CPA Canada Tendances conjoncturelles : Hausse du pessimisme à l’égard de l’économie

Selon un nouveau sondage mené pour Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), les dirigeants d’entreprise sont de plus en plus pessimistes à l’égard des perspectives économiques du pays dans les 12 prochains mois.

TORONTO, le 30 janvier 2019 – Selon un nouveau sondage mené pour Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), les dirigeants d’entreprise sont de plus en plus pessimistes à l’égard des perspectives économiques du pays dans les 12 prochains mois.

Au quatrième trimestre de 2018, le pessimisme à l’égard de l’économie canadienne a atteint 35 % chez les comptables professionnels occupant des postes de direction interrogés dans le cadre du sondage CPA Canada Tendances conjoncturelles. Il s’agit d’une augmentation considérable depuis le trimestre précédent (28 %), et plus encore par rapport à l’année dernière (16 % au T4 de 2017). Note : Le sondage a été réalisé avant que la Banque du Canada ramène sa prévision de croissance du PIB en 2019 de 2,1 % à 1,7 %.

L’optimisme à l’égard de l’économie a atteint son niveau le plus faible depuis 2016, soit 26 %, un recul important par rapport à 48 % au quatrième trimestre de 2017. Par ailleurs, 39 % des personnes interrogées à la fin de 2018 se disent ni optimistes ni pessimistes.

Pour les répondants, les trois principaux obstacles à la croissance de l’économie du pays sont les sentiments de protectionnisme commercial aux États-Unis (18 %), l’incertitude qui plane sur le plan de l’économie canadienne (15 %) et le prix du pétrole (12 %).

« Malgré la vague de données économiques solides publiées dernièrement, la nette diminution de la confiance à l’égard de l’économie met en lumière l’inquiétude des dirigeants d’entreprise du pays. Ceux‑ci, à juste titre, se préoccupent des nombreux risques externes », souligne Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada.

Constatations sur l’entreprise des répondants

L’optimisme des comptables professionnels envers les perspectives de leur entreprise a également diminué au quatrième trimestre, mais de façon moins marquée que l’optimisme à l’égard des perspectives économiques du pays (49 % au T4 de 2018 comparativement à 61 % au T4 de 2017). Les répondants sont aussi moins enthousiastes au chapitre du chiffre d’affaires, du bénéfice et du nombre d’employés :

  • 64 % prévoient une hausse du chiffre d’affaires (72 % au T4 de 2017);

  • 57 % prévoient une hausse du bénéfice (64 % au T4 de 2017);

  • 39 % prévoient une hausse du nombre d’employés (50 % au T4 de 2017).

Les répondants indiquent que les priorités de leur entreprise en 2019 seront l’augmentation des ventes au Canada (21 %); la réduction des coûts (16 %); et, ex æquo en troisième position, l’attraction et la fidélisation du personnel de même que l’accroissement de la productivité (13 %).

Budget fédéral de 2019

Près de 8 répondants sur 10 (77 %) estiment que le gouvernement fédéral devrait fixer une date de retour à l’équilibre budgétaire dans le prochain budget.

Plus de la moitié des dirigeants d’entreprise canadiens (58 %) sont d’avis que la modernisation du régime de réglementation annoncée par le gouvernement dans l’Énoncé économique de l’automne 2018 serait utile. Le fédéral s’est engagé à travailler avec les parties prenantes pour se doter d’un « régime de réglementation plus simple, plus clair et plus moderne » qui continue à protéger la santé et la sécurité des citoyens et l’environnement.

En outre, les répondants sont nombreux à souhaiter une révision complète du régime fiscal : 79 % croient qu’une telle réforme s’impose, et 66 % invitent les partis politiques à en faire une priorité de leur plateforme électorale en vue des élections de 2019.

Une révision approfondie du régime fiscal aurait bon nombre d’avantages, estiment les répondants :

  • 64 % s’attendent à une économie d’argent et de temps pour les particuliers et les entreprises;

  • 60 % croient que le Canada attirerait plus d’investissements;

  • 60 % considèrent que cette révision est essentielle pour accroître la compétitivité du pays sur la scène mondiale.

« Même si l’Énoncé économique de l’automne décrit plusieurs mesures visant à accroître l’investissement des entreprises, on peut faire plus pour stimuler la compétitivité du Canada et soutenir la croissance économique à long terme, affirme Joy Thomas. De moins en moins optimistes à l’égard des perspectives économiques, les dirigeants d’entreprise du pays espèrent que le gouvernement déposera un budget qui établit un retour à l’équilibre budgétaire et s’attaque à d’autres sources d’incertitude sur le plan économique. »

« Les dirigeants d’entreprise ne sont qu’un des groupes qui souhaitent que le fédéral s’engage à revoir le régime fiscal de fond en comble. Et si le gouvernement actuel ne se prononce pas, un parti politique pourrait le faire lors de la prochaine campagne électorale. »

Méthodologie

Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles est fondé sur un sondage commandé par CPA Canada et mené par Nielsen. Il fait état des points de vue qu’ont, sur divers aspects du monde des affaires, les comptables professionnels occupant des postes de direction dans des sociétés à capital ouvert ou fermé.

Le rapport du quatrième trimestre de 2018 est le fruit d’un sondage effectué par courriel, auquel ont répondu 698 personnes sur les 6 782 qui, selon les dossiers de CPA Canada, occupent des postes de haut niveau (tels que chef des finances, chef de la direction, chef de l’exploitation et autres postes de dirigeants). Le taux de réponse a été de 13,9 %. La marge d’erreur associée à ce type d’enquête est de ±3,7 %, au niveau de confiance de 95 %. Plus d’informations sur le calcul du taux de réponse sont disponibles dans la fiche d’information du sondage. Le sondage a eu lieu du 4 au 21 décembre 2018.

Une fiche d’information est disponible en ligne à cpacanada.ca/tendancesconjoncturelles.