Comment optimiser les services publics

Économie novatrice et simplification des services publics vont de pair. Entrevue avec Don Drummond, conférencier au colloque sur le secteur public 2017, qui aborde la conception et l’évaluation des politiques financières, entre autres sujets.

Nombre de prévisionnistes entrevoient une «nouvelle normale», caractérisée par un fléchissement de la croissance économique. Quelles sont les incidences de ce virage pour Ottawa, les provinces et les municipalités?

De plus amples compressions budgétaires s’imposent, et il sera difficile de tenir le rythme du mouvement amorcé dans les années 2000. Évidemment, la santé pèsera lourd dans la balance, en raison du vieillissement de la population. Et ce phénomène s’inscrit dans un contexte où la croissance de l’économie – et des recettes fiscales – laisse à désirer, selon le Globe and Mail. Par conséquent, tous les ordres de gouvernement seront tenus de veiller à l’optimisation des services publics, sans quoi ils ne pourront ni répondre aux besoins de la population ni assurer leur propre pérennité.

Quels conseils pratiques donner aux CPA qui évoluent dans la sphère des finances publiques et qui s’intéressent à la gestion de la performance axée sur les résultats?

Les CPA peuvent contribuer à la rationalisation des programmes publics par un examen approfondi de leur structure, comme je l’expliquais dans The Star. Par exemple, aucune nouvelle subvention aux entreprises en difficulté ne devrait être accordée sans définition préalable d’un effondrement du marché. Ainsi, chaque programme ou service doit avoir des objectifs précis, circonscrits dès le départ, pour qu’on puisse rapidement rajuster le tir en cas d’échec.

Pour la conception et l’évaluation des politiques financières, une approche factuelle reste incontournable. Quels sont les principaux obstacles qu’auront à franchir les fonctionnaires d’aujourd’hui, appelés à concilier les impératifs des politiques, dans un contexte de ressources limitées, d’exigences d’information accrues et d’obligation de résultat?

Le fonctionnaire se doit d’offrir des conseils judicieux et impartiaux pour orienter les politiques, même quand les élus dont il dépend privilégient plutôt d’autres idées, qu’ils jugent plus susceptibles de plaire aux citoyens, rappelle la Commission de la fonction publique. C’est pourquoi ses avis doivent s’appuyer sur des analyses éclairées et des preuves solides. Le fonctionnaire doit également avoir accès à de l’information de qualité pour étayer son raisonnement. Soulignons certaines améliorations à cet égard, grâce, entre autres, au retour du recensement fédéral.

Selon le budget 2017, résumé par CPA Canada, le gouvernement Trudeau se concentrera sur deux priorités : les infrastructures vertes et les programmes sociaux durables, axés sur la collectivité. Que pensez-vous de ces objectifs d’investissement?

Le Canada a longtemps négligé ses infrastructures. Il est rafraîchissant de voir le fédéral en faire une priorité, et, notamment, se tourner vers les infrastructures vertes. Les programmes sociaux enracinés dans la collectivité comptent, mais il sera primordial d’aller au fond des besoins économiques et sociaux. Par exemple, dans les populations autochtones, de nombreux écarts socioéconomiques s’expliquent par les insuffisances du système d’enseignement, que fragilisent le sous-financement et les problèmes de gouvernance.  

Les fonctionnaires – CPA, économistes et autres professionnels des finances – peuvent-ils devenir des catalyseurs d’innovation, dans l’ensemble de l’économie?

Les fonctionnaires sont appelés à jouer un rôle plus marquant pour transmettre de l’information. Selon le rapport The Future of Productivity de Deloitte, le tiers des entreprises investissent peu par rapport à leurs concurrentes, et n’en sont même pas conscientes. En outre, les entreprises d’ici doivent prendre de l’expansion, au-delà du marché nord-américain, mais pour ce faire, elles ont souvent besoin d’un coup de main. Et puis, innover ne signifie pas toujours être un chef de file. Cela dit, adapter ses technologies et ses pratiques et faire appel à des chaînes de valeur ajoutée mondiales sont des gestes qui peuvent transformer une entreprise, voire un pays, en puissance économique.

Votre conférence au colloque sur le secteur public portera sur la nécessité d’une optimisation dans la fonction publique. À quoi les participants peuvent-ils s’attendre?

Le ralentissement de la croissance économique transformera les modes de création et de prestation des services publics. La marge de tolérance des inefficacités s’amenuisera; il faudra revoir la conception des programmes pour en rehausser l’efficience. Les résultats devront être évalués en permanence pour mesurer l’efficacité des programmes et des services, de manière à les remanier au besoin. Enfin, qui dit nouvelle ère dit nouveau type de fonctionnaire : axé sur les résultats, il affinera ses analyses et élargira ses perspectives. 

 

Plongez au cœur de l’évolution du secteur public d’aujourd’hui et explorez l’apport des CPA comme leaders dans la fonction publique : inscrivez-vous au colloque sur le secteur public 2017 (en anglais), tenu à Ottawa les 23 et 24 octobre.