Se protéger de la contrefaçon

Tous les propriétaires de petites entreprises savent que l’argent est roi, mais comment se protéger de la fausse monnaie? Voici quelques conseils.

Il y a quelques années, la Banque du Canada a mis en circulation les nouveaux billets en polymère : indéchirables, transparents et comportant des hologrammes. Bien entendu, ces changements n’étaient pas purement esthétiques : ils présentaient aussi d’importants avantages sur le plan de la sécurité, visant à rendre les billets de banque canadiens plus difficiles à répliquer.

Pour la Banque du Canada, la sécurité est une considération extrêmement importante. C’est pourquoi elle cherche constamment de nouvelles façons de faire échec à la contrefaçon au moyen d’éléments de sécurité novateurs. La fausse monnaie ne cause pas uniquement préjudice à la personne ou à l’entreprise qui se retrouve prise avec des billets sans valeur; elle mine aussi la confiance du public à l’égard de notre monnaie – confiance nécessaire au bon fonctionnement de notre économie.

Environ 40 % de toutes les ventes au détail sont encore réglées en espèces, et la majorité des faux billets sont mis en circulation au point de vente. Pour les petites entreprises, la meilleure façon de se protéger est donc de ne pas accepter de monnaie contrefaite en premier lieu. En effet, si une petite entreprise se retrouve en possession de faux billets, ces derniers ne seront pas remplacés par la Banque du Canada et l’entreprise essuiera une perte. Il est donc judicieux pour les propriétaires d’entreprise de se familiariser avec les mesures de prévention de la contrefaçon et de veiller à ce que l’ensemble de leur personnel sache distinguer les vrais billets des faux avant que ceux-ci ne se retrouvent dans le tiroir-caisse.

Or, la Banque du Canada offre des cours et des webinaires gratuits pour apprendre aux employés à vérifier l’authenticité des billets. Elle publie également des documents fort utiles, dont des manuels, des jeux-questionnaires et des fiches pratiques (qui peuvent être affichées à côté des caisses à titre de référence). Toutes ces ressources sont gratuites et constituent d’excellents outils qui aideront les entreprises à réduire le risque lié à la contrefaçon. Pour plus d’information, consulter le site Web de la Banque du Canada.

QUE FAIRE SI UN BILLET VOUS SEMBLE SUSPECT?

Évaluez d’abord la situation pour vous assurer que vous n’êtes pas en danger. Si vous craignez pour votre sécurité, acceptez le billet et appelez la police une fois la transaction conclue. Autrement, suivez les étapes ci-dessous :

  1. Refusez le billet poliment, rendez-le au client et expliquez-lui que vous soupçonnez qu’il s’agit d’un faux. Restez courtois puisqu’il est fort probable que le client n’avait pas remarqué que le billet était contrefait.
  2. Demandez au client de vous donner un autre billet (que vous vérifierez également) ou d’utiliser un autre mode de paiement.
  3. Dites au client de faire vérifier le billet par le service de police local. Si le billet est authentique, la police le remettra au client.
  4. Informez le service de police local qu’on a peut-être tenté d’écouler un faux billet à votre commerce.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

Avez-vous déjà appris à repérer les billets contrefaits? Participez à la conversation ci-dessous.

Avertissement

Les opinions et les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de CPA Canada.

À propos de l’auteur

Laura Britton

Laura Britton, CPA, est comptable principale à LG Britton, CPA Professional Corporation.