Josh Zweig et Chad Davis : Changer la donne dans le numérique

Josh Zweig et Chad Davis ont cofondé LiveCA, premier et principal cabinet comptable virtuel du Canada. Regardez la vidéo et découvrez pourquoi ils incarnent l’idéal canadien d’une saine gestion.

Il y a cinq ans, Josh Zweig et Chad Davis, tous deux CPA, voyaient grand. Mais où était leur bureau? Nulle part. Aujourd’hui à la tête d’un cabinet de 45 personnes, ces précurseurs font équipe en ligne. Et toujours pas de bureau à l’horizon. Le tandem dirige le premier et le principal cabinet virtuel au Canada, LiveCA. Un concept qui balaie les modèles conventionnels, réinvente la prestation de services, et vient redéfinir la nature des organisations de services professionnels. 

Avant la création de LiveCA, ces deux pionniers exploitaient leur cabinet en ligne respectif. Chacun avait son point fort : la fiscalité pour M. Zweig, les technologies pour M. Davis. Mais tous deux auraient voulu aller plus loin; il manquait une pièce au puzzle. « Pour Josh, c’était le volet technologies et exploitation qui faisait défaut, dans le travail auprès des clients. De mon côté, c’était le côté fiscalité et conformité que je recherchais », explique M. Davis. 

Si bien que dès leur rencontre, l’expression « l’union fait la force » a pris tout son sens. « On a mis en commun nos talents et, bien vite, le cabinet est devenu ce qu’il est aujourd’hui », ajoute M. Zweig. 

DES SERVICES NOVATEURS

LiveCA ne se contente pas d’offrir à ses clients des prestations en ligne; le service en lui-même a été repensé. « Si vous lancez une entreprise qui propose des modalités de commerce électronique, vous voulez savoir quel système utiliser, comment faire le suivi des stocks, comment respecter les règles transfrontalières, dit M. Zweig. Eh bien, avant nous, personne n’était en mesure de répondre à toutes ces questions. Chacun se renvoyait la balle. Les comptables vous disaient d’aller voir vos développeurs, et les développeurs vous disaient d’aller voir vos comptables. »

Dès le départ, les deux associés ont décidé d’abandonner les solutions toutes faites pour plutôt proposer du sur-mesure. Ils ont cherché à nouer des relations souples avec les clients et à leur fournir des services à vraie valeur ajoutée. « Avec cette formule, il n’y a pas de manuel qui explique comment échanger avec les clients et pendant combien de temps. Vous leur proposez des services utiles et vous faites en sorte qu’ils soient satisfaits, fait valoir M. Davis. Notre approche plaît aux clients, c’est la recette magique. »

Les clients de LiveCA font le choix délibéré du virtuel. Ils savent que c’est la voie à suivre. « En général, ce n’est pas une question d’âge, mais de mentalité, fait observer M. Davis. Certains de nos clients les plus intrépides sont des fabricants d’outils ou des entrepreneurs proches de la retraite, qui veulent se tourner vers autre chose. » 

PRIORITÉ À L’ÉQUIPE ÉPANOUIE

Le personnel tire aussi parti de cette façon inédite de travailler. « Chez LiveCA, l’un de nos principes, c’est de penser à la qualité de vie de nos coéquipiers, explique M. Davis. Chacun s’établit où bon lui semble. Je trouve intéressant de parler à un collègue et de jeter un œil en arrière-plan pour m’apercevoir qu’il travaille sur un balcon dans le sud de l’Espagne. »

Mais il n’y a pas que la perspective de devenir un nomade numérique qui attire les employés. « Fondamentalement, ce qui prime pour eux, c’est la possibilité de s’attaquer à des dossiers valorisants afin d’appliquer leur arsenal de compétences à la vraie vie », poursuit M. Zweig.

Pour les cofondateurs de LiveCA, bâtir ce type d’entreprise durable, et, en définitive, créer un « milieu de travail idéal », pour reprendre les paroles de Josh Zweig, représente l’essence de l’idéal canadien d’une saine gestion. 

Regardez la vidéo et découvrez pourquoi LiveCA illustre cet idéal.