Investir dans l’immobilier : est-ce pour vous?

Beaucoup possèdent le savoir financier nécessaire pour devenir des investisseurs avisés, mais est-ce assez pour gérer un portefeuille au quotidien? La solution : l’investissement immobilier.

En 1999, je décroche un emploi comme auditeur chez PwC à Toronto. Fort de mes bonnes notes à l’université et de l’obtention d’un poste de rêve dans un cabinet de premier plan, je sens que l’avenir m’appartient. La bulle Internet est à son apogée et, à l’instar de bon nombre de mes collègues, je me laisse prendre au jeu. À l’époque, les entreprises se vantaient d’offrir des rendements assurés. La majorité semblait en effet de bons placements… jusqu’à ce que, l’une après l’autre, elles déclarent faillite ou soient vendues pour une bouchée de pain.

Comme beaucoup, j’ai essuyé des pertes financières, mais la leçon a porté ses fruits. Déçu de ce revirement, j’ai fui le marché boursier et cherché d’autres façons de faire fructifier mes avoirs. C’est une discussion sur l’immobilier avec un de mes voisins qui a suscité mon intérêt. On a tous déjà entendu parler de quelqu’un qui a beaucoup de succès en immobilier. Jeune comptable, je possédais les connaissances nécessaires pour tenter ma chance, et j’avais du temps devant moi.

Au cours des 20 dernières années, j’ai investi dans toutes sortes de propriétés : condominiums, maisons en rangée ou jumelées, logements pour étudiants, etc. Chacune comporte ses défis et avantages, de sorte que j’ai beaucoup appris au fil des ans.

DIX ÉLÉMENTS À CONSIDÉRER AVANT DE SE LANCER DANS L’IMMOBILIER

  1. Tout le monde doit se loger (et vous aussi!).
  2. L’immobilier a un effet de levier :
    • Par exemple, un rendement de 3 % par année se traduira par des gains plus importants pour un bien immobilier assorti d’un prêt hypothécaire que pour des actions, des obligations ou des fonds communs de placement. En effet, la valeur d’une propriété de 800 000 $ acquise avec une mise de fonds de 160 000 $ (20 %), dont les versements hypothécaires sont couverts par les locataires, augmentera de 24 000 $, alors qu’un investissement du même montant (160 000 $), géré par un professionnel en la matière, produira 4 800 $.
  3. Tout investissement demande d’y consacrer du temps, mais l’immobilier est plutôt facile à gérer.
    • Un placement immobilier est un projet à long terme exigeant une gestion serrée qui s’ajoute à vos responsabilités quotidiennes.
  4. Un partenariat peut être une bonne idée, autant pour réduire votre participation personnelle que pour augmenter plus rapidement le nombre de propriétés que vous détenez. Veillez toutefois à avoir des ententes signées définissant la gestion des avoirs.
  5. Tout en poursuivant votre carrière parallèlement, vous pouvez voir vos prêts hypothécaires remboursés par d’autres et faire de l’argent les yeux fermés.
  6. Vous êtes propriétaire de votre domicile? Il est possible de déduire, en toute légalité, les intérêts sur votre prêt hypothécaire afin d’augmenter le rendement sur votre investissement. Ne manquez pas mon prochain billet de blogue pour comprendre la stratégie à appliquer.
  7. Acquérez des immeubles situés près de chez vous, dans un secteur que vous connaissez bien et où vous pouvez facilement vous rendre.
  8. Allez-y petit à petit, en commençant par un immeuble d’une taille et d’un prix raisonnables, afin de gagner en confiance, puis visez de plus en plus haut.
  9. Consultez toujours un CPA ou un planificateur financier avant de prendre une décision financière importante et, surtout, tenez compte de leurs conseils.
  10. La perception de loyers est une façon simple de toucher un revenu additionnel à la retraite.

Investir dans l’immobilier peut être intimidant, surtout si vous connaissez mal le processus, mais comme l’a déjà dit Wayne Gretzky : « On rate 100 % des tirs qu’on ne fait pas. » Si la prudence est de mise, il est tout aussi important de faire preuve d’initiative avec votre argent afin de vous bâtir un portefeuille.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Qu’attendez-vous pour accroître vos compétences afin d’investir dans l’immobilier? À vous la parole.

Avis de non-responsabilité

Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de CPA Canada.

À propos de l’auteur

Mike Rosenthall, CPA, CA

Mike is a volunteer with a passion for real estate investment, working in ethics and compliance.