont les fraudeurs contre lesquels nous devons protéger un aîné? Avez-vous des idées? Faites-nous-en part ci-dessous.

Avertissement

Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteure et ne représentent pas nécessairement ceux de CPA Canada.

À propos de l’auteur

Trudy Brodner, CPA, CMA

Trudy Brodner, aujourd’hui retraitée, a exercé la profession pendant de longues années, notamment dans l’industrie des hydrocarbures, dans un cabinet d’avocats et comme conseillère indépendante.