Bien-être financier et handicap : quel rôle les CPA peuvent-ils jouer?

Pour les familles dont un membre vit avec un handicap, la planification financière doit tenir compte des attentes et des besoins particuliers des personnes concernées. Découvrez ce que cette situation implique.

Les proches d’une personne handicapée et leurs conseillers financiers se jettent trop souvent sur les détails de la planification financière liée au handicap, avant même de s’interroger sur les besoins de la vie courante et sur leurs coûts réels. Quelles sont les attentes de la personne vivant avec le handicap en matière de qualité de vie? Où résidera-t-elle, compte tenu de ses restrictions cognitives et/ou physiques? Pourra-t-elle vivre à un endroit répondant à ses besoins, selon vos finances personnelles et votre planification successorale actuelles? À quel degré souhaitez-vous qu’elle s’implique dans la collectivité pour avoir la meilleure qualité de vie possible?

Résoudre ces questions difficiles exigera des efforts de toute la famille. Celle-ci aura besoin des conseils d’un professionnel et ne devrait pas hésiter à solliciter les grands-parents et d’autres membres de la famille qui pourraient vouloir apporter leur contribution.

LOGEMENT : ADAPTÉ ET ABORDABLE

Le logement peut accaparer une large portion du budget lié au handicap. Heureusement, de nos jours, on favorise une plus grande autonomie et il existe des programmes sociaux qui contribuent à alléger les pressions financières que vous subissez peut-être.

Si leurs finances sont bien organisées, certaines familles peuvent fournir à la personne handicapée un logement qui lui convient. De plus, des provinces et territoires offrent du soutien financier aux aidants naturels/proches aidants qui subviennent aux besoins d’un être cher vivant avec un handicap pour lui permettre de rester chez lui plus longtemps.

Vous pouvez recourir au Régime enregistré d’épargne-invalidité, à une fiducie de type « Henson », à une fiducie admissible pour personne handicapée ou à d’autres solutions. Si les difficultés liées au handicap sont très sérieuses, l’aide au logement peut être la seule option. Quoi qu’il en soit, les familles devraient privilégier les solutions abordables et saisir les occasions d’améliorer la qualité de vie de leur proche vivant avec un handicap.

AUTRES QUESTIONS DE PLANIFICATION RELATIVES AU HANDICAP

Les aspects à considérer en matière de planification financière pour une famille vivant avec une personne handicapée sont très nombreux. Il faut notamment tenir compte :

  • des questions de capacité et des façons d’éviter les difficultés d’ordre juridique
  • du choix d’une personne pour s’occuper, maintenant et dans l’avenir, des finances de votre proche vivant avec un handicap
  • de la possibilité de recourir à une fiducie pour détenir un bien immobilier, si la capacité juridique pose problème
  • de l’application de mesures convenables pour tirer le meilleur parti de l’aide sociale
  • de l’utilisation des ressources communautaires pour améliorer la qualité de vie
  • de la pertinence d’avoir un plan pour maximiser les crédits d’impôt, les prestations et la pension d’invalidité
  • de l’opportunité de faire en sorte que les testaments, procurations et plans successoraux demeurent appropriés à très long terme

Les enjeux liés à la planification sont nombreux lorsqu’il est question de handicap. Heureusement, les banques, avocats, comptables, gestionnaires de portefeuille et organismes de services sociaux, conscients des besoins à cet égard, commencent à proposer des services personnalisés.

LES QUESTIONS JURIDIQUES AJOUTENT À LA COMPLEXITÉ

L’incapacité juridique de votre proche vivant avec un handicap de prendre des décisions exécutoires pourrait être source de certains problèmes. Par exemple, il peut n’être ni souhaitable ni possible qu’il devienne propriétaire. En outre, il se peut que certains choix concernant l’impôt sur le revenu ne soient pas permis, et que la planification successorale doive comprendre le recours à une fiducie.

Si la question de la capacité juridique ou même de la vulnérabilité de votre proche vous inquiète, n’hésitez pas à consulter un conseiller juridique en plus d’un conseiller financier.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Êtes-vous à l’aise avec l’état actuel de la planification financière à long terme de votre famille concernant votre proche handicapé? Nous vous invitons à publier un commentaire ci-dessous.

Avis de non-responsabilité

Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de CPA Canada.

À propos de l’auteur

Ed Arbuckle, CPA, FCPA, TEP

Ed Arbuckle FCPA, CPA, TEP writes and speaks regularly about disability and personal finances. He recently authored The Family Guide to Disability and Personal Finances. He can be reached through his website www.thefamilyguide.ca. He is a regular contributor to the MoneySaver magazine.