Le changement climatique : un enjeu économique

Le coût du changement climatique pour les entreprises augmente, mais reste méconnu. Et vous, y êtes-vous préparé?

L’enjeu économique du changement climatique

Le changement climatique est l’un des risques les plus importants avec lesquels doivent composer les entreprises, les économies et les sociétés partout dans le monde.

Nombre d’entreprises ressentent déjà les effets du changement climatique sur leurs activités, leurs résultats financiers et leurs perspectives de création de valeur.

Aussi avons-nous intérêt à unir nos forces pour amener des changements concrets et efficaces qui assureront la pérennité des entreprises canadiennes.

« Les défis que pose actuellement le changement climatique ne donnent qu’un modeste avant-goût de ce qui pourrait nous attendre… lorsque le climat sera devenu un enjeu central pour la stabilité financière, il pourrait bien être déjà trop tard. »

Cette déclaration, prononcée en septembre 2015 par Mark Carney, économiste canadien, gouverneur de la Banque d’Angleterre et président du Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board) du G20, résume bien ce qui a motivé CPA Canada et ses organisations d’origine à jouer un rôle de premier plan dans la sensibilisation au changement climatique et à l’importance du développement durable ces 25 dernières années. Encore aujourd’hui, nous avons la ferme volonté de contribuer aux meilleures pratiques et d’en faire la promotion.

« Le changement climatique entraîne des risques importants sur les plans environnemental, social et économique », indique Sarah Keyes, directrice de projets à la division Recherche, orientation et soutien de CPA Canada. « D’un point de vue commercial, le changement climatique peut avoir des répercussions sur la stratégie, la compétitivité, la gestion des risques, les relations avec les parties prenantes et la résilience des entreprises. La capacité d’une organisation à reconnaître et à traiter les problèmes liés au changement climatique sera déterminante pour sa viabilité à long terme. »

Pour les décideurs mondiaux, il ne fait plus aucun doute que le changement climatique constitue l’un des plus grands défis de notre époque. Lors de la COP21, plus de 195 pays ont signé l’Accord de Paris, qui est entré en vigueur en novembre 2016. En signant cet accord, le gouvernement fédéral du Canada s’est engagé à réduire d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre de 30 % par rapport à leur niveau de 2005.

« Maintenant que l’Accord a été ratifié et qu’il est entré en vigueur, le vrai travail commence », a déclaré Gord Beal, vice-président de la division Recherche, orientation et soutien de CPA Canada. « Les engagements d’envergure mondiale ne peuvent se réaliser sans la mise en place de mesures concrètes. Et cela sous-entend une condition essentielle : la responsabilité. Les gouvernements et les entreprises doivent faire preuve de leadership dans cette cause. »

Le coût de l’inaction est manifeste. En effet, selon un rapport de 2011 de la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie, rien qu’au Canada, on estime qu’en l’absence de mesures de lutte contre le changement climatique, il en coûtera chaque année entre 21 et 43 milliards de dollars en 2050. Qui paiera? L’État, les entreprises et la société au sens large, c’est-à-dire nous tous.

Les effets du changement climatique se font déjà sentir. Les dérèglements météorologiques, tels que l’augmentation des températures, des précipitations ou de la force des vents, se sont accentués ces dernières années et ont causé de graves dommages environnementaux et matériels. À titre d’exemple, mentionnons les feux qui ont ravagé Fort McMurray en mai 2016. Cette catastrophe naturelle a été la plus chère de l’histoire canadienne pour les compagnies d’assurance, qui ont dû débourser approximativement 3,7 milliards de dollars pour les dommages assurés.

Les dirigeants financiers canadiens voient-ils le changement climatique comme un enjeu économique?

En avril 2017, CPA Canada et FEI Canada ont collaboré à la réalisation d’un sondage éclair mené auprès de membres et de parties prenantes de FEI (qui sont pour la plupart des CPA) sur le changement climatique en tant qu’enjeu économique. Voici les principaux résultats de ce sondage :

En juin dernier, les résultats du sondage ont fait l’objet d’un débat d’experts lors du congrès national de FEI Canada qui s’est tenu pendant trois jours à Whistler, en Colombie-Britannique. CPA Canada s’est associée à FEI Canada, dont elle est un partenaire stratégique national clé, pour organiser un débat sur le changement climatique et ses répercussions sur les entreprises canadiennes.

Groupe de discussion à la conférence de FEI Canada.

Gord Beal, vice-président, Recherche, orientation et soutien, à CPA Canada, présente les participants à une table ronde lors du congrès national 2017 de FEI Canada.

Afin d’évaluer les perceptions à l’égard du changement climatique comme enjeu économique, les organisateurs ont sondé des personnes ayant assisté au débat, avant et après celui-ci. Les résultats sont étonnants :

  • Avant le débat d’experts, 33 % des personnes interrogées considéraient que le changement climatique était un enjeu économique prioritaire, alors que 62 % n’étaient pas de cet avis.
  • Après le débat, on a soumis la même question au même nombre de personnes : 52 % pensaient que le changement climatique était un enjeu économique prioritaire et qu’il devrait être considéré comme tel, mais 44 % étaient toujours en désaccord. Seulement 4 % des personnes étaient incertaines.

CPA Climate polling infographic

 

CPA Canada : votre partenaire clé

CPA Canada estime que le changement climatique constitue une priorité stratégique pour la profession. Déterminée à mieux faire connaître cet enjeu aux dirigeants d’entreprise et aux conseils, l’organisation a entrepris un certain nombre d’initiatives, telles que :

Le rôle de soutien et de leadership des CPA dans la lutte contre le changement climatique

« Nous devons maintenir le dialogue entre nos diverses parties prenantes tout en continuant à investir dans la recherche, le leadership intellectuel et la conduite d’actions concrètes, affirme Sarah Keyes. Compte tenu de l’ampleur du défi, il va sans dire qu’une approche collaborative et multidisciplinaire est impérative face au problème complexe qu’est le changement climatique, et les CPA ont un rôle important à jouer dans cette approche. »

Les CPA peuvent certes aider les organisations à cerner les défis et les possibilités pour leur permettre de mieux planifier leurs activités, mais ils ne peuvent accomplir tout le travail à eux seuls.

« L’interdépendance du développement économique et du développement social est incontestable, indique Joy Thomas, présidente et chef de la direction de CPA Canada. C’est pourquoi la profession de CPA s’est donné pour objectif de favoriser un essor économique indissociable du développement social, objectif qu’elle poursuit avec autant de passion que de pragmatisme. Cet objectif fait écho aux valeurs portées par l’ensemble des citoyens, et donne à la profession de CPA son caractère unique. Dans toutes nos activités, nous puisons notre motivation dans l’idéal canadien d’une saine gestion, à savoir la recherche de la prospérité dans la solidarité. »

Note de la rédactrice en chef
Le prochain numéro de L’infolettre CPA sera publié le 11 septembre 2017. Bonne lecture et, comme toujours, faites-nous part de vos commentaires!