Dépenses estivales : une question d’équilibre

Plus de la moitié (56 %) des répondants à un nouveau sondage mené pour Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) s’attendent à dépenser davantage cet été que l’an dernier.

Toronto, le 28 juin 2018 – Plus de la moitié (56 %) des répondants à un nouveau sondage mené pour Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) s’attendent à dépenser davantage cet été que l’an dernier.

Trente pour cent des répondants estiment que les dépenses estivales de leur ménage augmenteront de 500 $ à moins de 2 000 $ cette année par rapport à l’été 2017. Par ailleurs, 45 % indiquent qu’après avoir payé les dépenses mensuelles nécessaires du ménage, il leur reste moins d’argent qu’à la même période l’an dernier.

Voici d’autres constatations importantes du sondage, qui compare les dépenses estivales de 2018 à celles de 2017 :

  • 62 % dépenseront davantage en frais d’essence.
  • 50 % dépenseront davantage en frais de nourriture.
  • 37 % dépenseront davantage en frais d’électricité. 

Près de quatre répondants sur dix (38 %) trouvent stressant de payer leurs dépenses durant les mois d’été.

« Puisqu’on s’attend à ce que les dépenses grimpent au cours de l’été, les Canadiens doivent plus que jamais suivre leur budget de près », souligne Doretta Thompson, directrice, Responsabilité sociétale, à CPA Canada. « C’est particulièrement vrai pour de nombreux répondants au sondage, qui commencent la saison avec moins d’argent qu’à la même période l’an dernier. Pour beaucoup, il sera bientôt le temps de prendre des décisions difficiles pour profiter de l’été sans trop dépenser. » 

Combien les Canadiens prévoient consacrer à leurs vacances estivales

Près de deux tiers (62 %) des répondants indiquent qu’ils envisagent de prendre des vacances cet été. De ce nombre, 21 % prévoient dépenser moins de 1 000 $, 21 %, de 1 000 $ à moins de 2 000 $, 20 %, de 2 000 $ à moins de 3 000 $ et 19 %, 3 000 $ ou plus.

Parmi ceux qui prévoient prendre des vacances à l’extérieur de leur région :

  • 46 % resteront dans leur province ou territoire. 
  • 39 % se rendront dans une autre province ou un autre territoire.
  • 28 % iront aux États-Unis.
  • 22 % voyageront ailleurs dans le monde.

Un peu plus de la moitié (56 %) des répondants qui envisagent de prendre des vacances ont indiqué qu’ils paieront ces dernières avec leurs économies. Par ailleurs, 40 % utiliseront des économies prélevées sur leur budget de vacances et 20 % auront recours à l’emprunt.

Considéré par 21 % des répondants comme la saison pendant laquelle ils dépensent le plus d’argent, l’été arrive en deuxième position des saisons qui coûtent le plus cher aux Canadiens. L’hiver serait la saison la plus coûteuse selon 41 % des répondants; viennent ensuite le printemps (6 %) et l’automne (5 %). Vingt-cinq pour cent ne distinguent quant à eux aucune différence de coûts entre les quatre saisons.

Le sondage de CPA Canada sur les dépenses de l’été 2018 a été mené à l’échelle nationale par Elemental Data Collection Inc., au téléphone, entre le 4 juin et le 10 juin 2018 auprès d’un échantillon aléatoire de 1 000 Canadiens de 18 ans et plus. La marge d’erreur est de +/-3,1 %, 19 fois sur 20. Un rapport sommaire de l’enquête se trouve au cpacanada.ca/depensesestivales2018.

Remarque : Le rapport fait état de la répartition des réponses selon les catégories de dépenses prévues. Il est à noter que, dans certaines catégories, la somme des pourcentages ne correspond pas toujours à 100 % parce que les chiffres ont été arrondis.