Un instantané du travail précaire au Canada

Francis Fong, économiste en chef à CPA Canada, a participé à un déjeuner-causerie de l’Institut de recherche en politiques publiques à Ottawa; on y a défini et expliqué le travail précaire.

Remarque : La vidéo ci-dessus est en anglais. 

La réalité du travail précaire au Canada a été le thème d’un déjeuner-causerie organisé par Options politiques, magazine en ligne de l’Institut de recherche en politiques publiques. L’incidence de ce qu’on appelle la quatrième révolution industrielle se fait de plus en plus sentir sur le travail : un nombre croissant de carrières relèvent désormais d’un rapiéçage de petits boulots et de contrats temporaires, qui s’accompagnent rarement des avantages d’un emploi à long terme. Un panel d’experts a abordé cette importante question, dans le contexte canadien, et s’est penché sur les façons dont les décideurs doivent traiter les enjeux qui découlent d’un monde du travail souvent caractérisé par l’incertitude.

Les experts invités étaient : Francis Fong, économiste en chef à CPA Canada; Sunil Johal, directeur des politiques au Mowat Centre (un groupe de réflexion indépendant sur les politiques publiques de la School of Public Policy and Governance de l’Université de Toronto); et Wendy Vuyk, coordonnatrice de la région Est du Centre ontarien Innovation-Emploi. Jennifer Ditchburn, rédactrice en chef d’Options politiques, a agi comme modératrice.

La discussion a surtout porté sur l’évolution du travail au Canada. On constate en effet que l’emploi devient précaire, notamment en raison de nouvelles réalités comme l’automatisation, l’intelligence artificielle et le télétravail. Le Canada n’ayant pas expressément défini ce qu’est le travail précaire, bien peu de données existent à ce sujet, et l’incidence du phénomène demeure insaisissable. Or, le fait de disposer de plus de données utiles sur ces réalités aiderait grandement à instaurer des politiques sensées et à relever les défis associés à une nouvelle conception du travail et de la carrière.
Pour écouter les propos du panel d’experts, visitez cette page du site Web d’Options politiques.